Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Album
Doc Savage - Tome 2
Série : First Wave - Doc Savage    Album précédent tome 2 

Scénario : Paul MALMONT, Clay MOORE
Dessins : Howard PORTER

Ankama , mars 2013
 
Cartonné
Format 257 x 170
160  pages  Couleurs
ISBN 978-2-35910-375-5
 
Quatrième de couverture
     Doc Savage. Un aventurier combattant pour la justice et l'équité, célébrité mondaine et authentique génie !
     Doté d'un esprit hors du commun et d'un corps athlétique sculpté à l'extrême, l'Homme de Bronze est à l'apogée de sa condition. Mais même un demi-dieu peut échouer sur la terre ferme.

     Sous couvert d'une mission de sauvetage dans un Moyen-Orient ravagé par les conflits, le gouvernement américain propose à Doc et son équipe de tracer un trait sur les charges qui pèsent à leur encontre. Marché de dupes ou véritable occasion pour l'Homme de Bronze et ses acolytes de retrouver leur liberté d'action ? La réponse n'est naturellement pas celle à laquelle on s'attend, d'autant que la vie d'un proche de Doc pèse dans la balance.

     Brian AZZARELLO est de retour dans FIRST WAVE ! Après avoir imaginé la saga originale qui met en scène trois héros mythiques de l'âge d'Or, Batman, le Spirit et Doc Savage, Azz reprend du service pour chroniquer le second acte des aventures en solo de l'Homme de Bronze, associé pour l'occasion au scénariste Ivan BRANDON (24Seven, Viking), au dessinateur Phil WINSLADE (Wonder Woman) et au prodigieux illustrateur Nic KLEIN (Viking, Dancer) !
     FIRST WAVE, un nouveau monde qui vous emportera au coeur de mille dangers et où la justice retrouve son bon droit à coups de poing virils !

 
Critiques
     Clark « Doc » Savage Jr., alias l'Homme de Bronze, personnage de pulp créé en 1933, paraît aujourd'hui un peu trop parfait. Aventurier surpuissant plutôt que super-héros doté de véritables super-pouvoirs, il lui a sans doute manqué la noirceur potentielle d'un Batman pour continuer à s'imposer. Pourtant, ce milliardaire d'une intelligence hors norme, d'une force surhumaine et d'une droiture morale sans faille, n'a pas grand-chose à envier à l'extraterrestre Superman (l'Homme d'Acier), né dans la même décennie. Ils incarnaient à leur manière le rêve américain dans les suites de la Grande Dépression et à l'heure du New Deal.

     Néanmoins, des rééditions régulières ont permis à Savage de ne pas sombrer dans l'oubli. Récemment, avec la série First Wave, Brian Azzarello a ainsi pu proposer un cross-over associant Doc Savage à deux autres héros antérieurs à la fin de la Seconde Guerre mondiale : Batman (1939) et The Spirit (1940). Cette nouvelle série s'est ensuite prolongée par deux autres séries d'aventures indépendantes, consacrée l'une au seul Doc Savage, l'autre au Spirit.

     Ce deuxième opus consacré à l'Homme de Bronze propose une aventure complète en forme de récit de guerre. Notre invincible héros doit s'y enfoncer au cœur d'un Moyen-Orient terrifiant pour détruire des armes de destruction massive mais aussi pour rechercher son ami Ronan McKenna, pourtant réputé décédé.
     Son périple s'apparente à une véritable descente aux enfers, au milieu de bandes armées aux motivations parfois obscures. Bien que différente dans son origine et ses conclusions, l'étrange folie du lieutenant McKenna n'est pas sans évoquer celles des Kurtz du film Apocalypse Now ou du roman de Conrad, Au cœur des ténèbres.
     C'est évidemment cette plongée en apnée dans un monde violent et désaxé qui constitue l'intérêt principal d'une intrigue assez tendue, parfois froide jusqu'à l'abstraction. L'ambiance générale de l'album se révèle assez fascinante par son âpreté, même si la narration apparait heurtée au point d'en altérer parfois la clarté.
     En revanche, le personnage de Doc Savage, machine de guerre sans subtilité et sans humour, manque décidément de profondeur. De même, sa troupe d'acolytes pourtant pittoresques demeure sous-employée. On aimerait que ces différentes figures occupent une place plus marquée et qu'il se tisse une véritable dynamique de groupe, mais en vain. Au final, seuls quelques vilains et surtout le personnage tourmenté du lieutenant McKenna retiennent véritablement l'attention, mais de manière assez brève.

     Bref, on peut conseiller cet album pour son ambiance déshumanisante de guerre asymétrique, où tout reste possible malgré le déséquilibre des forces en présence. Mais n'y cherchez pas de personnages attachants, une intrigue limpide ou du sense of wonder... L'Homme de Bronze n'est pas là pour rigoler !

Pascal Patoz          
nooSFere          
07/04/2013          


Base mise à jour le 7 janvier 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017