Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Métaphysique du Vampire

Jeanne-A DEBATS

Fantastique  - AD ASTRA n° (5), dépôt légal : mai 2012
180 pages, catégorie / prix : 13 €, ISBN : 978-2-919241-08-8
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Raphaël est un drôle de vampire. Non seulement il est vieux et immortel, mais il entretient un rapport ambigu avec le Vatican. Pour tout dire, il travaille en sous-main pour lui... comme espion assassin. Normal, avec ses dons de vision, ses capacités surnaturelles, il ne peut être qu’un agent hors normes ! Or, voici qu’il se rend au Brésil, mis sur la trace d’une autre créature de la nuit dangereuse, qu’il doit capturer... ou éliminer. Accompagné d’un prêtre, Ignacio, et d’une vampire, Dana, le voici embarqué dans une sombre aventure où la moindre erreur de jugement peut se révéler fatale. Mais Raphaël pense. Lui.

     Avec Métaphysique du Vampire, Jeanne-A Debats nous livre un roman d’aventures fantastique efficace, roublard, au langage... mordant. Ou comment Audiard rencontre Joss Whedon. Pour le meilleur, bien sûr !

 
    Critiques    
 
     Fin janvier 1968. Navarre, vampire âgé de plusieurs siècles et qui œuvre pour le Vatican sous le nom de code « Raphaël », est contacté par le père jésuite Ignacio en vue d'une prochaine mission. Navarre doit en effet se rendre à Rio afin de ramener vivant le nazi Kelten pour le livrer au Mossad, commanditaire de l'opération. Sur place, le vampire découvrira des congénères à la chevelure platine, une entité vaudou toute-puissante dénommée familièrement « Sac de Patates », et un lot de gadgets wicca. Le tout servi par nombre de péripéties qui changeront son devenir.
     Etrange roman que celui-ci et c'est rien de le dire. Dédié à Roland C. Wagner et Serge Lehman, précisément en référence à un fil de discussion d'un forum où Jeanne-A. Debats a son rond de serviette, le texte revendique complètement sa dimension fanique, construction foutraque et syntaxe au frein à main (sans rétrograder) inclus. Des passages à la gouaille alternent avec des éléments surécrits, les répétitions abondent, notamment « gérer » et « je saisis », l'usage de la virgule est assez aléatoire, et enfin les poncifs pullulent sans que l'on sache si c'est du second degré : « sa figure sublime se tord dans un rictus hideux » ; « mes dents crispées à se rompre » ; « ses cheveux d'or pâle étalés sur l'oreiller ». Certaines expressions et situations nous laissent toutefois penser que l'auteur s'amuse, façon Jean Dujardin dans les deux parodies d'OSS 117 : « Par ici m'sieurs, dames ! » ; « c'est à partir de là que ça devient coton ». Le héros se rend à Rio forcément au moment du carnaval, fait un tour dans les inévitables favelas, et son aide s'appelle nécessairement Joao. Soit un dépaysement digne de la série Docteur Caraïbe avec Louis Velle (chanson du générique interprétée par Herbert Léonard), où l'on côtoie le Vatican toujours aussi calculateur, et les nazis qui peinent à sortir de leur rôle d'enflures. Ajoutons un hommage à Teilhard de Chardin (page 73), et un autre à Joseph Altairac (pp. 96 et 97). Deux anachronismes flagrants (la désignation « string » pour un maillot n'existe pas à l'époque, et de même une référence à Le Bon, la brute et le truand en 1968). Quelques incohérences (par exemple Sandoval ne reconnaît pas la date de naissance d'Hitler page 95, mais il connaît sa date de décès page 107) et pas trop de coquilles. Une bonne conduite de l'action sur cinquante pages, un rythme parfaitement mené sur près d'un tiers du roman tout de même, avec l'intrusion de Sandoval et de Raphaël dans la villa émaillée de trouvailles originales. Un choix narratif qui assume à fond les ballons le manque d'originalité en venant après le Mastication de Jean-Luc Bizien et Petits arrangements avec l'éternité d'Eric Holstein, au point que l'on pourrait parler de copie carbone. Bref, on obtient un texte où, intentionnellement, l'auteur abandonne toute prétention d'écrivain pour servir au mieux une tradition populaire, celle de Les Blondes aiment les bastos et de Passe-moi le beurre ! (d'un autre côté, Ad Astra sonne comme un nom de margarine) ou de n'importe quel roman de gare. S'agit-il d'un mauvais livre ? Assurément oui, mais voulu comme tel. On se perd alors dans les couches de sens, et c'est bien là que réside la part métaphysique du projet. Le roman est réussi parce qu'il est mauvais, sa médiocrité volontaire était une condition de sa réussite.
     Enfin, dernier point qui parachève la plaisanterie : 13 euros pour un livre format poche qui fait cent soixante pages, à quoi s'ajoute un entretien de dix pages d'un auteur dont on sait par ailleurs tout pour peu que l'on traînasse sur le ouèbe.

Xavier MAUMÉJEAN
Première parution : 1/10/2012
dans Bifrost 68
Mise en ligne le : 9/4/2016


 
Base mise à jour le 7 janvier 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.