Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

L'Âge des miracles

Karen THOMPSON WALKER

Titre original : The Age of Miracles, 2012
Traduction de Alice DELARBRE
PRESSES DE LA CITÉ, dépôt légal : mai 2012
336 pages, catégorie / prix : 19,90 €, ISBN : 978-2-258-09837-4

Couverture (c) Getty Images / Anna Kay, Hal Bergam, Radius Images. Graphisme : Stanislas Zygart.

Couverture

    Quatrième de couverture    
     « Il se peut que tout ce qui nous est arrivé, à ma famille et à moi, n'ait absolument rien à voir avec le ralentissement. C'est de l'ordre du possible. Toutefois, j'ai des doutes. De sérieux doutes. »

     Un matin d'octobre apparemment comme les autres, j'ai découvert, avec le reste de la planète, que la Terre avait ralenti. Les jours et les nuits se sont allongés, la gravité s'est modifiée. C'est à ce moment que le chaos est entré dans ma vie : ma meilleure amie a déménagé, mes parents se sont déchirés, mon grand-père a disparu... C'est aussi cette année-là que j'ai rencontré Seth, mon premier amour. Je m'appelle Julia, et voici mon histoire.

 
    Critiques    
 
     Un jour, la rotation de la Terre a progressivement ralenti. Les premières conséquences sont bénignes, jusqu'à ce qu'il faille réévaluer les horaires de travail, des transports, avec les problèmes d'organisation sociale qu'on imagine...
     Les conséquences sont examinées par le petit bout de la lorgnette, à la première personne, à travers les yeux d'une adolescente renfermée qui observe les bouleversements au sein de sa communauté et de sa famille, à commencer par sa mère, catastrophiste, qui vit mal les changements imposés par l'allongement des jours et des nuits — son père, chirurgien, n'a aucun mal à s'adapter à des horaires décalés. Elle voit aussi des amies changer et s'éloigner, voire déménager pour affronter une éventuelle fin du monde.
     Pour faire face aux désordres s'installant un peu partout, le gouvernement américain rétablit une journée artificielle de vingt-quatre heures, la population se couchant quand le soleil est au zénith et effectuant ses activités de nuit jusqu'à ce que les cycles coïncident à nouveau pour une durée toujours plus brève. Journée arbitraire à laquelle se dérobent, malgré les pressions parfois violentes du voisinage, les réfractaires préférant suivre le rythme circadien dans sa dérive, jusqu'à se déconnecter de la vie sociale. Le ralentissement provoquant une légère augmentation de la gravité, les oiseaux sont les premières victimes, lors de vols mal contrôlés ; les athlètes voient leurs performances baisser et un syndrome affecte les personnes, provoquant brefs évanouissements, pertes de repères, puis des symptômes plus graves ; la flore, surtout, a du mal à s'adapter aux journées étouffantes et aux nuits glaciales, de sorte que seules les cultures sous abri et lumière artificielle préservent un semblant d'agriculture... jusqu'à ce que les coupures d'électricité se multiplient, que la neige tombe en soirée et que le changement d'intensité du champ magnétique terrestre provoque des perturbations exposant la civilisation du tout-électrique aux éruptions solaires et à ses mortelles radiations que rien ne dévie plus...
     Cette histoire de fin du monde, assez exacte sur le plan scientifique (quoique nettement exagérée, selon notre professeur Lehoucq, en ce qui concerne la gravité), reste trop centrée sur les seuls Etats-Unis : il semble déjà douteux que le temps de réaction nécessaire pour isoler et éclairer artificiellement les cultures suffise à sauver l'agriculture du pays, mais il est certain que bien des régions du globe, faute de ressources énergétiques suffisantes, ont cessé leurs exportations ou connu la famine. Mais il faut garder à l'esprit que c'est une adolescente encore peu ouverte sur le monde qui raconte (à ce titre, L'Age des miracles est d'ailleurs proposé en librairies par l'éditeur au rayon littérature, mais aussi jeunesse, et ce sous deux couvertures différentes). L'impact planétaire n'est qu'un vague bruit de fond qui ne prend consistance que lorsque des mesures concrètes sont décrétées. En revanche, les changements sont observés au niveau des relations familiales et de l'entourage, la prof de piano progressivement recluse, le grand-père se préparant au pire, et la perte des amies d'enfance concomitamment à l'éveil sexuel.
     Moins qu'un récit de science-fiction centré sur les conséquences sociales d'un tel bouleversement, ce roman est la métaphore de la perte d'un monde, celui de l'enfance, et les perturbations de l'adolescence, quand la gravité affecte le corps devenu plus gauche et les sentiments, alors que l'adulte s'enfonce progressivement vers des plages de temps toujours plus longues et pesantes, jusqu'à l'extinction. Une lecture agréable, malgré cette perspective légèrement gauchie aux yeux des puristes, pour les qualités d'écriture, et le portrait psychologique d'une adolescente, tout en finesse et d'une grande intensité à la fois.

Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/10/2012
dans Bifrost 68
Mise en ligne le : 9/4/2016


 
Base mise à jour le 7 janvier 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.