Recherche Rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Terraborn

Jean-Pierre PLANQUE & Patrick RAVEAU

EDITIONS DU HAUT CHÂTEAU, dépôt légal : février 1998
186 pages, catégorie / prix : 50 FF, ISBN : 2-9512341-0-4
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Jean-Pierre PLANQUE a publié à ce jour une quarantaine de nouvelles dans des revues professionnelles, semi-pros, et dans de nombreux fanzines de Science-Fiction. En France, au Canada, en Belgique et en Bulgarie.
     Pour lui, la Science-Fiction est « l'outil littéraire le plus moderne pour renouer avec les contes initiatiques et symboliques, et faire que le lien avec les racines du Sacré ne soit pas rompu. » Ainsi, tout en reconnaissant volontiers l'influence de l'écrivain américain Philip K. Dick, avoue-t-il une « fraternité d'âme » avec Hermann Hesse, Carl-Gustav Jung ou Mircéa Eliade. C'est dire que dans le cheminement qui est le sien, le travail littéraire est toujours solidaire d'une recherche poétique et spirituelle.
     Fonctionnaire des PTT depuis 1976, Jean-Pierre PLANQUE a choisi de vivre avec sa compagne dans un village du Vaucluse. Il partage son temps libre entre son jeune fils Lucien et l'écriture.

     Patrick RAVEAU a signé une trentaine de nouvelles publiées dans des magazines spécialisés dans le Fantastique ou la Science-Fiction. Son nom a figuré au sommaire du Volume 8 des « Territoires de l'Inquiétude » (Denoël), certaines de ses nouvelles ont été reprises dans les quotidiens régionaux « La Montagne » et « L'Union ».
     Premier Prix du concours organisé par « Infini » en 1994 pour la nouvelle « Mémoire du Vent » (traduite et publiée l'an dernier en Roumanie). Deux courts romans : « Le Vrai Visage de Gregory », écrit en collaboration avec Jean-Pierre Planque aux Editions Phénix (Belgique, 1992), et « L'Ultime Songe de la Cité », aux Editions « Destination Crépuscule » (1995). Professeur de philosophie, musicien et photographe de talent, Patrick Raveau a publié de nombreux poèmes, ainsi que des essais sur les poètes contemporains. Il a reçu le Premier Prix de Bretagne (jadis, Prix Brocéliande) en 1995 pour le recueil « Second Versant de la lumière ».

 
    Critiques    
     Ecrit avec la collaboration de Patrick Raveau, complice en écriture et en édition (puisque les mêmes viennent de publier — aussi à compte d'auteur — Emergence, comprenant deux novellas de Science-Fiction, dont l'une, Le vrai visage de Grégory, porte leurs deux signatures), ce court roman de Science-Fiction allie à nouveaux motifs spéculatifs et considérations métaphysiques.
     Sur Terraborn, colonisée par la Terre, les humains ont bâti quatre cités expérimentant divers types d'organisation sociale. Sur Khern, on se livre au jeu. Celui-ci, dirigé par un Maître du jeu, Milord, permet d'emprunter autant d'identités qu'on le désire : il suffit, pour devenir quelqu'un, de tirer une des mémocartes recelant une personnalité. L'inventeur de ce jeu est Théo, grand fabriquant de mémocartes, qui vit avec la jeune et belle Tinamou, dont on ne sait si elle est la fille, l'amante ou la mère, ou si elle tient tous ces rôles à la fois.
     Sur Terraborn vit également un peuple non humain, les Jivan-mukti, qui portent une pierre incrustée dans la poitrine, une pierre indispensable dans la mesure où elle contient la mémoire de tous leurs ancêtres qui vivent à travers eux. Les pierres de vie ne font pas que rappeler le principe des mémocartes : c'est à partir d'elles qu'a été conçu le jeu ! Les choses, pourtant, ne sont pas si simples, les pierres étant peut-être nées de la technologie terrienne. Au moment où Milord songe à intégrer la culture et les connaissances des Jivan-mukti, il est assassiné.
     Loin d'être un roman d'action sauce cyberpunk, Terraborn est un livre onirique, traversé d'images surréalisantes, où une voix sculpte la matière, où les esprits des personnalités se mélangent. Technique déshumanisante et spiritualité new age s'affrontent ici pour un avenir meilleur.
     Comme l'explique Planque dans sa postface, ce roman dédié à Stefan Sweig cherche à rendre à l'homme une dimension spirituelle que la science lui a ôtée en le coupant de la réalité. (Pour toute info ou commande de l'ouvrage, écrire à Jean-Pierre Planque, Route des Ecoles, 84800 Fontaine de Vaucluse.)

Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/7/1998
dans Bifrost 9
Mise en ligne le : 1/4/2002


 
Base mise à jour le 23 novembre 2014.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2014. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.