Recherche Rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Lavinia

Ursula K. LE GUIN

Titre original : Lavinia, 2008
Traduction de Marie SURGERS
Illustration de GENKIS
L'ATALANTE, coll. La Dentelle du Cygne n° (265), dépôt légal : janvier 2011
320 pages, catégorie / prix : 5, ISBN : 978-2-84172-528-1

Couverture

    Quatrième de couverture    
     Comme Hélène de Sparte j’ai causé une guerre. La sienne, ce fut en se laissant prendre par les hommes qui la voulaient ; la mienne, en refusant d’être donnée, d’être prise, en choisissant mon homme et mon destin. L’homme était illustre, le destin obscur : un bon équilibre.

     Dans l’Énéide, Virgile ne la cite qu’une fois. Jamais il ne lui donne la parole. C'est la voix de Lavinia, fille du roi du Latium, que nous fait entendre Ursula Le Guin. Les présages disent qu'elle épousera un étranger venu d'au-delà des mers et qu'ils poseront les fondations d'un grand empire à venir. Enfui de Troie mise à sac, à l'issue d'un long périple, Énée remonte enfin le Tibre...

     Lavinia a obtenu le Locus Award 2009, le prix de la plus prestigieuse revue américaine consacrée au domaine de l’imaginaire. C’est, en dit le critique, « certainement le meilleur ouvrage pour adultes de l’auteur depuis des décennies ».


    Prix obtenus    
Locus, roman de fantasy, 2009
 
    Critiques    
 
     Avouons-le tout de suite : la mythologie ne m’a jamais passionné. Je connais Homère par le biais d’Ulysse 31 et jusqu’à peu je pensais que l’Enéide était un alcaloïde. Alors la lecture du résumé de Lavinia ne m'a guère excité. Heureusement, juste en dessous était marqué Ursula K. Le Guin, nom rassurant qui m’a convaincu d’entamer la lecture. Bien m'en a pris : ce livre est une perle.

     Mais reprenons au début : l’Enéide, œuvre poétique colossale et inachevée écrite par le poète latin Virgile entre 29 et 19 avant JC, déroule les aventures du troyen Enée, de sa fuite de Troie jusqu’à son arrivée dans le Latium et son union avec Lavinia, fille du roi Latinus. C’est à cette dernière que s’intéresse Ursula Le Guin : alors que ce personnage est à peine évoqué dans l’Enéide, elle devient la narratrice du roman. Dès lors, le point de vue change radicalement : le récit démarre à la dernière partie du poème de Virgile et continue après la mort d’Enée. Les guerres et les batailles passent au second plan, supplantées par les intrigues familiales, la diplomatie et la soumission aux oracles et prophéties. Car Lavinia, tout comme son père, place ceux-ci devant tout le reste, jusqu’à leur obéir totalement, quitte à déclencher une guerre. Et si elle peut apparaître comme une femme soumise, cela donne un éclat d’autant plus grand à ses quelques révoltes, face à sa mère ou à Ascagne, le premier fils d’Enée.

     Là se situe la réussite du roman : ce personnage au premier abord effacé, victime des événements et des prédictions, se révèle d’une grande complexité, mêlant une force de caractère peu commune et une vision du futur limpide fournie par les oracles à des doutes et des remises en cause régulières. Loin de l’image d’écrivain froid de ses débuts, Ursula Le Guin nous livre avec Lavinia l’un de ses meilleurs livres, portrait d’une femme hors du commun échappée de son poème antique, livre récompensé du prix Locus du meilleur roman de fantasy en 2009. Ajoutons que la culture classique de l’auteur (Le Guin a étudié en France et a rédigé une thèse sur la poésie de Ronsard, lui-même fortement inspiré par Virgile) donne une crédibilité et un réalisme unique à l’univers de Lavinia et vous comprendrez que vous n’avez plus aucune excuse pour passer à coté de ce chef-d’œuvre.


René-Marc DOLHEN
Première parution : 17/2/2011
nooSFere


     Période faste pour l'Atalante. Les parutions d'auteurs francophones se multiplient et Ursula K. Le Guin nous réjouit le cœur et l'intellect. Pendant que l'excellent cycle pour la jeunesse « Chroniques des rivages de l'Ouest » poursuit son bonhomme de chemin (la conclusion est prévue pour mars), l'éditeur nantais nous gratifie d'un roman adulte, auréolé du Prix Locus, excusez du peu. Même si une récompense n'est pas toujours un gage de qualité, elle apparait ici amplement méritée, distinguant en outre un roman admirable.

     Abandonnant les préoccupations très contemporaines, Ursula Le Guin nous invite à un voyage dans le passé, quelque part entre mythe et réalité, en cette terre du Latium où naîtra la Rome républicaine puis impériale. Une pause enchanteresse et bucolique où s'exerce l'acuité redoutable du regard de l'ethnologue. Une parenthèse empreinte de poésie et de lyrisme. Une invitation à relire L'Enéide de Virgile, texte épique s'il en est, retraçant le périple d'Enée et les origines mythiques de la cité de Rome.

     « Une fille lui restait, seule héritière de sa maison et de ses vastes domaines, déjà mûre pour le mariage, bien en âge de prendre un époux. Plusieurs princes du vaste Latium et de l'Ausonie toute entière briguaient son alliance. »

     La place de Lavinia tient à peu de chose dans L'Enéide, son rôle consistant à devenir la femme du héros Enée, et par là même à sceller l'alliance entre les Troyens et les Latins. Ursula Le Guin choisit de faire de la jeune femme la narratrice et le personnage titre de son roman. Lavinia apparaît ainsi comme la réécriture, du point de vue féminin, d'une partie de l'épopée de Virgile. L'auteur mourant apparaît lui-même dans le récit, comme une apparition spectrale en provenance du futur, lorsque Lavinia se recueille dans le secret du sanctuaire de sa famille. Le dialogue noué entre les deux personnages — le réel et le fictif — se révèle très touchant, un des moments forts du roman. Le poète lui dévoile le passé — la guerre de Troie, le séjour en Afrique chez Didon — et le futur — l'arrivée d'Enée et la période augustéenne — , se faisant ainsi oracle. On le constate rapidement, ce dispositif narratif sert de prétexte à une réflexion sur la liberté et le destin, sur le réel et la fiction. Personnage anecdotique et pourtant capital de l'épopée — en elle, la lignée d'Enée fait souche — , Lavinia ne vit qu'au travers des écrits de Virgile. Ici, elle incarne la légende, restant consciente de son caractère fictif, en grande partie imaginaire, et interpellant avec régularité le lecteur à ce propos. Ce faux monologue impulse un sentiment de trouble. Il rend la jeune femme d'autant plus réelle. Lavinia incarne aussi un destin livresque et tente de l'accorder à sa liberté. Un destin pour ainsi dire gravé dans le marbre. Forcer la main à son père, s'opposer à sa mère, à sa famille et à son peuple. Epouser la cause de l'étranger, de l'exilé. Exister en tant que tel et non uniquement sous la plume d'un autre.

     Lorsque le roman débute, Enée débarque avec armes et bagages. Lavinia assiste à l'événement annoncé par le spectre de Virgile. Puis, sans transition, l'histoire se décale dans le passé. Ursula Le Guin nous plonge au cœur du Latium archaïque. Immersion immédiate aux côtés de gens simples, petits paysans, esclaves, maisonnée du roi Latinus. La limpidité de la narration et l'authenticité de la reconstitution frappent aussitôt l'esprit. Une vie près de la nature, le sacré imprégnant par ses rites chaque geste du quotidien. Les couleurs, les odeurs, les sons, rien ne manque. Le cadre du drame à venir est dressé. Il ne reste plus aux événements qu'à se dérouler, fatidiques puisque déjà écrits. Alors en attendant, on fait connaissance avec Latinus, vieux roi fatigué désirant la paix. Avec son épouse Amata, rendue folle par le chagrin, avec Turnus, impétueux et jeune souverain de Rutulie, avec Drances, conseiller roublard de Latinus. Avec Enée enfin... On s'émerveille du traitement des personnages, de l'atmosphère envoutante tissée par Ursula Le Guin. Un tropisme dépourvu d'artifices et de fioritures. Tout l'art du conteur au service de la littérature.

     « Comme Hélène de Sparte j'ai causé une guerre. La sienne, ce fut en se laissant prendre par les hommes qui la voulaient ; la mienne, en refusant d'être donnée, d'être prise, en choisissant mon homme et mon destin. L'homme était illustre, le destin obscur : un bon équilibre. »

     A près de 80 ans, Ursula Le Guin démontre avec Lavinia que le meilleur de son œuvre n'est pas derrière elle. Loin de s'endormir sur son passé, elle écrit un roman tout bonnement époustouflant. Lavinia rappelle ainsi les titres les plus importants de sa bibliographie : Les Dépossédés ou La Main gauche de la nuit pour n'en citer que deux. Et il s'impose comme une des parutions incontournables du début de l'année 2011.

Laurent LELEU
Première parution : 1/4/2011
dans Bifrost 62
Mise en ligne le : 2/2/2013


 
Base mise à jour le 23 novembre 2014.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2014. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.