Site clair (Changer
 
    A la une     Connexion adhérent
Parmi les nouveautés (programme de parution complet)
Critiques nooSFere (toutes les critiques)
nooSFere - Jean-François Seignol, 09/09/2021

C'est la fin du monde. De l'Humanité ne subsiste plus qu'un vaste hôpital psychiatrique dont la police et le Parti ont pris le contrôle. Apocalypse ou pas, la machine bureaucratique continue de fonctionner : efficace, froide, engoncée dans un jargon absurde jusqu'à en être comique. Le Parti est déchiré par les luttes intestines de ses 343 fractions. Purges et réhabilitations se succèdent à un rythme soutenu. Monroe a été victime d'une de ces purges. Depuis l'au-delà, il envoie (lire la suite)
nooSFere - René-Marc Dolhen, 27/08/2021

« J’aime la fiction de genre, et j’aime l’horreur. La mauvaise horreur est traitée comme le cousin dont on ne parle pas, qui n’est pas invité aux repas. (…) Mais entre les enfants possédés et les mutants des égouts, on trouve parfois un espace pour toucher à quelque chose de spécial qui ne sera pas moins poignant qu’un drame réaliste. Cet espace est constitué des ombres sur les murs que nous regardions avant de dormir quand nous étions enfants et des effroyables ténèbres (lire la suite)
nooSFere - David Soulayrol, 25/08/2021

Le pitch est vite dressé : c'est l'apocalypse Zombie. Encore. Mais cette fois ça se passe à Paris. Et si le récit se déroule longuement dans les sous-terrains de la capitale, il se distingue du Métro 2033 de Dmitri Glukhovski par une catastrophe toute récente et abrupte, dont le résultat est la disparition complète de la société. Par ailleurs, les principaux protagonistes ne sont pas des mâles aux pectoraux sur-développés qui manquent de faire craquer leur débardeur poisseux à (lire la suite)
nooSFere - René-Marc Dolhen, 15/08/2021

Deuxième partie de la trilogie d'une nuit d'hiver, La Fille dans la tour continue de suivre la jeune Vassia, qui, dans une Russie alternative du 12e siècle, après avoir echappé à un mariage forcé dans L'Ours et le rossignol, se retrouve aux prises avec une mystérieuse troupe de bandits, pilleurs et tueurs de villageois, dans une aventure qui conduira la jeune fille, déguisée en garçon, jusqu'à Moscou et à ses intrigues de cour et luttes de pouvoir. Le deuxième tome d'une trilogie est (lire la suite)
nooSFere - Sylvain Fontaine, 07/08/2021

L'excellent souvenir laissé par World war Z n'a pas été effacé par les douze années qui se sont écoulées, et voici le nouveau roman de Max Brooks, Dévolution. Autant dissiper les illusions d'emblée, le coup de génie de World war Z ne s'est pas reproduit. En premier lieu, le style factuel de Max Brooks convenait au kaléidoscope de nouvelles de World war Z, qui faisaient, sous prétexte d'un récit journalistique, le tableau d'une épidémie mondiale sur plusieurs années ; (lire la suite)
nooSFere - David Soulayrol, 02/08/2021

Damian Sabre, un leader parmi les pilotes rebellés sur la planète Ankou, lance un plaidoyer vibrant afin que les Hommes puissent retrouver la liberté de mouvement et l'esprit d'aventure et de découverte des pionniers qui s'élancèrent jadis à l'assaut de la galaxie. Face à eux, les Compagnies qui gèrent toute circulation dans l'espace ont tôt fait de mater la fronde et de la manière la plus définitive qui soit. Non, ce n'est pas là le résumé du livre mais celui de l'événement (lire la suite)
Critiques externes (toutes les critiques)
Bifrost - Philippe Boulier, 01/01/2016

            Il y a des romans, rares mais précieux, que l’on reçoit comme une gifle, des romans dont la lecture vous laisse hébétés, pantois. Le Sourire des crabes fait sans conteste partie de cette catégorie.             L’histoire est celle de Luc et Cath, frère et sœur, amants, fous à lier, désespérés, humains, monstrueux. Elle a été jugée incurable et bonne à (lire la suite)
Bifrost - Thomas Day, 01/01/2016

            Big brother is watching you : utopies, dystopies et contre-utopies sont à l'honneur du dossier de ce nouveau Présences d'esprits. Orwell, Huxley, Le Talon de fer de Jack London, Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, Thomas More, Campanella, Bellagamba et sa « Cité du soleil » sont très largement cités dans un dossier plus que correct, peut-être un peu trop court et un peu trop sage (sur le plan politique), mais qui a le bon goût de ne jamais verser dans (lire la suite)
Bifrost - Thomas Day, 01/01/2016

             « La démarche de la scénariste Cory Doctorow, par ailleurs romancière SF bien connue… » Après avoir lu (et relu) cette phrase, p. 187, je me suis mollement rué sur craphound.com, le site de Doctorow, puis sur Boing Boing, pour savoir si le pape du net, mal rasé sur sa photo promo, avait récemment changé de sexe. Visiblement, non. Ou alors de façon temporaire, tel un personnage de John Varley.             (lire la suite)
Bifrost - Éric Jentile, 01/01/2016

            Énorme pavé écrit sur deux ans après d’imposantes recherches documentaires, CAQLHV est le chef-d’œuvre de Pierre Pelot, comme en font les Compagnons du devoir. Il fait entrer Pelot dans la petite confrérie des écrivains de fresque, aux côtés de Tolstoï et des autres photographes d’univers.             1599, dans les Vosges, une pauvre femme dont le seul tort est d’être trop belle (lire la suite)
Bifrost - Laurent Leleu, 01/01/2016

            Canyon Street ressemble à une prison à ciel ouvert, bornée de tous côtés par la barrière cyclopéenne des Horizons fermés. La contrée est un dédale, en apparence infini, de rues et ruelles, de bois, de pâtures et d’agglomérations. Sous un ciel éternellement embrumé, comme barbouillé par un artiste fatigué de repeindre toujours le même tableau, ses habitants, ou plutôt devrait-on dire ses détenus, (lire la suite)
Bifrost - Bertrand Bonnet, 01/01/2016

            Pierre Pelot s’était déjà frotté au roman préhistorique avec Le Rêve de Lucy, qui avait bénéficié des conseils scientifiques d’Yves Coppens. Il a remis le couvert avec « Sous le vent du monde », pentalogie d’une ambition rare, débutant 1,7 million d’années avant notre ère et s’achevant il y a de cela 32 000 ans, et se déroulant aux quatre coins du globe. Il s’agit de narrer l’homme (lire la suite)
Dans l'encyclopédie (tous les articles)
Europe n°643-4, p. 101-110 - Roger BOZZETTO

     On s'intéresse peu aux rapports que Sue entretient avec la production d'effets de fantastique, et c'est compréhensible : cela obligerait à repenser bonne part de l'histoire et du domaine de ce genre littéraire. Sous l'influence de la critique récente, on tend à l'interpréter comme un discours qui se clôt sur soi, une machinerie aux effets prévisibles qui tenterait une impossible scénographie du désir et du manque, une mimographie de l'altérité. Le tout sur une scène (lire la suite)
Nous les Martiens n°21 - Roland C. WAGNER

           Au début était Elric le Nécromancien, et tout le reste n'a fait que suivre.        Cette affirmation peut paraître péremptoire. Il est vrai que Michael Moorcock a beaucoup écrit, dans beaucoup de styles et de genres différents, et que la pareté entre — par exemple — L'Assassin anglais ou Le Programme final et la saga d'Elric n'a rien d'évident. De même, une mise en parallèle de Voici l'Homme et de Gloriana (lire la suite)
- COLLECTIF

          Christian Grenier a longtemps conjugué sciences et littérature.           Une façon, affirme-t-il, d'interroger l'avenir pour mieux éclairer le présent, de cultiver l'espoir, le rêve et l'utopie au moyen d'une science-fiction optimiste.           En réalité, il ne s'est jamais enfermé dans un genre particulier (La guerre des poireaux sort en 1978), même s'il a surtout publié de romans pour la jeunesse (cinquante à ce jour, une vingtaine sont épuisés).           Né à Paris en 1945, Christian Grenier est nourri par le théâtre. Il aimerait devenir (lire la suite)
Convention nationale 2001 - Philippe PASTOR

          2 — Nos armes. A — Provocation.           La provocation est avant tout une attitude mentale. Si elle veut être réellement efficace, elle doit être, dans sa forme, gratuitement agressive. C'est de cette façon qu'elle provoque la surprise et le plaisir, de cette façon qu'elle remet aussi totalement en cause que possible la validité d'une icône dont le règne traîne en longueur.           Chez Farmer, comme chez Jack Vance d'ailleurs, le héros professe d'une manière quasi systématique un scepticisme qui, s'il est la plupart du temps de bon aloi, sombre parfois joyeusement dans le (lire la suite)
Prochains événements (tous les événements)
du 01/12/2020 au 24/10/2021

Yverdon (Suisse). Site officiel : http://www.ailleurs.ch/expositions/
du 25/09/2021 au 26/09/2021

7e édition, Menetrol (Puy-de-Dôme). Site officiel : https://www.aventuriales.fr/
du 01/10/2021 au 03/10/2021

1ère édition !, Bordeaux-Mérignac (Gironde). Site officiel : http://hypermondes.fr/
du 14/10/2021 au 17/10/2021

Epinal (Vosges). Site officiel : https://www.imaginales.fr/
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 74105 livres, 82085 photos de couvertures, 69722 quatrièmes.
8527 critiques, 40081 intervenant·e·s, 1541 photographies, 3735 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.