Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Garennes de Watership Down

Richard ADAMS

Titre original : Watership Down, 1972

Traduction de Pierre CLINQUART

FLAMMARION (Paris, France)
Dépôt légal : janvier 1992
Roman, 416 pages, catégorie / prix : 135 FF
ISBN : 2-08-060871-1   
Genre : Fantasy



    Quatrième de couverture    
     Cessant d'être les Jeannot de notre enfance et le gibier des Raboliot, voici que les lapins deviennent pour la première fois les héros d'une épopée.
     Ce récit a la simplicité des grands mythes. Comme eux, il est tissé de symboles : le sang versé, l'herbe rase et l'herbe haute, l'oiseau noir et l'oiseau blanc, le grand chien qui vous pourchasse et qui vous sauve sans le savoir, l'eau qui noie ou qui vous porte, la « grande eau » que les lapins n'ont jamais vue et dont ils rêvent, et enfin ces innombrables petites fleurs des champs, avec lesquelles ils entretiennent une amitié complice et gourmande, incarnations fugaces du temps qui passe et de la Mort, leur éternelle compagne.
     Fable ? Oeuvre de moraliste ? Livre de sagesse ? Richard Adams a simplement raconté une histoire — mais en lui prêtant une telle fraîcheur, une telle poésie et tant de mystérieux échos que nous croyons reconnaître une odyssée venue du fond des siècles. A nous de l'interpréter à notre façon, ou mieux de la lire avec des yeux d'enfant.

     C'est pour distraire ses filles Julia et Rosamonde que Richard Adams commença à leur raconter ces aventures extraordinaires de lapins... puis il se mit à les écire. Le succès de Watership Down fut prodigieux : 70 semaines en tête de liste des best-sellers du Sunday Times, plus d'un million d'exemplaires en livre de poche.

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
André-François Ruaud : Cartographie du merveilleux (liste parue en 2001)


    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
La Garenne de Watership Down , 1978, Martin Rosen (Film d'animation)
Watership Down , 1999, Troy Sullivan (Série TV d'animation)
Watership Down , 2018, Noam Murro (Mini-série, animation)
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition J'AI LU, (1987)


     Ce premier roman de Richard Adams fit grand bruit dans les pays anglo-saxons lors de sa parution initiale : son auteur avait eu l'idée de retourner aux sources que sont Le vent dans les saules de Kenneth Grahame et Winnie the Pooh d'A.A. Milne, œuvres peu considérées au pays de ce fichu Descartes mais célébrissimes en Angleterre et aux USA. Depuis, Adams a écrit bien d'autres romans, s'éloignant peu à peu du sous-genre de la fantasy qu'il avait ainsi réussit à créer, et d'autres auteurs se sont lancés dans ce domaine tout frais et commercialement porteur. De cette succursale étonnante du merveilleux, on peut lire par exemple, en France, Les chiens de la peste d'Adams (dont a d'ailleurs été tiré un dessin animé long métrage, comme des Garennes — mais ils n'ont pas été distribués par chez nous), chez Belfond, La légende du noble chat Piste-Fouet de Tad Williams chez Flammarion, Pentecôte le mulot de W.J. Corbett chez Castor-Poche-Flammarion. En attendant la traduction hypothétique du chef-d'œuvre du genre avec les Garennes, Duncton Wood de William Horwood [paru depuis chez l'Atalante, NdA].
     Mais que sont donc ces Garennes de Watership-Down ? L'odyssée d'un groupe de lapins de garenne qui, chassés par la destruction de leur colonie par les humains, décident d'aller s'installer dans les collines de l'autre côté de la route. Parmi eux, un jeune lapin aux talents prémoni­toires, qui leur a permis d'échapper à la mort qui a frappé le reste des leurs. Leur errance les conduira à rencontrer une garenne étrangement civilisée et fort inquiétante, à en affronter une autre aux ambitions expan­sionnistes, à libérer des lapines de clapier...
     Le talent de Richard Adams à constitué en une très juste et amusante caractérisation de ces lapins de héros : anthropomorphisés, certes, mais point trop et de manière très habile. Les mentalités, les habitudes spécifi­ques et le vocabulaire sont savoureusement mis en scène (et très bien adaptés en français). Le roman est passionnant de bout en bout, et la lecture est de type jubilatoire ! Ce livre n'a pas eu à sa parution en France l'accueil qu'il aurait du avoir, aussi sa réédition en poche est-elle une bonne chose : ainsi est disponible facilement une lecture hors normes des plus amusantes et prenantes.

André-François RUAUD (lui écrire)
Première parution : 1/10/1987
dans Fiction 390
Mise en ligne le : 3/4/2005




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 67313 livres, 68747 photos de couvertures, 62236 quatrièmes.
8099 critiques, 35841 intervenant·e·s, 1468 photographies, 3695 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.