Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Mauvaise tête

Brian ALDISS

Titre original : Brothers of the head, 1977

Traduction de Jean BONNEFOY
Illustration de Ian POLLOCK

DENOËL (Paris, France)
Dépôt légal : 2ème trimestre 1979
120 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : néant   
Genre : Hors Genre



    Quatrième de couverture    
     Ce livre est le premier d'une nouvelle collection de romans et d'essais inédits, illustrés en quadrichromie — ce qui en fait une approche radicalement différente de la science-fiction.
     Brian Aldiss a écrit ici un roman subtil et attachant sur la vie de frère siamois affligés d'une troisième tête — inconsciente — , nés dans un coin sauvage et perdu de la côte du Norfolk. Ils deviennent des vedettes de la pop'music et leur énergie diabolique, l'attrait malsain qu'ils suscitent, leur assurent une brève gloire de « superstars ». Mais, avec le succès, leurs tensions insurmontables et leur jalousie débouchent sur une lutte fratricide pour conquérir la femme de leur vie. Et dans la tourmente de leurs derniers mois d'existence, la sinistre « mauvaise tête » exige avec une insistance croissante son droit à la vie...
     L'illustrateur, Ian Pollock, est un brillant lauréat du Royal College of Art. Ses aquarelles transparentes, ses dessins nerveux contribuent largement à souligner l'originalité de ce récit pathétique.

    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
Brothers of the Head , 2005, Keith Fulton & Louis Pepe
 
    Critiques    
 
     Etrange destin que celui de ce bouquin atypique. Publié en 1977 sous une forme inhabituelle (un grand format, style beau livre, somptueusement illustré par Ian Pollock, traduit par votre serviteur pour Denoël, en 1979) pour inaugurer une nouvelle collection qui ne dépassera pas trois titres, frais de fabrication obligent, Brothers of the Head / La Mauvaise Tête, devait sommeiller, quasi oublié, durant près de trente ans, jusqu'à ce que... mais on y reviendra.
     Il faut d'abord dire que cette histoire fort cronenbourgeoise (pour le réalisateur canadien, pas la bière alsacienne), outre sa forme dérangeante (encore renforcée par le style graphique de l'illustrateur, ambiance Ronald Searle, revu par Gerald Scarfe...), se situait quelque peu à l'écart des canons de la SF ordinaire.
     Qu'on en juge : le livre se veut le récit documenté (succession de fiches, interviews, témoignages, articles et documents divers, y compris les textes de chansons fournis en annexe) de la carrière aussi scandaleuse qu'improbable de deux frères siamois natifs d'un cap rocheux paumé, situé sur la côte du Norfolk (d'où le titre — avec un jeu de mots intraduisible, « Head » étant entendu ici comme tête, mais aussi comme cap, promontoire), frères siamois qui plus est affligés d'une troisième excroissance en forme d'ébauche de tête supplémentaire (qui tient à avoir son mot à dire — tel l'ineffable Zappy Bibicy du Guide du voyageur galactique -, d'où le titre VF).
     Deux frères siamois qu'un producteur malin et roublard va propulser dans le top 50 des rock-stars glam punk décadentes (on est en 1977 ! Ziggy Stardust a enfanté les Stranglers), tels deux (trois ?) Elephant Men qui, aujourd'hui, feraient intensément songer, prémonition, aux tristement célèbres (pour leurs frasques) frères Gallagher d'Oasis. Evidemment, tout cela va très mal finir...
     Dans l'intervalle, on aura eu droit à un récit éclectique, éclaté, décalé, et d'une intense puissance poétique (quelque peu lovecraftienne ou stephenkinguesque), brumes côtières obligent... (les cultivés convoqueront Mlle Brontë et ses Hauts de Hurlevent).
     Détail intéressant (et éclairant), Brian Aldiss a révélé, lors d'une interview ultérieure, que cette histoire passablement tordue était née de la crise que son couple traversait à l'époque, conjuguée à la narration d'un cauchemar vécu par sa fille, dont il avoue (point crucial et douloureux) qu'elle n'avait pas été vraiment désirée...
     Sans doute est-ce là la raison pour laquelle les réalisateurs Keith Fulton et Louis Pepe décidèrent, près de trente ans plus tard (précisément, en 2005), de ressusciter le texte en le portant à l'écran sous la forme d'un faux documentaire techno-trash (sur le modèle du Projet Blair Witch en 1999, d'Incident at Loch Ness de Werner Herzog, sorti en 2004, sans oublier, bien sûr, plus récemment, Cloverfield), docu romancé que l'affiche présente comme situé « à la croisée de Cronenberg et Spike Jonze ».
     Le livre (en VO comme en VF) étant désormais quasiment introuvable — ou alors à des prix indécents — , on pourra donc satisfaire sa curiosité avec le DVD (dispo, lui, du moins en VO), même si l'esthétique du film est bien plus radicale que celle du livre (dont la forme pouvait évoquer quelque conte macabre mais intensément poétique, tel un Petit Prince sous amphés...).
     Si l'on a la chance de tomber sur les deux, l'un et l'autre se complètent admirablement.

Jean BONNEFOY (lui écrire)
Première parution : 1/1/2013 dans Bifrost 69
Mise en ligne le : 17/12/2017


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 63852 livres, 61120 photos de couvertures, 58471 quatrièmes.
8040 critiques, 34994 intervenant·e·s, 1340 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.