Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Connexion adhérent
Album
L'Anomalie
Série : Megalex    tome 1  Album suivant

Scénario : Alexandro JODOROWSKY
Dessins : Fred BELTRAN

Humanoïdes Associés (Les) , 1999
 
Cartonné
56  pages  Couleurs
 
Critiques
     Voici un album dont l'éditeur annonce qu'il s'agit d'un tournant dans l'histoire de la bande dessinée. Propos excessifs, on s'en doute, mais qui détiennent néanmoins une part de vérité. jamais encore l'ordinateur n'était intervenu à ce point dans la réalisation d'une bande dessinée. Le dessinateur, Fred Beltran, est avant tout un spécialiste du multimédia et se pose comme un virtuose de la création graphique par ordinateur. Pour Mégalex, il a modélisé en trois dimensions l'ensemble des décors et des personnages à la manière d'un jeu vidéo. Il lui reste ensuite à choisir des angles de vue, à y insérer les personnages, et il obtient l'image désirée. Quelques retouches finales au crayon évitent un rendu trop froid et nous rappellent qu'il s'agit quand même de dessin. De fait, Mégalex est un album assez étonnant sur le plan graphique. On y trouve des images intéressantes qui font penser effectivement à l'esthétique de certains jeux vidéos, et une espèce de cohérence implacable censée épouser la logique de l'univers inventé par Jodo. (Mégalex est une immense planète-cité, aseptisée, sur-régulée, peuplée de clones tous identiques).
     Mais au final tout ceci n'est guère convainquant. On passera sur le scénario, complètement insipide et sans relief, et des dialogues qui sonnent faux. (Mais qu'est devenu le Jodo de L'Incal ?). Pour une bédé de cette ambition, Beltran aurait sans doute mérité mieux, mais bon, Jodo ça fait vendre...
     Quant au dessin, le résultat est finalement décevant. On retrouve dans Mégalex le côté lisse et formaté des jeux vidéos (vous trouvez ça beau, vous, un jeu vidéo ?), un manque de dynamique et de mouvement qui rappelle un peu le roman photo.
     L'erreur est peu être de croire que pour dépeindre un univers aseptisé il faut un dessin à l'avenant... Les techniques utilisées par Beltran ouvrent certes des perspectives intéressantes pour nombre de dessinateurs mais on peu néanmoins s'interroger sur l'intérêt d'une méthode consistant à partir de la 3D pour aboutir, quoiqu'il en soit, à des images immobiles en 2D. D'autant que ce procédé élimine a priori toutes les « incohérences » graphiques que nombre d'auteurs utilisent comme des procédés narratifs (angles de vus faussés, perspectives tronquées, déformations subjectives...) Est-ce que ça n'est pas en dessin animé, ou en jeu vidéo que l'univers graphique de Mégalex trouverait un support lui correspondant, que le travail de modélisation 3D trouverait un aboutissement légitime ?
     Loin de nous l'idée de jouer les vieux réacs. On attend avec impatience une « BD 3D » qui nous prouve l'intérêt de ce genre de procédé. D'ici là je n'échangerai pas un seul album de Ledroit contre un plein baril de Mégalex.

Eteyas          
Bifrost n°15          
01/09/1999          


.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018