Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Connexion adhérent
Album
LeTemps de l'éveil
Série : L'Ancêtre Programmé    tome 1  Album suivant

Scénario : Anne PLOY
Dessins : Loïc MALNATI
Couleurs : Loïc MALNATI

Humanoïdes Associés (Les) , mars 2001
 
Cartonné
Format 320 x 240
48  pages  Couleurs
ISBN 2-7316-1395-5
Voir une planche.
 
Quatrième de couverture
     Le troisième millénaire. Le vieux rêve de l'Homme est enfin à portée de sa main, égaler son Créateur...
     Marie, Dudd et Ted-Alister, une charmante théosophe et deux génies de l'informatique, se retrouvent confrontés aux plus grands des défis, aux limites des sciences et de l'irrationnel.
 
Critiques
     En 2025, la domotique a envahi la vie quotidienne. Les « madjors  » ou majordomes informatiques, surveillent la gestion de vos placards, tandis que les « medics  » scrutent en permanence votre santé et votre nutrition.
     A la tête du groupe CMD, Edward Hates a conçu Octogonia, une fabuleuse cité universitaire interactive où la recherche financée par les entreprises biotechnologiques doit donner naissance au meilleur des systèmes de programmation, sous le contrôle de l'Intelligence Artificielle nommée EXE (l'EXpert des Experts). Il met également en place Jay, un système de « professeur interactif », un programme assurant aux enfants un suivi personnalisé et adapté au rythme de chacun.
     Dans un des laboratoires d'Octogonia, les jeunes programmeurs Dudd et Ted-Alister analysent les grands principes qui définissent les différentes religions pour tenter de programmer un « Super Dieu ». Comme ils ne parviennent pas à faire assimiler la notion abstraite de Dieu à l'ordinateur, ils font appel à Marie, une théologienne, théosophe et philologue, pour mieux cerner ce concept et sa définition possible.
     Mais tout le monde n'admire pas Octogonia, notamment le journaliste Draft Dodger, surnommé « l'Insoumis », qui déteste Hates. Lorsque ce dernier est atteint d'un cancer – sans danger en 2025 – Dodger y voit une faille à exploiter, d'autant plus que ce cancer en forme de fleur semble anormalement inquiéter Hates...

     Difficile de résumer simplement cet album sans trahir la richesse d'un scénario qui aborde intelligemment quelques-uns des grands thèmes de la SF moderne  : comment définir l'homme  ? Comment définir le concept de Dieu  ? Une intelligence artificielle sera-t-elle capable de saisir une notion abstraite  ? Restera-t-il toujours une part de la conscience humaine qui échappera à la programmation  ? Jusqu'où pourra-t-on laisser des machines investir notre vie  ?

     Pour tenter de répondre à ces questions – et à bien d'autres encore – Anne Ploy a imaginé une formidable histoire du futur couvrant les années 2025 à 2042, conçue en vingt albums répartis en quatre époques. Cette fresque, nommée Transgenèse, a pour objet d'imaginer l'évolution de l'humanité confrontée aux biotechnologies et à l'informatique. Un projet particulièrement ambitieux et sans équivalent en bande dessinée  !
     Les quatre époques, publiées en parallèle, seront dessinées par un illustrateur différent. Pour ce premier volet, c'est Loïc Malnati, le complice d'Anne Ploy pour Anahire, qui s'y colle. Son dessin réaliste et attrayant met l'accent sur les sympathiques personnages, mais il pâtit un peu de couleurs assez criardes et d'une certaine répétitivité.

     L'Ancêtre programmé promet donc d'être une œuvre ambitieuse et originale, privilégiant l'intelligence même si l'action et le suspense ne sont pas oubliés. Son propos et son rythme pourront certes surprendre les amateurs d'intrigues codifiées, mais ils passionneront ceux qui voient dans la science-fiction la véritable littérature philosophique contemporaine.

Pascal Patoz          
nooSFere          
15/12/2001          

     Octogonia est une véritable ville dans la ville, un gigantesque campus universitaire qui vit en autarcie et abrite l'élite intellectuelle de ce début de troisième millénaire. C'est une cité aseptisée à souhait, régentée par une série d'ordinateurs et de systèmes informatiques jouant le rôle de majordomes, maîtres d'éco1es ou encore médecins. L'architecture fait penser à des montages de lego, le mobilier à des jouets, tout y est fait pour infantiliser et mieux contrôler ses occupants. Bref un univers sordide sous des dehors douillets et rassurants. On trouve à Octogonia des savants de tout poil, des industriels sans scrupules et de petits génies comme Dudd et Ted-Alister, deux jeunes informaticiens lancés sur un projet mystérieux : programmer une synthèse de toutes les religions pour recréer une espèce de super-dieu virtuel, Aidés de la jeune et jolie théosophe Marie Appton, les deux gars se mettent au travail, sans même savoir qui est leur employeur véritable. Pendant ce temps, Mr Hates, le dirigeant peu reluisant d'Octogonia, apprend qu'il souffre d'une tumeur cancéreuse en forme de fleur...
     L'Ancêtre programmé s'inscrit dans un projet ambitieux baptisé Transgénèse et dirigé par la scénariste Anne Ploy (laquelle avait déjà signé, en compagnie du même Loïc MaInati, la série Anahire chez Delcourt). Il s'agit de réaliser pas moins de quatre séries de cinq albums, soit un total de vingt albums, chaque série étant confiée à un dessinateur différent. L'Eveil est le premier tome de la première série, et nous introduit dans un univers futuriste en définitive guère différent du nôtre. Ce premier album plie sans doute sous le poids du projet : on n'y trouve aucun suspens, pas de rythme, rien qui incite à poursuivre la lecture. Quelques personnages intéressants font leur apparition, la tumeur en forme de fleur du dirigeant Hates éclôt comme un joli mystère, et on sent que beaucoup de graines sont plantées pour la suite. Quant au fond du problème, à savoir la programmation d'un super-dieu, il n'est ni très crédible ni très convaincant et tient plutôt du charabia théologico-technologico-new-age qu'autre chose. Le dessin semble bien servir le projet, avec des recherches de design intéressantes, même si esthétiquement ce n'est pas ce qu'on préfère (mais bon, le dossier de presse qui accompagne ce livre précise bien que Loïc MaInati est titulaire d'un brevet d'état de karaté, alors hein, on va pas non plus se mettre à dire des méchancetés — déjà qu'on a des problèmes avec Froideval...).
     Et c'est dubitatif que l'on referme cet album : à quoi s'attendre avec les prochains tomes ? Un récit prospectif ébouriffant d'intelligence ou une vaste fumisterie pseudo-intellectuelle ?

Eteyas          
Bifrost n°16          
01/12/1999          


.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018