Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Connexion adhérent
Album
Le Temps de la Conscience
Série : L'Ancêtre Programmé    Album précédent tome 2  Album suivant

Scénario : Anne PLOY
Dessins : Loïc MALNATI
Couleurs : COLOR TWINS

Humanoïdes Associés (Les) , octobre 2000
 
Cartonné
Format 320 x 240
48  pages  Couleurs
ISBN 2-7316-1424-2
Voir une planche.
 
Quatrième de couverture
     A Octogonia, le programme de synthèse des religions sur lequel travaillaient Dudd, Marie et Ted s'est mystérieusement volatilisé, et l'article de Draft Dodger dénonçant l'état de santé catastrophique de Hates a mis le feu aux poudres.
     Pour protéger les intérêts d'Octogonia, Hates fait appel à un tueur professionnel, attaché à une secte appelée l'Arquante.
 
Critiques
     Ted et Judd sont atterrés  : le programme « divin » sur lequel ils travaillent depuis plus de deux ans vient d'être mystérieusement effacé, avec toutes les sauvegardes... Hors d'Octogonia, le journaliste Dodger continue à s'acharner sur l'image publique d'Edward Hates  : il souhaite venger sa femme et sa fille, mortes dans un « suicide » collectif orchestré par la secte de l'Arquante, avec laquelle Hates s'est compromis... Pendant ce temps, l'ordinateur EXE manipule les rêves et les cauchemars de Hates, bien décidé à tout comprendre de l'esprit humain...

     Le rythme s'accélère dans ce deuxième épisode, avec l'apparition du menaçant Joudri, l'un des complices de la secte de l'Arquante. Moins théorique que le précédent, cet album délaisse les considérations théologiques pour mieux préciser les enjeux de la partie en cours. Derrière Hates et son université, deux forces paraissent tirer les ficelles  : l'Arquante, une secte avide de pouvoir, et l'Intelligence Artificielle EXE, dont le libre-arbitre semble acquis.
     Même s'il est un peu moins fort, le propos sous-jacent au récit demeure toutefois très intéressant. Anne Ploy continue notamment sa réflexion sur l'interaction entre la machine et l'esprit humain  : les séances d'apprentissage avec le professeur-programme « Jay » tournent au cauchemar pour certains élèves trop doués, l'ordinateur ne jugeant que les capacités intellectuelles de l'enfant sans tenir compte de ses difficultés psycho-affectives.

     Le dessin de Malnati bénéficie cette fois d'une mise en couleurs plus agréable, grâce au travail des Color Twins. Parmi les passages les plus réussis, on notera une amusante soirée costumée sur le thème du « réveillon 2001 ».

     Un second tome qui confirme l'intérêt d'une série à l'ampleur peu commune  : le troisième millénaire lucidement décrit par Anne Ploy est d'autant plus inquiétant qu'il est tout à fait vraisemblable !

Pascal Patoz          
nooSFere          
02/01/2002          

     Bon, alors d'abord, pour les étourdis n'ayant pas lu le Bifrost 16, je vous résume l'épisode précédent. Nous sommes en 2025, au sein d'Octogonia, un vaste com­plexe où des chercheurs, des étudiants et des industriels travaillent et collaborent sur des domaines scientifiques et technolo­giques de pointe. Derrière ce projet il y a Edward Hâtes, homme richissime, puissant et sans scrupules, hanté par la peur de sa propre mort. Lorsque son médecin lui apprend qu'il est atteint d'un cancer, et en dépit du fait qu'une telle maladie se soigne aisément, son humeur ne s'arrange pas. Mais voilà qui fait bien l'affaire du journa­liste Draft Dodger, qui a des raisons per­sonnelles d'en vouloir à Hâtes... En paral­lèle à tout ceci, deux étudiants, Dudd et Tex, et une théosophe, travaillent au sein d'Octogonia sur un projet mêlant informa­tique et religion. Et l'empire de Hâtes lance un nouveau produit : Jay une intelligence artificielle censée remplacer les profes­seurs...
     Le premier tome avait posé les person­nages, le décor — futur proche, avec tech­nologies de l'information et intelligences artificielles omniprésentes — et amorcé l'intrigue, ou plutôt les intrigues. Le deuxiè­me tome développe ces dernières. Dudd et Tex sont dans la panade car tous leurs tra­vaux — trois années d'investissement — se sont mystérieusement volatilisés. Sans par­ler du fait que Dudd a été le témoin invo­lontaire de manigances pas très nettes... Le journaliste Dodger s'attaque à Hâtes et joue avec le feu. On voit Jay à l'œuvre avec un jeune écolier que l'I.A. pousse à bout. Et comme si la situation n'était pas assez com­plexe, voici qu'une secte pas très fréquen­table entre dans le jeu.
     Bref, l'action passe à une vitesse supé­rieure ! Les différents fils de l'intrigue ne se rejoignent toujours pas, mais cela contribue plutôt à donner de l'intérêt à la série. Quant au décor, s'il n'est pas des plus originaux, il est incontestablement travaillé dans les détails. On regrettera toutefois que les protagonistes manquent d'épaisseur — à l'exception notable de Hâtes, personnage qui présente un mélange d'immoralité et de détresse humaine qui le rend, paradoxale­ment, fort touchant. Voilà qui nous change des méchants manichéens que l'on trouve habituellement dans les BD de SF style Mc Callum et compagnie.
     Rappelons pour terminer que cette inté­ressante série fait elle-même partie d'une plus vaste fresque, TransGénèse, qui sera composée de trois autres séries indépen­dantes mais se déroulant dans le même uni­vers. Si l'ensemble est à la hauteur de ses ambitions au regard de ce que l'on a pu lire jusqu'à présent, voilà qui promet d'être intéressant.

Philippe Heurtel          
Bifrost n°21          
01/12/2000          


.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018