Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Connexion adhérent
Album
Lucyber
Série : Alvin Norge    Album précédent tome 3  Album suivant

Scénario : Chris LAMQUET
Dessins : Chris LAMQUET
Couleurs : Chris LAMQUET

Lombard (Le) , coll. Troisième vague, octobre 2002
 
Cartonné
Format 295 x 223
48  pages  Couleurs
ISBN 2-80361-7722
Voir une planche.
 
Communiqué éditeur
     Alvin Norge est soudain arraché à l’insouciance dans laquelle il se laissait vivre depuis plusieurs mois. L'épicentre du tourbillon qui va l’emporter, est un enfant...
     L’as de l’informatique est sidéré : à Hong Kong, une femme dont il n’a jamais entendu parler, a donné le jour à un enfant dont il serait le père ! Ce bébé déclenche passions et violences là où il se trouve et, fait plus extraordinaire encore, il est dépourvu de nombril parce que né sans cordon ombilical ! Lucy, c’est le prénom que lui a donné sa mère biologique, va se révéler le signe avant-coureur d’un bouleversement que personne n’imagine possible. Si Alvin Norge se voit attribuer la paternité de cet enfant aussi étrange qu’inquiétant, c’est qu’il doit avoir joué quelque part, les apprentis sorciers... Il va en tout cas s’en retrouver plongé dans le mécanisme effroyable d’une confrontation qui n’obéit à aucune règle connue. Il va lui falloir organiser une résistance aussi farouche qu’efficace contre un ennemi immatériel et impitoyable. Sa première urgence sera toutefois de situer Lucy. Et cela, tout en restant à New York, bloqué par une tempête de neige...
     Un thriller qui prévient des possibles dérives des technologies de pointe. Une série qui démontre que l’univers de science-fiction qui nous entoure, ne nous empêche pas d’être humains.
 
Critiques
     Cheung Poï, sud-ouest de Hong Kong. Shin-Ji met au monde clandestinement une petite fille dépourvue de cordon ombilical et de nombril. Quel est donc ce prodige ? Quoi qu'il en soit, Lucy — tel est son nom — intéresse déjà beaucoup de monde : à peine l'accouchement achevé, la mère et l'enfant doivent fuir devant un commando puissamment armé.
     Au même moment, de l'autre côté de la planète, à New York, Alvin Norge reçoit un étrange colis : une sorte de jeu de réalité virtuelle en temps réel, au sein duquel il rencontre un avatar de Dolorès, son ancienne compagne morte deux ans plus tôt. Celle-ci lui apprend qu'il lui a fait un enfant et qu'il doit les rejoindre à Hong Kong.
     A cet instant, Kimberley — le virus informatique créé par Norge en Août 2001 et qui apparaît sous les traits d'une charmante jeune fille — fait aussi irruption dans le jeu. Mais est-ce bien la vraie Kimberley ? Non, elle est devenue bien plus que cela, une damocle, sorte de super-virus autonome capable de s'infiltrer dans tous les systèmes informatiques, y compris celui de Norge pourtant bien protégé. Les damocles, actuellement au nombre de 49, semblent vouloir contrôler le monde...
     Quel rapport y a-t-il entre les damocles, Nathan Burcley ­ — l'inventeur de la technologie Quantum qui a révolutionné l'informatique — , la triade mafieuse de Hong Kong K19, les travaux de Norge sur la modélisation informatique du génome du fœtus retrouvé dans le cadavre de Dolorès et Lucy, la petite sœur charnelle de la très virtuelle Kimberley ? Alvin Norge va devoir le découvrir...Il a toutes les cartes en main pour avancer dans son enquête sur Lucy, qui serait en quelque sorte sa propre « fille ». Mais n'est-elle que le fruit concret d'une modélisation de l'ADN, ou bien une chimère plus complexe, comme le laisse supposer l'absence de cordon ombilical ? Est-elle la première représentante d'une nouvelle espèce — comme Lucy, son homonyme australopithèque, avant elle ? Ou tout cela présage-t-il une apocalypse — comme pourrait le faire craindre le jeu de mots du titre où la « Lucy cyber » glisse vers Lucifer ?

     Le moins que l'on puisse dire est que Chris Lamquet aime fouiller ses scénarios. Lucyber, qui initie une nouvelle trilogie, plante le décor et les très nombreuses composantes d'une intrigue rapidement palpitante. L'auteur progresse méthodiquement dans la construction de ce puzzle avec beaucoup de réussite plongeant le héros dans un véritable maelström. On ressent tout au long de la lecture la perplexité et l'incompréhension d'Alvin Norge qui affronte cependant les problèmes avec une certaine sérénité, au milieu de personnages dont il est souvent difficile de savoir dans quel camp ils jouent, sauf à se fier à des apparences trompeuses... Une confusion volontaire renforcée par le découpage éclaté des scènes : on passe sans cesse de Hong Kong à New York en transitant très souvent par l'ordinateur de Norge habité par la ravissante Kimberley et l'interface déjantée nommée Molmol.

     Si le trait réaliste de Lamquet est très sûr, ce sont surtout les couleurs que l'on remarquera en raison de leur richesse inhabituelle, des éclairages variés et des oppositions saisissantes. Des ambiances très sombres caractérisent les scènes en Asie alors que Kimberley et Molmol bénéficient de couleurs très vives dans des tons verts et rouges censés évoquer l'univers cybernétique. Même les bulles profitent d'un encrage particulier permettant d'identifier très aisément s'il s'agit d'une pensée, d'une parole humaine ou d'une voix synthétique. On pourrait craindre au final un bariolage fatigant mais le résultat est au contraire tout à fait harmonieux.

     Il ne nous reste plus qu'à attendre impatiemment les volets suivants, mais on peut d'ores et déjà lire et relire celui-ci : on aura le plaisir de découvrir à chaque fois quelque chose de plus, tant dans le scénario que dans le dessin, tous deux d'une très grande richesse.

Fabrice Fauconnier          
nooSFere          
15/11/2002          


.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018