Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Connexion adhérent
Album
La Larme du diable
Série : L'Armée des Anges    Album précédent tome 3 

Scénario : Thomas FENTON
Dessins : Steven CUMMINGS
Couleurs : Antoine QUARESMA

Humanoïdes Associés (Les) , février 2006
 
Cartonné
Format 320 x 240
48  pages  Couleurs
ISBN 2-7316-1663-6
 
Quatrième de couverture
     Entre l'ombre et la lumière...
     Entre le bien et le mal...
     un combat s'engage pour la survie de l'humanité.
     Une guerre éternelle.
     Frère contre frère.
     Ange contre ange.

     Un homme est au bord de l'abîme prêt à affronter les forces du mal. Il est notre seul espoir. Il est notre dernière chance. Il est la nouvelle prophétie...
 
Critiques
     Les anges sont partout, divisés en deux factions, les Protecteurs — les gentils — et la Légion — les méchants. Mais un homme — méchant — s'est emparé d'une arme qui lui donne le pouvoir de tuer les anges — méchants comme gentils. Pour faire face à cette menace, Protecteurs et Légion vont devoir s'unir et se fier à un autre mortel, Jason Ash — gentil...

     Si l'élégant dessin de Steven Cummings possède une indéniable force, le scénario n'est décidément pas parvenu à décoller depuis un premier tome pourtant alléchant. Il y manque un souffle, une vision ou un propos. Ou même, à défaut, une intrigue serrée, un rythme, une ambiance. Les personnages demeurent abstraits, peu attachants pour les uns, peu effrayants pour les autres, simples pions dans une lutte absurde. Leurs psychologies ne sont qu'esquissées, leurs combats paraissent vains — les immortels semblent décidément obligés de passer leur temps à se battre à l'épée, les pauvres... Jason Ash, petit flic ordinaire, arrive et triomphe, sans que ce soit le moins du monde crédible.
     Bref, on ne vibre à aucun moment. L'album se referme avec un haussement d'épaule. Joli, oui, mais, sauf si l'on se passionne particulièrement pour les anges, dispensable.

Pascal Patoz          
nooSFere          
01/03/2006          


.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018