Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Album
Dustin
Série : Double Gauche    tome 1  Album suivant

Scénario : Eric CORBEYRAN
Dessins : Gil FORMOSA
Couleurs : Isabelle DROUAILLET, Gil FORMOSA

Dargaud , juillet 2006
 
Cartonné
Format 320 x 240
56  pages  Couleurs
ISBN 2-205-05846-0
 
Quatrième de couverture

     « Sache enfin qu’une fois maîtrisé, l’expression de ce pouvoir ne sera que le reflet de tes choix… »

 
Critiques

     Dustin Golfinger a organisé une superbe réception dans son palais. Il est entouré de tout ce que compte Sinostropolis en personnalités qui trempent dans ses magouilles. Il est l’arriviste à qui il ne manque même pas le cynisme. Surgit une fabuleuse créature qui l’interpelle, lui rappelle qu’elle se nomme Mimsy et lui crache au visage ses quatre vérités dénonçant ce qu’il est devenu, lui rappelant sa jeunesse, ses espoirs et ses projets de l’époque. Puis, elle lui disparaît.
     Dustin lui court après, alors que son passé remonte en bloc : la mort de ses parents, les mauvais traitements de ses tuteurs qui en veulent à sa fortune et la découverte, grâce à une fée, du pouvoir de cette main qu’il a toujours considérée comme une tare, cette main gauche à la place de la droite. Sous une violente émotion, il transforme ce qu’elle touche.
Comment est-il devenu ce qu’il est ? À quelles sombres infamies s’est-il livré ?

     Éric Corbeyran est sur tous les fronts. Il ne se passe pas un mois sans que ne paraissent un,  deux, voire trois albums scénarisés par ce boulimique de travail.  Il évolue, avec la même aisance, le même bonheur, de l’univers de ses anges sataniques à des séries d’aventures historiques, policières, fantastiques… Si Dustin fait penser à toutes les histoires où les enfants sont en bute à la méchanceté des adultes comme dans Sans famille, Oliver Twist… le propos et le ton s’en éloignent vite pour passer à une critique acerbe de la cupidité et de l’affairisme. Il crée des personnages haut-en-couleur comme Tête-De-Clou, qui se fait payer pour qu’on lui casse des objets sur la tête ; Ordog Polok, un organisateur d’exhibition de monstres, tout à fait dans la lignée de ce que l’on peut attendre…

     Le trait puissant de Formosa donne à ses planches le fourmillement de la vie. Il réussit un dessin et une mise en scène remarquables, un travail sur le mouvement efficace. Il crée des personnages aux « gueules » incroyables. Il modèle leurs expressions à la limite de la caricature, s’inspirant du Comics, mais rappelant surtout des planches mémorables du grand Marcel Gotlib.

     Un premier tome fameux à tous niveaux et qui donne très envie de connaître la suite.

Serge Perraud          
nooSFere          
03/08/2006          


.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017