Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Connexion adhérent
Album
L'Année sanglante
Série : Tanâtos    tome 1  Album suivant

Scénario : Didier CONVARD
Dessins : Jean-Yves DELITTE
Couleurs : Frédérique AVRIL

Glénat , coll. Grafica, octobre 2007
 
Cartonné
Format 320 x 240
56  pages  Couleurs
ISBN 978-2-7234-5997-6
 
Quatrième de couverture

    … et Satan créa Tanâtos !

 
Critiques

     Trois hommes sortent d’une séance de nuit de l’Assemblée Nationale en ce jour de décembre 1913. La menace d’une guerre est de plus en plus forte et le pays est partagé entre les tenants d’un conflit et les défenseurs de la paix. Autour de Jaurès, il y a Mérilleux qui félicite celui-ci pour son intervention en faveur de la paix et Roger Lampoit. Jaurès refuse l’invitation à boire une chope, il est épuisé. Lampoit décline également l’offre, au prétexte qu’il a un rendez-vous galant avec une jeune danseuse. Jaurès lui fait remarquer que ses aventures amoureuses risquent de faire les titres des journaux. Celui-ci lui rétorque qu’étant célibataire, il ne voit pas où serait le scandale.
     Mais il n’arrivera jamais chez la belle. Il est enlevé dans sa voiture et mené au repaire de Tanâtos. Celui-ci, qui dispose de moyens colossaux et de complicités multiples est également un maître dans l’art du déguisement et de l’imitation. Il se fait le visage de Lampoit et prend sa place.
     Le cadavre du véritable chauffeur du député est retrouvé noyé dans la Seine. Deux hommes se mettent à cette enquête : l’inspecteur Bernin et Victor de l’agence de détectives Fiat lux. Ils rendent visite au faux parlementaire et l’alerte. Son plan risque d’être éventé. Il décide de brusquer les choses et lance un message dans la presse annonçant un attentat signé d’une structure proche de Jaurès. Puis, aux commandes d’un avion ultramoderne pour l’époque, Tanâtos bombarde et détruit une usine de production d’armements. Il veut devenir le maître du monde et s’enrichir au-delà de tout…

     Didier Convard mène son intrigue avec maestria. Il s’appuie sur un fond de personnages et d’événements historiques, dans lequel il glisse les fils de son intrigue et forme ainsi une trame  où la fiction s’accorde parfaitement à la réalité du passé. Il nous donne ainsi un récit diaboliquement mené avec un personnage aux moyens et capacités apparemment illimités. Bien sûr, on ne peut s’empêcher de penser au Fantômas que pourchassaient, sans succès, Jean Marais et Louis de Funès, à toutes les grandes figures maléfiques engendrées par la littérature populaire du début du XXe siècle.

     Jean-Yves Delitte nous régale de son dessin réaliste, fouillé, précis, vivant, restituant l’atmosphère de cette époque, avec l’inquiétude qui y régnait. Ses planches sont fourmillantes de détails. Il se livre à un travail minutieux d’historien, étant très à l’aise dans la restitution de cette période.

     L’imagination fertile de Didier Convard, au service d’un récit efficace, servie par un graphisme brillant fait merveille. L’Année sanglante, un premier tome palpitant !

Serge Perraud          
nooSFere          
29/10/2007          


.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018