Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Connexion adhérent
Album
Appleseed - Tome 1
Série : Appleseed    tome 1  Album suivant

Scénario : Masamune SHIROW
Dessins : Masamune SHIROW
Traduction : Yvan JACQUET

Glénat , octobre 1994
 
Cartonné
Format 295 x 195
192  pages  N&B
ISBN 2-87695-228-9
Voir une planche.
 
Critiques
     Masamune Shirow, scénariste et dessinateur de son état, est souvent considéré comme le pape du cyberpunk japonais (il faut cependant avouer que le genre n’est pas forcément le plus maîtrisé par les mangakas, mis à part quelques exceptions comme GunnM ou Blame !) : la crédibilité et la cohérence de son univers futuriste ultra-documenté illustré par un trait dynamique proche de l’esquisse (mais extrêmement précis) ont permis de ranger ses œuvres parmi les meilleurs représentants de la science-fiction pure et dure nippone. Surtout connu pour être l’auteur de l’ouvrage à l’origine du long-métrage animé Ghost in the Shell, qui met en scène des agents secrets dans un Tokyo futuriste, il fut avant cela l’auteur d’une autre BD de science-fiction publiée très tôt chez nous, au sein de la première vague manga parue en France dans les années quatre-vingt-dix : Appleseed, ou Apple Seed (littéralement : « graine de pomme »). L’œuvre a également fait l’objet de deux films d’animation, un premier réalisé d’une manière traditionnelle et un autre en images de synthèse.
 
     Appleseed se déroule dans un futur où une guerre mondiale (non nucléaire) a ravagé la planète. Les États et les villes ont disparu, et les hommes tentent de reconstruire un semblant de civilisation en se regroupant sous la tutelle d’un organisme central : Aeris. Dunan, une charmante jeune femme au tempérament de garçon manqué, ancien membre du groupe d’intervention policier SWAT (équivalent américain du GIGN), vit en compagnie d’un cyborg stoïque aux proportions colossales dans les vestiges d’une ville déserte. De prime abord, la nature de ce cyborg, Briaeros, paraît mystérieuse : il mange, boit, semble éprouver des sentiments et entretient une relation ambiguë avec Dunan car tout indique qu’ils ne sont pas seulement amis, mais aussi amants. Le couple va découvrir, à l’occasion de la visite d’un émissaire d’Aeris, que la guerre est terminée et que les rescapés sont regroupés dans une mégalopole utopique nommée Olympus. Ils l’accompagnent puis, contraints de trouver un emploi, intègrent la police de la ville avant de découvrir qu’une cité si parfaite cache forcément ses petits secrets...
 
     Dans Appleseed, la charmante Dunan vit donc avec un robot dont on ne sait pas grand chose, si ce n’est qu’il affiche un comportement étrangement humain. Il ne fait aucun doute qu’elle l’aime et « couche » avec lui, cette relation a priori absurde n’étant jamais expliquée par l’auteur : c’est pour lui une évidence, et le lecteur doit l’accepter tel quel. Ceci nous amène à l’un des aspects les plus intéressants de ce manga, car nous sommes là au cœur de la thématique chère à Shirow qui s’évertue dans son œuvre à mêler femmes et machines, chair et acier, sensualité et mécanique (il suffit de voir ses illustrations pour s’en convaincre). Ainsi, d’une page à l’autre, Shirow s’amuse à alterner les représentations de machines aux rouages complexes suivies de femmes nues dans les positions les plus suggestives... Dans cette optique, il ne serait pas déplacé d’avancer que l’attirance de Dunan pour tout ce qui relève des machines appartient quasiment au fétichisme, et l’on comprend sans peine qu’elle se soit entichée d’un cyborg à la lumière de son goût particulier pour elles. A peine débarquée à Olympus, on la voit d’ailleurs insister pour se procurer un exosquelette cybernétique imposant dans lequel elle doit s’insérer, simplement vêtue d’une combinaison moulante...
 
     Mais l’histoire, dans tout ça ? Pardonnez-moi d’avoir entamé cette chronique par un aspect du manga un brin décalé sans rapport avec son intrigue, mais voilà : derrière une façade légère et fantaisiste, Appleseed s’avère assez difficile à suivre. Entre géopolitique internationale, complots et biotechnologie, l’histoire de Shirow réclame une concentration de tous les instants pour être assimilée. A trop vouloir être crédible, l’auteur se perd ainsi dans la complexité de son propos, il est très facile de décrocher, et il ne reste alors plus au lecteur que les (excellentes) scènes d’action et les superbes dessins (qui flirtent souvent avec l’érotisme) pour se consoler. Bien sûr, de multiples lectures permettent d’éclaircir les choses, mais seuls les fans purs et durs prendront la peine d’éplucher les cinq tomes de la série pour en comprendre toutes ses subtilités. Il serait pourtant dommage de s’en tenir à une lecture formelle, car Shirow fait l’effort de dépasser la superficialité de la plupart des mangas de SF pour se creuser un peu la tête, mais l’équilibre précaire entre réflexion et divertissement est difficile à trouver, et Appleseed prend trop souvent le risque de l’élitisme...

Florent M.          
09/11/2008          


.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018