Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Connexion adhérent
Album
Le Sidhe aux mille charmes
Série : Le Chant d'Excalibur    Album précédent tome 2  Album suivant

Scénario : Scotch ARLESTON
Dessins : Eric HUBSCH
Couleurs : Yves LENCOT

Soleil , juillet 1999
 
Cartonné
Format 315 x 225
48  pages  Couleurs
ISBN 2-87764-884-X
Voir une planche.
Couverture
 
Quatrième de couverture
     On se souvient qu'au Vème siècle, le druide Merlin avait aidé le jeune Arthur à devenir roi d'Angleterre. Mais Merlin, victime de la fée Morgane, avait fini prisonnier au coeur d'un rocher...
     Plusieurs siècles plus tard, en plein Moyen Âge, Merlin est libéré. Il découvre qu'autour de lui la situation a beaucoup changé. Les hommes de l'An Mil ne s'intéressent plus à la magie et partout les chapelles des chrétiens remplacent les antiques dolmens. Le petit peuple des fées se meurt, les dragons ont presque disparus, l'Irlande est envahie par les prêtres.
     Avec l'aide de quelques pintes de bière et de la jeune Gwyned, descendante de Galahad, à qui il confie la fabuleuse épée Excalibur, Merlin va chercher à bouter la chrétienté hors d'Irlande et à sauver un monde de magie et d'enchantements peu à peu détruits par les nouvelles croyances.
 
Critiques
     Qui a pu s'emparer de l'un des plus fameux mythes occidentaux pour faire de Merlin un satyre, un ivrogne, un voleur et un menteur ? Et pour le transporter à une époque où il n'a que faire ? Et pour confier Excalibur à une jeune pucelle (si, elle l'est !) ?
     Arleston, bien sûr... L'infatigable conteur a encore élaboré un cocktail à sa façon, mêlant l'humour et l'aventure, la fantasy et le fantastique, la gaudriole et la tendresse, avec des proportions si subtilement dosées que l'album est une belle réussite.

     Car Arleston a cette exceptionnelle qualité de pouvoir se permettre n'importe quelle pitrerie, n'importe quelle blague du plus infâme mauvais goût, sans que celà nuise au suspense et à la densité dramatique de son scénario. Derrière le gag, on entrevoit le sérieux avec lequel il conduit l'intrigue et le soin apporté à l'ambiance.
     Du mythe d'Arthur, il a saisi l'essentiel (la disparition du monde chaleureux de la magie et des fées au profit du monde froid et austère des prêtres et de la - prétendue - raison) pour en faire une audacieuse transposition dans un univers où la barbarie des hommes n'a d'égale que la perfidie des évêques... qui n'hésitent pas à aller jusqu'à invoquer Niarlatoteph et Cthuluh pour parvenir à leurs fins.

     Le dessin d'Eric Hübsch a la truculence et le mouvement que demande cette farce aventureuse et bondissante, pleine de clins d'oeil et de trouvailles amusantes.
     On ne s'ennuie donc pas une seconde dans cet album plus que sympathique, vif et coloré, qui revisite un bon nombre de nos références culturelles avec une bonne humeur communicative.

Pascal Patoz          
nooSFere          


.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018