Site clair (Changer
 
  Base de données  
 
  Base d'articles  
    Fonds documentaire     Connexion adhérent
 

Essais

George W. BARLOW

Le monde de la science-fiction, M.A. éditions, 1987

          Revenue d'Amérique avec son nouveau nom au lendemain de la 2ème Guerre mondiale, la science-fiction, malgré sa piètre réputation (littérature d'évasion, légère, populaire), ou peut-être à cause d'elle, a tout de suite attiré l'attention des critiques et des universitaires : article de Raymond Queneau dans Critique et de Stephen Spriel dans Les Temps modernes dès 1951, numéro spécial d'Esprit en mai 1953. Mais Jean-Jacques Bridenne se cantonnait à son passé chez nous dans La Littérature française d'imagination scientifique (Dassonville, 1950), Jacques Sternberg indisposait les « fans » en la traitant comme un sous-genre dans Une succursale du fantastique nommée science-fiction (Le Terrain Vague, 1958), et L'Univers de la science-fiction de Kingsley Amis (Payot, 1962 — New Maps of Hell, 1960) était méprisé des connaisseurs comme ouvrage de profane.

          Enfin Pierre Versins vint ! Avec des milliers de rubriques par ordre alphabétique (thèmes et auteurs mêlés) et ses illustrations variées, son humour et son érudition, L'Encyclopédie de l'Utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction (L'Age d'Homme, 1972) reste un monument « incontournable ». Son seul défaut est d'être moins bien informée des derniers développements que des ancêtres lointains (la S-F sumérienne, vous connaissez ?), faute de réédition récente. Tel n'est pas le cas de L'Histoire de la science-fiction moderne de Jacques Sadoul qui, de part sa présentation chronologique, se devait d'être constamment remise à jour depuis son édition chez Albin Michel de 1973 en passant J'Ai Lu en 1975 jusqu'à Laffont en 1984, chez qui elle est venue enfin étoffer une série « Essais » qui se réduisait à une opinion américaine, Les Faiseurs d'Univers de Donald Wollheim (1973 — The Universe Makers) (1971) et à un sondage d'opinions, L'Effet science-fiction, d'Igor et Grichka Bogdanoff (1979).

          Mais ailleurs, quelle floraison ! Faute de pouvoir tout citer, il faut faire une place d'honneur au Panorama de la science-fiction de Jacques van Herp (Marabout, 1973) qui, grâce à sa présentation thématique, ne souffre pas trop de son âge. Il en est de même de Clefs pour la science-fiction des jumeaux Bogdanoff déjà nommés (Seghers, 1976). Toute récente au contraire L'Encyclopédie de poche de la science-fiction de Claude Aziza et Jacques Goimard (Presses Pocket, 1986) s'est vu reprocher de méconnaître pourtant les modernes : c'est qu'elle ne vise pas à dire un mot de tous les auteurs, mais à présenter une fiche sur certaines œuvres marquantes, et en cela elle est unique.

          Des analyses de livres — mais dispersées — on en a trouvé de 1978 à 1983 dans L'Année du fantastique et de la science-fiction (cinq volumes dirigés par Goimard chez Julliard, un par Daniel Riche à Temps Futurs), et on en trouve encore dans les revues, Fiction notamment. Mais en revanche les articles de fond ont disparu de cette dernière revue ; avec la clôture de la série « S-F et pouvoir » présentée par Raymond Milési et Bemard Stéphan sous forme d'une revue à périodicité annuelle, Mouvance, de 1977 à 1984, le seul véhicule d'essais reste Science-fiction (7 numéros de janvier 1984 à janvier 1987 chez Denoël) — dans un style souvent obscur, hélas ! pour qui n'est pas familier avec certaines disciplines spécialisées ou doctrines à la mode. C'est le reproche qu'on a fait à Science-fiction et capitalisme de Boris Eizykman (Mame, 1973) et qu'on fera sans doute au tout récent Science-fiction et psychanalyse (Dunod, 1986) de Marcel Thaon, Gérard Klein, Jacques Goimard et al.

          Ce dernier (Goimard, pas « al ») dirige en revanche chez Presses Pocket l'exemplaire collection des Livres d'or de la S-F : chaque volume, consacré à un auteur, ou parfois à un aspect du genre, contient, outre 200 pages ou plus de nouvelles souvent inédites, une bibliographie complète et une introduction de 20 à 40 pages presque toujours remarquable. Mêmes qualités dans les préfaces — chacune sur un thème, cette fois — des quelque 36 volumes de La Grande Encyclopédie de la S-F au Livre de poche. Mais, pour ne pas effrayer ceux qui abordent la S-F, terminons par La Science-fiction ? J'aime ! de Christian Grenier et Jacky Soulier (La Farandole, 1981) spécialement recommandé aux jeunes, La science-fiction de Jean Gattégno (PUF, « Que sais-je ? », 1971) et La Science-fiction, un univers en expansion de Henri Baudin (Bordas, 1971), sérieux sans être ennuyeux, universitaires sans être pédants, intelligents sans être hermétiques, mais destinés néanmoins à perdre leur titre dans la catégorie poids léger au profit du présent ouvrage !


*


          Lecture

           La Science-fiction illustrée de Franz Rottensteiner (Seuil, 1975 — The Science-Fiction Book, 1975).
           Civilisation et divagations, de Louis-Vincent Thomas (Payot, 1979)
           Catalogue des âmes et cycles de la S-F de Stan Barets, 2ème éd. (Denoël, 1981). (un outil précieux)


Cet article est référencé sur le site dans les sections suivantes :
Articles, catégorie Essais

Dans la nooSFere : 62614 livres, 58821 photos de couvertures, 57103 quatrièmes.
7958 critiques, 34338 intervenant·e·s, 1333 photographies, 3654 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.