Site clair (Changer
 
  Base de données  
 
  Base d'articles  
    Fonds documentaire     Connexion adhérent
 

Le journal du cabinet noir - Mai 2000

Hélène OSWALD & Pierre Jean OSWALD

Le Cabinet noir n°47, mai 2000

« Il y a un autre monde, mais il est dans celui-là. »
          Dérèglements psychiques en tout genre
          Robert Bloch, le créateur du psychopathe meurtrier le plus célèbre à la fois du roman et du cinéma — Norman Bates, de Psychose — , est aussi, d'après Stephen King, à l'origine du téléfilm le plus terrifiant jamais tourné : l'adaptation, par lui-même, de sa nouvelle J'embrasse ton ombre. Or, cette « histoire d'horreur insidieuse » figure justement dans Les Neuf Cercles du crime, au programme du « Cabinet noir » de ce mois. Les autres récits de Robert Bloch composant ce recueil, réunis par une autre grande « plume noire » bien connue de nos lecteurs, Jean-Baptiste Baronian (auteur de Parmi tant d'autres crimes, « Cabinet noir » n° 27), baignent tous, chacun à leur façon, dans la même folie criminelle, que le point de vue objectif et le parti pris réaliste du conteur rendent particulièrement terrifiante.
          « Dans quel camp êtes-vous ? », le leitmotiv incantatoire d'une autre œuvre télévisuelle d'exception (la série Le Prisonnier), est en fait l'interrogation autour de laquelle s'articulent la plupart des péripéties des romans d'espionnage. Dans L'Incroyant, de Francis Ryck — un auteur qui, d'après les spécialistes du genre, revient en force sur le devant de la scène et dont les lecteurs du « Cabinet noir » ont savouré en janvier Feu vert pour poissons rouges — , la question rituelle se double d'une autre, beaucoup plus inquiétante : l'agent secret Sern est-il devenu fou ? Donc dangereux... pour son service, mais peut-être aussi pour les autres, tous les autres, et, pire encore, pour le jeu lui-même : la guerre, la politique, le pouvoir ! Ce n'est pas un hasard si Francis Ryck est un grand amateur des livres d'un autre auteur du « Cabinet noir » : Colin Wilson. A l'instar des héros du romancier britannique, ses aventuriers solitaires sont souvent à la recherche de la « vraie vie ».

 


*
 

 

          Le soleil, astre toujours chéri — même en pleine canicule — des bulletins météo, apparaît en revanche aux lecteurs du « Cabinet noir », comme un véritable « astre d'épouvante ». L'approche du solstice d'été n'annonce-t-elle pas, chaque année, le début de la « morte saison » de la collection... Comme tous les ans, celle-ci reviendra, à la rentrée, servir d'agréable contrepoint à l'arrivée chez les libraires des manuels scolaires.
          Nulle évasion de l'école pourtant avec le premier livre prévu. Graine de violence d'Evan Hunter/Ed McBain — un roman noir mythique, introuvable depuis des lustres, d'où a été tiré un film entré dans la légende du cinéma, et surtout du rock and roll pour le célébrissime Rock around the Clock de Bill Haley — , abordait en effet pour la première fois un sujet explosif à l'époque aux États-Unis : la violence en milieu scolaire. S'il n'a plus rien d'explosif aux States, sauf au sens propre..., le sujet y est, quatre décennies plus tard, toujours d'actualité, une actualité qui concerne aussi maintenant notre Vieux Continent.
          C'est ce que commentera, dans sa préface à cette réédition-événement, un auteur noir français de la nouvelle génération, Jérôme Leroy, dont les lecteurs du « Cabinet noir » ont lu Une si douce apocalypse (n° 23) et La Grâce efficace (n° 35). « Dans le civil », Jérôme Leroy est professeur de français à Roubaix dans un quartier dit « sensible »...
          Mais nous vous fournirons aussi l'occasion de vous évader d'une si triste réalité avec Des nouvelles des serial killers, un volume réunissant des histoires effroyables — donc amusantes — des meilleurs auteurs anglo-saxons, choisies par un célèbre spécialiste des tueurs en série : Stéphane Bourgoin. Évasion, parce que, pour le moment du moins, le risque de figurer au tableau de chasse d'un psychopathe est, dans notre pays, statistiquement encore faible, sauf peut-être pour les femmes seules voyageant dans les trains de nuit...

 


*
 

 

          Avant de nous quitter « pour cause de fermeture annuelle », quelques conseils pour vous permettre de passer, malgré notre absence, « un bel été noir ». D'abord, en mai, guettez chez votre libraire le n° 23 de la revue Polar, dont le dossier principal sera consacré à André Héléna. Et ne ratez pas le volume 5 des Années Série Noire (Editions Encrage) avec lequel Claude Mesplède et son équipe achèvent l'inventaire critique des romans publiés par la « Série Noire ».
          Le 18 mai, l'exposition « 20 ans de romans policiers avec 813 » sera inaugurée à la Bilipo. La grande fête anniversaire de l'association se déroulera le 17 juin, à l'occasion du 6e Festival du Polar organisé comme chaque année par la librairie Épigramme avec l'appui de « 813 ». Celui-ci se tiendra du vendredi 16 au dimanche 18, sous le chapiteau de la place de la Bastille, à Paris, capitale du crime. Nombre d'auteurs y signeront leurs livres, parmi lesquels des auteurs de notre collection.
          « Des vacances perpétuelles, voilà une bonne définition de l'enfer », écrivait George Bernard Shaw. Courage, donc, les vôtres auront une fin...
Cet article est référencé sur le site dans les sections suivantes :
Articles, catégorie Journal du Cabinet noir

Dans la nooSFere : 62614 livres, 58821 photos de couvertures, 57103 quatrièmes.
7958 critiques, 34338 intervenant·e·s, 1333 photographies, 3654 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.