Site clair (Changer
 
    A la une     Connexion adhérent


Retrouvez les événements du mois de l'imaginaire sur
   

Parmi les nouveautés (programme de parution complet)
Critiques nooSFere (toutes les critiques)
nooSFere - René-Marc Dolhen, 19/10/2021

La Terre est sous la domination des Hoots, des extraterrestres qui, sous un discours bienveillant, ont transformé les humains en animaux domestiques, les séparant en différentes fonctions, comme on le fait depuis des siècles avec les animaux d’élevage. Smiley est une monture : il transporte sur son dos un Hoot, car ceux-ci marchent difficilement. Il n’est pas la monture de n’importe qui : Petit Maître, son cavalier, est un futur dirigeant. Petit Maître est gentil, il traite bien Smiley, ne tire pas trop sur le mors ; Smiley est donc (lire la suite)
nooSFere - René-Marc Dolhen, 10/10/2021

Quatre habitants d’une même rue d’une ville de l’Oregon sont victimes d’hallucinations, se voyant dans des situations ne correspondant pas à leur vie actuelle. Cass, jeune mère qui a mis en pause ses études et dont le mari est au loin pour une mission scientifique, se voit avec un nouvel enfant. Samara, dont la mère vient de mourir, tient des conversations avec celle-ci. Ginny, chirurgienne surbookée qui ne consacre pas assez de temps à son mari et son fils, se découvre en couple avec Edith, une infirmière de (lire la suite)
nooSFere - Patrice Hildgen, 01/10/2021

« La terre demeure » est un roman classé dans la SF post-cataclysmique. En fait, on pourrait pratiquement le qualifier de la quintessence de ce sous-genre. Tout y est. La catastrophe, qui a des relents très actuels, est une pandémie fatale à la presque totalité des humains. Seuls quelques individus ont survécu. La disparition d’une partie de la population à cause d’une infection n’est pas un thème rare ; on le retrouve dans « La mort blanche » de Frank Herbert. (lire la suite)
nooSFere - René-Marc Dolhen, 29/09/2021

Nous avions découvert Carmen Maria Machado avec son excellent recueil Son Corps et autres célébrations paru aux éditions de l’Olivier en 2019, dont les nouvelles touchaient au fantastique, à la science-fiction et au bizarre, quelque part entre Shirley Jackson et Angela Carter, le tout avec un style impressionnant. Dans la maison rêvée est d’un tout autre genre. L’autrice a vécu avec sa compagne, alors qu'elle était étudiante, une relation toxique basée sur un rapport de domination verbale puis (lire la suite)
nooSFere - Jean-François Seignol, 09/09/2021

C'est la fin du monde. De l'Humanité ne subsiste plus qu'un vaste hôpital psychiatrique dont la police et le Parti ont pris le contrôle. Apocalypse ou pas, la machine bureaucratique continue de fonctionner : efficace, froide, engoncée dans un jargon absurde jusqu'à en être comique. Le Parti est déchiré par les luttes intestines de ses 343 fractions. Purges et réhabilitations se succèdent à un rythme soutenu. Monroe a été victime d'une de ces purges. Depuis l'au-delà, il envoie (lire la suite)
nooSFere - René-Marc Dolhen, 27/08/2021

« J’aime la fiction de genre, et j’aime l’horreur. La mauvaise horreur est traitée comme le cousin dont on ne parle pas, qui n’est pas invité aux repas. (…) Mais entre les enfants possédés et les mutants des égouts, on trouve parfois un espace pour toucher à quelque chose de spécial qui ne sera pas moins poignant qu’un drame réaliste. Cet espace est constitué des ombres sur les murs que nous regardions avant de dormir quand nous étions enfants et des effroyables ténèbres (lire la suite)
Critiques externes (toutes les critiques)
Bifrost - Bertrand Bonnet, 01/01/2016

            Pierre Pelot s’était déjà frotté au roman préhistorique avec Le Rêve de Lucy, qui avait bénéficié des conseils scientifiques d’Yves Coppens. Il a remis le couvert avec « Sous le vent du monde », pentalogie d’une ambition rare, débutant 1,7 million d’années avant notre ère et s’achevant il y a de cela 32 000 ans, et se déroulant aux quatre coins du globe. Il s’agit de narrer l’homme (lire la suite)
Bifrost - Laurent Leleu, 01/01/2016

            Comme dans le monde romain, les jeux, désormais strictement sportifs, concourent à l’équilibre de nos sociétés pacifiées. Sous toutes ses déclinaisons, footballistique, rugbystique, athlétique, vélocipédique et j’en passe, le sport alimente le quotidien en exploits qui servent d’exutoire aux passions, de tribune aux discours politiques et de tremplin commercial aux transnationales. Plus vite, plus haut, plus fort ! La formule du baron de (lire la suite)
Bifrost - Thomas Day, 01/01/2016

            Évidemment, lire une revue, Solaris n ° 195, qui commence par les divers hommages de la SF québécoise à l'auteur Joël Champetier, disparu le 30 mai 2015 au terme d’une longue maladie, ne vous facilite pas la tâche pour apprécier ce que la revue contient d’autre. Cette entrée en matière étant douloureuse, même si on connaît peu Joël Champetier, auteur de formidables nouvelles et d’un roman d’horreur que je conseille (lire la suite)
Bifrost - Laurent Leleu, 01/01/2016

            Terre, XXIVe siècle. Dans un monde dévasté par la guerre, un gouvernement fédéral a péniblement émergé des décombres. Il a fixé des règles, établissant une nouvelle hiérarchie sociale fondée sur une lutte des classes féroce. Julius Port appartient aux damnés de la Terre. Vulgaire fouilleur, il hante les ruines de la civilisation à la recherche de vestiges à exploiter. Un travail de forçat dont les (lire la suite)
Bifrost - Jean-Pierre Lion, 01/01/2016

            Dès ses débuts, Pierre Pelot a choisi d’être un écrivain professionnel, un romancier, or gagner sa vie en racontant des histoires implique de suivre certaines modes. À peine a-t-il fait ses premières armes dans le western que la SF entre dans son âge d’or hexagonal, la période 1975/1985. Pelot s’oriente donc vers ce genre qui a soudain le vent en poupe tout en offrant à l’écrivain la possibilité de dire ce qu’il veut. Plus (lire la suite)
Bifrost - Laurent Leleu, 01/01/2016

            Canyon Street ressemble à une prison à ciel ouvert, bornée de tous côtés par la barrière cyclopéenne des Horizons fermés. La contrée est un dédale, en apparence infini, de rues et ruelles, de bois, de pâtures et d’agglomérations. Sous un ciel éternellement embrumé, comme barbouillé par un artiste fatigué de repeindre toujours le même tableau, ses habitants, ou plutôt devrait-on dire ses détenus, (lire la suite)
Dans l'encyclopédie (tous les articles)
nooSFere - COLLECTIF

     Claire et Robert Belmas, c'est l'association d'une agrégée de lettres, raisonneuse impénitente et d'un physicien, littéraire contrarié. Sans doute leur point commun se trouve-t-il dans ces milliers de kilomètres qu'ils ont parcourus à pied dans les régions les plus reculées de France. C'est là que leur est venue l'idée des Terres Mortes qui a forgé l'unité de leur premier cycle de nouvelles, consacré à la “ désertification ” du monde rural.      Très attirés par l'anticipation à court terme, R. et C. Belmas ont développé un second cycle, complémentaire des Terres Mortes, celui des Hypercités, (lire la suite)
Fiction n°330 - Michel LAMART

     L'article de Stéphanie Nicot, Edition SF: la normalisation ! (n°327 de Fiction), continue de susciter des réactions. Après la réponse d'Elisabeth Gille, mise en cause par Nicot (n° 328), voici le point de vue de Michel Lamart, l'un des auteurs mentionnés par Nicot dans son article.        1 — Echangeriez-vous votre baril de lessive contre le dernier Brussolo ?      L'article de Stéphanie Nicot, Edition SF : la normalisation, présente (lire la suite)
nooSFere - Serge PERRAUD

     Rencontre avec Paul Teng, par Serge Perraud        Le parcours estudiantin de Paul Teng ne le prédestinait pas à devenir dessinateur de Bande dessinée. Mais la passion en a décidé autrement et a triomphé de l'orientation vers une voie scientifique : l'anthropologie. Cependant, la BD ne permet-elle pas, d'une certaine façon, d'étudier « les caractères anatomiques et biologiques de l'homme considéré dans la série animale » (définition (lire la suite)
La nef hallucinée. Destination crépuscule. - Roland C. WAGNER

     Indiscutablement, les Chroniques d'Alvin le Faiseur forment un cycle à part dans l'œuvre abondante d'Orson Scott Card, comme en témoigne le choix du cadre ; cette Amérique uchronique - et onirique - ouvre en effet une voie nouvelle pour la création d'univers, et si de nombreux auteurs, de Poul Anderson à Richard-Bessière en passant par Randall Garrett, ont décrit des mondes - en général parallèles - où la "magie" possède une action effective, celui (lire la suite)
Prochains événements (tous les événements)
du 01/12/2020 au 24/10/2021

Yverdon (Suisse). Site officiel : http://www.ailleurs.ch/expositions/
du 06/11/2021 au 07/11/2021

Saison 7bis, Marseille (Bouches du Rhône). Site officiel : https://www.herofestival.fr/marseille/
du 27/05/2022 au 29/05/2022

Premier Festival de l'Imaginaire, Marmande (Lot-et-Garonne).
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 74349 livres, 82828 photos de couvertures, 69988 quatrièmes.
8531 critiques, 40275 intervenant·e·s, 1569 photographies, 3737 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.