Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Regarde, fiston, s'il n'y a pas un extra-terrestre derrière la bouteille de vin

Philippe CURVAL



Illustration de Stéphane DUMONT

DENOËL (Paris, France), coll. Présence du futur n° 305
Dépôt légal : 3ème trimestre 1980
224 pages, catégorie / prix : 2
ISBN : néant
Format : 11,0 x 18,0 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     L'extra-terrestre, qu'il soit moelleux ou raboteux, fondant ou écailleux, n'aurait jamais du cesser de faire les délices de l'amateur de S.-F. En reniant le space opera pour des vertiges plus terre à terre, la mode a failli l'effacer de nos bibliothèques. C'est pourquoi Philippe Curval vous propose ces huit nouvelles à lire entre deux atterrissages d'ovnis. Ici, les créateures de l'espace ne sont plus considérées comme des rêveurs immigrés, car leurs fanstasmes ressemblent terriblement à notre quotidien. Mais attention, un extra-terrestre peut en cacher un autre.

    Sommaire    
 
    Critiques    
 
     J'aime beaucoup Philippe Curval. C'est le seul qui me reproche de ne pas lui écrire assez souvent, de le laisser tomber. Venant de la part d'un homme si peu sérieux, si livresque et tellement sybarite, une telle remarque me semble rassurante. Ce Curval, il faut bien le dire, est bourré de défauts qu'il cache derrière des qualités. Ce qui n'est réellement plus à la mode. Il est en effet de bon ton de faire le contraire. Curval, tu es un type embêtant...
     Il parait que personne n'a voulu critiquer ton premier recueil de nouvelles ! Sur les ailes du vent, je viens à la rescousse. Comme toi, je suis un dinosaure aviné, c'est vrai... Comme toi, je déplore que les extraterrestres soient à ce point malmenés par nos modernes commensaux de la fiction spéculative. Et, toujours comme toi, je regrette que l'humour soit presque toujours absent de la mappemonde science-fictionniste. L'humour gris, comme l'humour noir, comme l'humour vert-de-gris.
     En huit nouvelles et un prologue, Philippe Curval nous fait descendre à la cave et, au hasard d'une orgie littéraire savamment dosée, artistement (dé) composée, nous tire les vers du nez. Des hasards de l'érotisme aux interdits de l'imaginaire, il refuse les poncifs admis da la nouvelle SF, celle qui a compassé l'imagination jusqu'au stalinisme, qui a empesé l'écriture jusqu'à l'arbitraire, qui a fixé le vertige jusqu'à toute absence de délire.
     Curval, dangereusement, nous rappelle que la littérature... c'est autre chose... que c'est toujours, eh ! oui, et forcément, autre chose.
     Avec une tranquille assurance et une nonchalance qui appartiennent aux vieux estivants de la littérature conjecturale. Philippe Curval, avant de nous faire visiter sa cave et de nous enchaîner sous le prétexte d'un baril d'Amontillado, nous certifie, au mépris de toute logique : « S'il y a une vertu de l'imagination au pouvoir et un pouvoir philosophique, métaphysique de l'imaginaire, ce sont bien les extraterrestres qui les détiennent. »
     Curval, tu n'es pas sérieux.
     Ou bien... tout de même ? Mais il est vrai que, s'il est une chose dont notre civilisation manque diablement, c'est la nuance.
     Alors, bravo pour la nuance, les nuances, Philippe...

Daniel WALTHER
Première parution : 1/4/1981 dans Fiction 317
Mise en ligne le : 15/3/2009


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 65115 livres, 63755 photos de couvertures, 59833 quatrièmes.
8086 critiques, 35699 intervenant·e·s, 1419 photographies, 3684 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.