Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Fonds documentaire Choisir un autre habillage   
    Base de données    
    Base d'articles    
    Identification    
    Fonds documentaire    
 

Speculative fiction

Denis GUIOT

Le Monde de la Science-fiction. M.A. éditions, 1987

          Ce n'est pas un genre, mais plutôt une appellation commode pour regrouper tous ces récits qui remettent en question l'écriture, l'idéologie et les thèmes traditionnels de la SF. Le terme de speculative fiction apparaît en 1967, paraît-il sous la plume de Robert Heinlein, mais plus sûrement sous celle d'Harlan Ellison lorsqu'il présente sa fameuse anthologie Dangereuses visions, « la plus énorme anthologie de speculative-fiction jamais publiée (... ). Elle est destinée à secouer un peu les choses. Elle est née d'un besoin d'horizons nouveaux, de formes nouvelles, de styles et de défis neufs dans la littérature de notre époque ». Pendant ce temps, en Angleterre, la « New Thing » (ou « New Wave ») s'ébat dans les colonnes du New Worlds de Moorcock : Ballard, Aldiss, Disch s'abandonnent à l'ivresse de la littérature expérimentale, jusqu'à en perdre le contact avec le lecteur. Mais, comme l'écrira Daniel Walther, ardent défenseur du mouvement : « Même si elle se perdit dans les marais de l'art pour l'art, la New Wave britannique bouleversa fort heureusement les habitudes des auteurs de science-fiction » (Science-fiction n° 5). En France, les influences ellisoniennes et moorcockiennes trouvent leur cristallisation dans l'anthologie du même Daniel Walther Les soleils noirs d'Arcadie (Opta, 1975).
          En somme, le problème consistait à remplacer le « S » de SF qui était trop restrictif, et vécu comme une contrainte par tous ces auteurs qui désiraient faire éclater le cercle étouffant de la science-fiction traditionnelle. Pourquoi pas, dès lors, « spéculative » ? La SF moderne, celle des Spinrad, Ballard, Jeury, Silverberg, Walther, Brunner, Dick, etc. n'est-elle pas pure spéculation sur le réel par une certaine manipulation du matériau littéraire ? A vrai dire, qu'importe le flacon... Et comme l'a suggéré un petit plaisantin qui ne plaisantait pas tant que ça, pourquoi ne pas remplacer le « S » par... something ?

          Lecture :
          - Science-fiction et fiction spéculative, sous la direction de Gilbert Hottois (Ed. de l'Université de Bruxelles, 1985).

Cet article est référencé sur le site dans les sections suivantes :
Thèmes, catégorie Speculative fiction
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.