Site clair (Changer
 
    Fonds documentaire     Connexion adhérent
 

Bibliographie commentée et par genres des romans de Pierre Pelot

Raymond PERRIN

nooSFere (Nouvelle édition, revue, augmentée et mise à jour en 2004), septembre 2004

Page 10 sur 17. Revenir page 9


IX LE MERVEILLEUX SCIENTIFIQUE, LA « PALEOFICTION »


     Le Rêve de Lucy / P. Pelot, Y. Coppens ; T. Liberatore (Ill.). — Seuil, 1990. (La Dérivée) (MS). N.E. : Le Seuil, Points, 97.
     pp. 165-177 : La première histoire d'amour du monde par Yves Coppens.
     Préhumain d'une harde nourrie de baies et de racines, Lucy rencontre un autre groupe plus évolué que le sien. Malgré les dangers puisqu'un félin rôde, elle suit ces hommes lanceurs de pierres et dévoreurs de proies. L'un de ces « homo habilis » la remarque au point de faire naître une idylle très pudique.
     Dans une prose souvent poétique, toujours mélodieuse, nécessairement métaphorique, encouragé par la caution scientifique et les conseils d'Yves Coppens, Pelot rapporte de notre passé le plus lointain une histoire bouleversante et tragique, rehaussée des dessins de Tanino Liberatore.

     Sous le vent du monde : 1. Qui regarde la montagne au loin / P. Pelot et Yves Coppens. — Denoël, 1996. (D.L. : janvier 97) — (Histoire romanesque) ; Couv. ill. de P. Pelot. Rééd. Folio n° 3031, 344 p. , déc. 97. (Merv. scient.)
     Chassée de son groupe pour avoir livré à la panthère noire son bébé conçu à la suite d'un viol filial, Ni-éi, déjà différente des autres femmes, marche sur une terre inconnue. Elle rencontre Moh'hr, celui qui regarde au loin, lequel a aussi quitté son clan. Sa curiosité est insatiable et il cherche la source de toutes les pluies, vers la montagne qui crache les nuages. Ensemble, ils vont gravir et dévaler, affrontant fauves, feu du ciel et clans hostiles, et, avant que la jalousie les rattrape, ils partagent des émotions nouvelles. Et les sons différents qui sortent de leur bouche vont finir par forger des vocables communs.
     « J'ai l'impression d'écrire pour la première fois un livre où il est question des hommes. » confie Pelot à Claude Ecken, en 1996.
     Six ans après Le Rêve de Lucy, Pelot toujours conseillé et soutenu par Yves Coppens, effectue un plongeon d'un million sept cent mille ans vers un grand lac de l'Est africain. A une langue métaphorique et poétique chargée de dire le monde comme s'il était perçu pour la première fois, il ajoute un langage limité de mots, différents selon les groupes en présence. Un récit vigoureux et original d'une grande force imaginative. Jean-Louis Ezine et Gérard OEstreicher n'ont pas hésité à qualifier de « chef d'œuvre », ce « triller des hominidés », cette fabuleuse épopée !

     Sous le vent du monde : 2. Le Nom perdu du soleil / P. Pelot et Yves Coppens. — Denoël, 1997. 366 p. (D.L. : janvier 1998) —  ; Couv. ill. de P. Pelot. (Merv. scient.). Rééd. : Gallimard, 2000. Coll. Folio n° 3313.
     Le deuxième tome de cette passionnante saga évoque la rencontre dramatique, mais émouvante et porteuse d'espoir, des Xuah venus d'Afrique, et des clans autochtones de Loh. En Extrême-Orient, (dans l'actuelle Birmanie), il y a un million d'années, les Xuah savent capturer le feu. Ils sont en quête du soleil pour le nommer, l'apprivoiser, afin de lutter contre les froids mortels. Les Loh, réunis en aval d'un fleuve, avant les pluies de mousson, n'ignoreront plus longtemps les bienfaits de la flamme. Le curieux et entreprenant Aknah et le jeune et fougueux Ni'Ata veulent progresser dans la connaissance.
     Ce qui anime surtout cette « paléofiction exotique », c'est la volonté d'échanger des connaissances, en dépit des résistances violentes de ceux qui ne sont pas prêts à accepter cette marche en avant.

     Sous le vent du monde : 3. Debout dans le ventre blanc du silence / P. Pelot et Yves Coppens. — Denoël, 1999. (Merv. scient.)
     Rééd. : — Paris : Gallimard-Denoël, 2001 — 416 p. (Folio ; 3462).
     Aux limites des steppes de l'Asie centrale et des premières forêts de la péninsule européenne orientale vivent les Oourham, ceux de la grande eau et ceux de la rivière. Ils savent faire monter la flamme « du bâton creusé et noirci » et utiliser le percuteur tendre qui fournit des outils efficaces pour « couper, éplucher, percer, racler ... ». « Ils cueillent de quoi manger au pelage de la terre » et tuent les animaux « dont ils prennent la peau la viande et les os ». Dans chaque clan, « Oka'a » la force du rêve est interprété par un membre, souvent une femme, qui leur dit s'il faut chercher un autre abri, un autre territoire pour éviter les rigueurs excessives du froid ou des tempêtes, « les eaux durcies en épaisseur » qui rendent la nourriture plus rare.
     Alors que le fougueux et inconséquent Ough-uaq prend le souffle de plusieurs des siens, menace le clan en tuant son allié et s'arroge le pouvoir des femmes, le courageux Booh Oorram aux bras forts et au regard clair, peut-il renouer l'alliance avec les ours, considérés comme les ancêtres ?

     Sous le vent du monde : 4. Avant la fin du ciel / P. Pelot et Yves Coppens. (collaboration scientifique et préface) ; ill. de couv. : P. Pelot. — Paris : Denoël, 2000. — 409 p. ; 23 cm. Rééd. Coll. Folio n° 3716, 435 p., juin 2002.
     (Merv. scient.) (Lexique [et notes] : pp. 403-409).
     65 000 ans avant notre ère, sur le territoire aujourd'hui appelé France, vivent les Wurehwé, ces hommes de Neandertal contraints par le froid d'aller vers le Sud, loin de la bouche froide du ciel. Parce que sa tribu s'éteint et que sa mémoire se perd, Eheni brave l'interdit et croit sauver son groupe de la famine, renouer les liens d'autrefois, en donnant sa force à la biche, meneuse de harde. Rejeté par les siens, malgré le soutien de son frère Urhn'qé, Eheni va rencontrer le groupe plus vivace et doté de la mémoire du passé des Wuohoun. Mais, parti vers le bord des eaux sans rives, il est capable de mener sa folie jusqu'à la fin du ciel.
     Dans l'Histoire de l'humanité, n'est-ce pas le rebelle, l'esprit curieux et inventif, celui qui transgresse les interdits, qui accomplit le vrai pas en avant ?

     Sous le vent du monde : 5. Ceux qui parlent au bord de la pierre /
     P. Pelot et Yves Coppens. (collaboration scientifique et préface) ; ill. de couv. : P. Pelot. — Paris : Denoël, 2001. — 268 p. ; 23 cm.
     (Merv. scient.)
     Rééd. Coll. Folio n° 3831, 294 p., mars 2003. (Lexique : pp. 263-268).
     Pendant le Paléolithique supérieur, 32 0000 ans avant J.-C., se rencontrent les hommes dits « modernes » de Cro-magnon, les « homo sapiens sapiens », et les Neandertal, installés bien avant eux en Europe. Les premiers sont incarnés par les Doah, installés au bord de ce qu'on nommera un jour la Méditerranée et qui ne cesse de monter sous une pluie incessante. Le chamane Dohuka se demande si la tribu doit rester au bord de ce rivage menaçant comme le conseille sa dernière vision dans la faille donnant accès au « monde du dessous ». Devrait-elle partir vers l'autre côté de la montagne, comme le frère du chamane et sa compagne en quête d'un nouvel espace ? Le couple de Naobah et Aruaeh attend un enfant, il a quitté la tribu et réussi à traverser les montagnes escarpées et enneigées avant de rencontrer les Wéréré, des Néandertaliens aux autres coutumes. Or, des événements tragiques se multiplient pour empêcher à jamais leur retour au bord de la grande eau, un retour demandé par « celui qui parle au bord de la pierre »...
     Le chamane Dohuka, personnage important qui célèbre l'inhumation des morts, sculpte les formes et projette sur les parois des grottes les images inspirées par les « forces du dessous » impose moins son image que celle de Aruaeh, image centrale du récit ? Cette femme, désirée par Dohuka, choisie par son frère Naobah, infléchit elle-même sa destinée au contact des hommes qui vivent dans les huttes au cœur des terres. Malgré les épreuves douloureuses subies, elle fait face avec énergie et lucidité, jusqu'au terme d'une histoire d'amour et de haine, aussi fragile qu'inattendue dans son dénouement.

     Le Livre de Ahorn : 1. Le Jour de l'enfant tueur / P. Pelot. Ill. de couv. P. et K. Smith.
     — Paris : Seuil, 1999. — 224 p. ; 18 cm. (Points ; P 653)
     (Merv. scient. & P.) &9;
     Installé au bord d'un grand lac de montagne, le clan des Anaânni se voit proposer par la clan voisin des Ohihani, un troc inattendu. Pour redonner force et vie au clan décimé, il s'agit d'échanger deux femmes contre un homme vigoureux. Clairement désigné et ignorant qu'il a tété berné, le chasseur Ahorn se réjouit de retrouver Ene'A, celle qui hante son esprit depuis qu'il a saisi son sourire. A l'heure de vérité, va-t-il rester ou fuir avec celle qu'il aime ?
     Pelot a assimilé tant de connaissances préhistoriques qu'il peut, sans caution scientifique, s'installer aisément dans le paléolithique pour y inventer le « paléopolar », sans faire de concession anthropologique.

     Le Livre de Ahorn : 2. L'Ombre de la louve / P. Pelot. Ill. de couv. Fresque préhistorique. — Paris : Seuil, 2000. — 186 p. ; 18 cm. (Points ; P 718)&9;
     (Merv. scient. & P.)
     Ahorn croise une louve, témoin d'une querelle dans le clan des Ohioro. Victime de l'agression, l'homme Oatti est si choqué qu'il ne peut plus parler. Ahorn, à la fois étranger et prisonnier, réussira-t-il à le faire sortir de son silence afin de tenter de sauver une jeune fille accusée à tort et victime de la jalousie ?

     Au temps de la préhistoire / P. Pelot : Le Sorbier, 2002. — 48 p. ill. diverses et photographies en couleur. (La Vie des enfants) (Doc. J.)
     Le clan des Aharus appartient à l'espèce des hommes de Cro-magnon installés en Europe vers 30 000 avant Jésus Christ. Ces hommes peignent, sculptent et taillent la pierre et expriment les faits de la vie quotidienne qui leur paraissaient essentiels.
     A partir des témoins muets que le clan des Aharus a laissés, avec son talent de raconteur, Pelot donne vie au quotidien du clan. Il choisit quelques membres précis, Mahi-ra, Nakaé, Mohou-tiha... pour conter, selon les saisons, la naissance d'un enfant, la chasse, la mort, les rites et croyances.

     La Vie sur terre, suivi de Entre tous les vivants : Participation de Pelot à cet ouvrage collectif. Montreuil : Fondation 93, 2003. — 43 p.
     Livret pédagogique illustré par Isabelle Cochereau et Tanino Liberatore sur l'initiative de Michel van Praët, Alain Berevetsky et Pascal Picq.

Aller page 11
Cet article est référencé sur le site dans les sections suivantes :
Biographies, catégorie Bios
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 71573 livres, 82383 photos de couvertures, 66828 quatrièmes.
8476 critiques, 38470 intervenant·e·s, 1491 photographies, 3725 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.