Site clair (Changer
 
    Fonds documentaire     Connexion adhérent
 

Bibliographie commentée et par genres des romans de Pierre Pelot

Raymond PERRIN

nooSFere (Nouvelle édition, revue, augmentée et mise à jour en 2004), septembre 2004

Page 13 sur 17. Revenir page 12


XII ROMANS DE « LITTERATURE GENERALE »


     Elle qui ne sait pas dire je / P. Pelot. — Plon, 1987. (RL,V)Voyageur désespéré, Cardo cherche le guérisseur qui peut sauver sa femme. Avec l'étrange fille Mique, chacun restant muré dans ses rêves, il erre du sud au nord des Vosges.
     Un excellent roman composé à l'écriture manuelle, mal connu, retiré trop tôt du circuit commercial, à rééditer de toute urgence.
     A travers « le portrait d'une femme qui ne sait pas trop qui elle est, où elle va », Pelot, construit un roman à la trame fragile et épurée mais à plusieurs voix, -singulier roman pluriel-, où il excelle à dire les petits riens du quotidien des gestes, la synesthésie des odeurs, des couleurs et des bruits.

     Si loin de Caïn / P. Pelot. — Flammarion, 1988. — (Rue Racine) ; Rééd. Payot & Rivages : Rivages/Noir, n° 430, 308 p., 2002 (RL, V)
     Après le vol d'une tronçonneuse, le bûcheron Bibi Fuillard et son apprenti Zuco débarquent dans une ferme maudite. Ils y déchaînent l'éclatement d'un microcosme de haine et de fureur.
     Six mois d'écriture, dix-huit mois d'attente. Sous la férule de Françoise Verny, un roman initial réduit des deux tiers. En outre, un incendie détruit les entrepôts Flammarion où étaient stockés les volumes de la collection. Comme il s'agit plutôt d'un roman de littérature générale, il semble peu connu de la critique cloisonnée du polar ou de la S-F. C'est dommage car il mêle avec brio les ingrédients d'un bon roman noir et d'un récit psychologique exprimant au passage l'amour d'un métier. Il glisse imperceptiblement, mais sûrement, vers l'horreur sournoise et l'angoisse de moins en moins diffuse.

     Ce soir, les souris sont bleues / P. Pelot. — Denoël, 1994. (RL)
     Rééd. Gallimard, 2000. Coll. Folio, n° 3312.
     Le quinquagénaire Elian, Anjo, son fils dans la force de l'âge ans, et le « gamin » Paul, surnommé « Cinq-Six mouches », voient leur paisible microcosme estival et vosgien exploser soudain. Chez Tatirène, où l'on attend les aoûtiens, apparaît une jeune fille à l' étrange beauté. Fasciné et déjà perturbé par la canicule, le trio dérape. Paul devient barge, le gamin fugue vers les étangs de la Haute-Saône et l'aîné cesse son entraînement pour la course cycliste du 15 août. Heureusement, l'amitié est la plus forte et l'orage du drame s'éloigne.
     Un roman d'amour et d'amitié, (dont l'humour s'est estompé entre la 1ère version de 600 pages et la définitive), plus sur les crêtes du rire que des larmes cachées. L'histoire flirte avec le tragique sans l'atteindre vraiment et plonge dans le burlesque savoureux sans jamais abuser de la caricature.
     Une sorte de sagesse sereine émane de cet hymne flâneur « aux bruits de la vie », pleine de caresses, de senteurs et d'odeurs. Un Pelot exceptionnel et qui surprendra ceux qui ne l'ont pas encore lu.

     Les Caïmans sont des gens comme les autres / P. Pelot. — Denoël, 1996. (RL, V) (même titre qu'une pièce de théâtre non publiée, écrite par P. Pelot et C. Roth, -pseudo de l'acteur Christian Rauth — )
     A-t-il vraiment trouvé l'incognito idéal, l'élu régional Tarot-Fortin, politicien véreux en cavale, quand il se réfugie dans le « Louisiane Hôtel », déglingué et tapi au fond d'une vallée vosgienne ? On peut en douter quand on connaît mieux le vieux Caron, un grand-père bougon qui végète là avec sa fille nymphomane et élève de gros « lézards » aux appétits féroces ?
     « Une autre façon de raconter l'histoire », mise en scène dans la pièce homonyme en 1991. Plein d'humour, cette sorte de western vosgien, entre vauriens et sauriens, est une réussite, rare dans le registre comique.

     C'est ainsi que les hommes vivent / Pierre Pelot. — Denoël, 2003. — 1120 p.
     Au début du XVIIe siècle, une paysanne lorraine accusée de sorcellerie, avant d'être brûlée vive, donne naissance au garçon Dolat, recueilli par les chanoinesses de l'abbaye de Remiremont. Apolline d'Eaugrogne, de la haute noblesse, devient sa jeune « marraine ». Elevés ensemble, ils vivront une relation passionnée. Dolat, à douze ans, est adopté par Maman Claudon et devient l'apprenti d'un apiculteur. Dénoncée pour complot contre Catherine de Lorraine, contrainte de fuir, Apolline appelle Dolat à son secours. Les amants traqués se réfugient dans les forêts, au-dessus de Saint-Maurice. La Guerre de Trente ans les sépare. Se reverront-ils et dans quel état ?
     En 1999, le journaliste Lazare Grosdemange, rescapé d'une attaque cardiaque malmenant sa mémoire, revient dans son village de Saint-Maurice-sur-Moselle où sa mère vient de mourir. Ce deuil le conduit à fouiller les archives familiales et locales et à entreprendre une enquête historique qui le mène sur les traces d'un ancêtre bagnard et sur la piste d'un trésor lié autrefois à l'aventure de Dolat et d'Apolline.
     Le roman, grand oeuvre de Pelot, où sont disséminés pour une fois des éléments autobiographiques, se développe en suivant donc deux trames parallèles et deux univers historiquement très différents, séparés par quatre siècles, celui des intrigues et des troubles du duché de Lorraine au XVIIe siècle et l'époque contemporaine, non moins exempte de turpitudes. Cette fresque historique, événement littéraire de la rentrée d'automne 2003, vibre d'un souffle et d'une puissance admirables. L'œuvre aux rebondissements nombreux et inattendus, est saluée par une critique unanime, tant par des écrivains tels que Philippe Claudel, Claude Ecken, Jean-Louis Ezine, François Nourissier, Daniel Rondeau... que par les spécialistes du polar, du roman noir et de la SF. Bien avant ce livre, ils avaient salué le talent incontestable de Pelot. Ce Grand Œuvre est, en fait, l'œuvre de toute une vie, un des aboutissements les plus époustouflants de travaux d'écrivain étalés sur quatre décennies. L'ouvrage, sélectionné sur la première liste du Prix de l'Académie française, a obtenu le Prix de la Feuille d'or-France bleue Sud Lorraine lors du « Livre sur la place » de Nancy, et le Prix Erckmann-Chatrian.

Aller page 14
Cet article est référencé sur le site dans les sections suivantes :
Biographies, catégorie Bios
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 74061 livres, 81939 photos de couvertures, 69663 quatrièmes.
8527 critiques, 40052 intervenant·e·s, 1540 photographies, 3735 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.