Site clair (Changer
 
    Fonds documentaire     Connexion adhérent
 

Bibliographie commentée et par genres des romans de Pierre Pelot

Raymond PERRIN

nooSFere (Nouvelle édition, revue, augmentée et mise à jour en 2004), septembre 2004

Page 8 sur 17. Revenir page 7


VII ROMANS DE SCIENCE-FICTION



A) Dans les collections destinées à la jeunesse.


     Une Autre Terre / P. Pelot. — Hatier, 1972. — (Jeunesse poche anticipation ; 18) Couv. ill. de C. Auclair ; Sélection J.L.P., 1973. ; N. E. : — Amitié, 1983. — (Les Maîtres de l'aventure) ; Ill. V. Roux. 1er ép. de la série « Arian Dhaye ».
     Arian Dhaye, survivant d'une galaxie à l'agonie, échoué dans un univers parallèle, refuse d'être pris pour le dieu Kirja et part à la recherche de sa mémoire perdue.
     Premier récit de S-F publié dans une collection-jeunesse. Un montage rigoureusement alterné des chapitres pour l'évocation de deux mondes parallèles mais antithétiques.

     L'Ile aux enragés / P. Pelot. — Hatier, 1973. — (Jeunesse poche anticipation ; 28) couv. ill. de C. Auclair. 2e épisode de la série « Arian Dhaye ».
     En quête de ses origines, Arian est traqué sur une île maudite par des hommes-fauves. Au fond du temple du Temps gît le terrible secret des brutes, victimes de monstrueuses mutations.
     Peu d'éléments de science-fiction mais un superbe roman d'aventures. L'île angoissante, hantée par des brutes effrayantes, n'a rien du nid-refuge des robinsonnades classiques. Une confrontation fructueuse : la descente au fond de la grotte fœtale par le Robinson de Michel Tournier et la mâle exploration du « temple oublié » par un Arian Dhaye armé de pied en cape !

     Les Légendes de Terre / P. Pelot. — G. P., 1973. — (Olympic ; 58) Ill. J. Retailleau ; Sélection J.L.P. ; N.E. : — L.G. F., 1984. — (L. P. J. ; 178) ; Ill. C. Vicini.
     Le vaisseau Vathor, victime d'une panne, échoue sur la planète bleue où vivent des êtres primitifs. Astronavigateurs et chasseurs fraternisent et échangent leurs savoirs.
     La rencontre positive et optimiste des êtres primitifs de la planète bleue et des astronavigateurs ultra-civilisés qui échangent leurs savoirs.

     Le Pays des rivières sans nom / P. Pelot. — G.P., 1973.(Spirale ; 207) Couv. et ill. de J. Pecnard ; N. E. : — Milan, 1988. (Zanzibar ; 26). Couv. ill. de J. Polonski. Réimp. 1992 (N elle couv. de P.-H Turin). Réimp. 1995 (N elle couv. de M. Goubier).
     Venus de New Atlanta, les hommes des « Mondes Unifiés » traquent les marginaux et chassent les derniers oiseaux. Le farouche Manoudh sauve la fillette Deva du froid et des loups.

     L'amitié laborieuse et touchante d'un vieil homme marginal et solitaire et d'une jeune fille venue d'un monde hyper-civilisé ne doit pas cacher la dénonciation du colonialisme, des massacres écologiques, de l'exclusion dans les « réserves ».

     L'Expédition perdue / P. Pelot. — Nathan, 1994. (Pleine Lune) Ill. C. Merlin.
     Sur la planète WP 32, le commandant Golrak cherchant des navettes disparues, fait exécuter un vieillard pacifique. Après une longue marche coupée de rêves, il regrette son acte barbare.
     Les « armes » du peuple de la planète Ariziane sont aussi « de miel », pour faire comprendre à un colonisateur que toute vie est importante. Encore une occasion pour Pelot de redéfinir son monde idéal.


B) dans les collections pour adultes.


     La Septième saison / P. Suragne. -Fleuve noir, 1972. — (Anticipation ; 505) ; N. E. : — Fleuve noir, 1977. — (Les Lendemains retrouvés ; 38) ; N. E. :
     — Fleuve noir, 1989. — (Anticipation ; 1698)
     Les Terriens émigrés vers Larkioss massacrent l'ancien peuple et refoulent les survivants dans les réserves. Menés par l'enfant Niaok, les hommes et la nature se révoltent.
     Premier roman S-F « pour adultes », ce récit, inspiré à Pelot par les légendes des Indiens Hopis, sur fond de massacres colonialistes et de pollution, évoque une nature vengeresse mais généreuse.

     Mal Iergo le dernier / P. Suragne — Fleuve noir, 1972. (Anticipation ; 519) ; N.E. : — Fleuve noir, 1979. — (Les Lendemains retrouvés ; 68)
     Mercenaire à la recherche d'un trésor pour le compte du monstrueux Targanéen Fayol Rhaa, Mal Iergo risque davantage son corps que son esprit pour posséder « la pierre du songe ».
     Des créatures insolites : humanoïde au corps d'insecte, chien bleu sur lequel le répugnant Fayal Rhaa a greffé son esprit, et l'image pathétique d'un corps perdu dans l'entaille du temps et de l'espace.

     L'Enfant qui marchait sur le ciel /P. Suragne. -Fleuve noir,1972.-(Anticipation ; 530) N.E. : F. N., 1981 (Les Lendemains retrouvés ; 102)
     L'enfant inadapté Horan est donc appelé à mourir. Il s'enfuit du monde souterrain et artificiel de Zod mais l'accès à un monde livrant les secrets de la vraie vie est bien fugace.
     Bien avant la saga préhistorique actuelle, la découverte des mondes, végétal, animal, et humain primitif (ici, les Indiens d'Amazonie), vus, comme pour la première fois, par un enfant émerveillé. A relire, en zappant peut-être les digressions sur le monde d'Agaran.

     La Nef des dieux / P. Suragne. — Fleuve noir, 1973. — (Anticipation ; 549). ; N.E. : — Fleuve noir, 1981. — (Les Lendemains retrouvés ; 106)
     Ax Varan et sa compagne Lona sont captifs du vaisseau lunaire tandis qu'à l'extérieur les puissances OCCI et ORI luttent pour la possession de l'arme totale des seigneurs de la guerre.
     La descente infernale au cœur de la Lune, sortie de son orbite et bien éloignée des rêves sélénites classiques, vers la découverte d'un second enfer, réservé aux « seigneurs de la guerre ».

     Mecanic jungle / P. Suragne.-Fleuve noir, 1973. — (Anticipation ; 566) Ill. de Brantonne. ; N. E. : — Fleuve noir, 1982. — (Les Lendemains retrouvés ; 121)
     Denn le « nettoyeur » fuit dans les profondeurs de la Cité d'Ollo dès qu'il comprend l'horreur de sa tâche. Poursuivi, avec l'aide précieuse de Laüa, il descend dans une jungle verticale. Au fond veillent des hommes libres.
     Avec Laüa, l'amorce de l'image archétypale de la femme, incitatrice de l'action et souvent première victime.

     Et puis les loups viendront / P. Suragne. — Fleuve noir, 1973.
     — (Anticipation ; 577)
     Sur la Terre revenue à l'âge glaciaire, Ars le guerrier fuit la grotte de la faim et du froid avec son amie Aliane. Mais le gouvernement de New World interdit le savoir aux irrécupérables.
     L'errance désespérée, (voire désespérante), de survivants hagards sur une planète postcataclysmique. De la S-F très noire !

     Mais si les papillons trichent / P. Suragne. — Fleuve noir, 1974. (Anticipation ; 612) ; N. E. : — Fleuve noir, 1982. — (Les Lendemains retrouvés ; 123) ; Rééd : — Edito-Service, 1984.
     Ce n'est pas le mercantilisme qui préoccupe le prêtre Parleur Price Mallworth mais l'état de son psychisme, lequel inquiète aussi sa femme Natcha. Ni l'un, ni l'autre, en fait, ne mène le jeu.
     Un roman dickien, gigogne. Le récit est enchâssé dans la version truquée de deux « créateurs », l'un intervenant dans la fiction de l'autre. A l'origine, une citation du Tao : « Un homme qui rêve qu'il est papillon ne sait plus, à l'éveil, s'il est un homme rêvant qu'il est papillon ou un papillon rêvant qu'il est un homme ».

     Le Dieu truqué / P. Suragne. — Fleuve noir, 1974. — (Anticipation ; 625) ; Rééd. : — Fleuve noir, 1984. — (Les Lendemains retrouvés ; 161)
     Le stupide Valentin Dupondt est bien l'incarnation divine la plus médiocre de la planète des Moor'woks. Comment ces êtres raffinés et télépathes peuvent-ils supporter ce rustre féodal ?
     Roman peut-être mineur, sauf si l'on veut suivre la régression d'un peuple pourtant subtil, victime d'un « beauf », pris pour le messie.

     Ballade pour presque un homme/ P. Suragne.-Fleuve noir, 1974. (Anticipation ; 633) Ill. de Brantonne. ; Rééd. : —  Fleuve noir, 1983. — (Les Lendemains retrouvés ; 136)
     Les orgueilleux chasseurs de la planète Vataïr qui organisent des safaris sur la planète d'Hom ignorent que les sierks massacrés et mangés sont davantage que des animaux.
     La chasse comme génocide, puisque les victimes sont les ancêtres des chasseurs.

     Une si profonde nuit / P. Suragne. — Fleuve noir, 1975. — (Les Lendemains retrouvés. 8)
     Les frères et sœurs Jahel et Syll sont les seuls membres de leur clan d'anthropophages, victime de la Grande Guerre du Hym, à bénéficier de la vue. Cherchant la Source et se croyant les Sauveurs de leur peuple, ils suivent Gulom le Menteur qui n'est pas le meneur du jeu ...

     Vendredi, par exemple / P. Suragne. — Fleuve noir, 1975. (Anticipation ; 695) ; Rééd. : — Fleuve noir, 1984. — (Les Lendemains retrouvés ; 150).
     Les victimes du « Cauchemar 065 » ont été soigneusement sélectionnées. Mais survivront-elles aux images apocalyptiques imposées par les militaires, cyniques manipulateurs ?
     Des expériences militaires fatales pour les cobayes tenues dans l'ignorance. Un roman post-soixante-huitard mais pas inactuel.

     Les Barreaux de l'Eden / P. Pelot. — J'ai lu, 1977. (Science-fiction ; 728) Ill. W. Siudmak. Réimp.1980. N.E : Encrage Destination crépuscule, 1998.
     — 212 p. ; 20 cm. Couv.ill. coul. : Caza. ; (Lettres-SF ; 11)
     Dans un monde surpeuplé coexistent trois classes hiérarchisées. Les privilégiés et sujets d'élite de la classe A croient pouvoir communiquer avec l'Eden et partir sur Alphan d'où l'on ne revient pas.
     Les catégories sociales cloisonnées d'un monde pyramidal, encadrées par les Flics de l'Equilibre et les Maisons-Défonce, vivent chacune à leur niveau un rêve illusoire. Le leurre de l'immortalité cache des morts bien naturelles !

     Foetus-party / P. Pelot. — Denoël, 1977. — (Présence du futur ; 225) Ill. de S. Dumont.
     Le Saint Office Dirigeant enraye la surpopulation, recycle les ordures et récupère les cadavres. Les couples disposent de trois essais pour procréer et les fœtus sont surveillés.
     L'interrogation des fœtus dans le ventre de la mère permet de tuer, dans l'œuf, asociaux et marginaux. Ce contrôle étatique d'une Terre surpeuplée crée le frisson propre aux pires cauchemars.

     Le Sourire des crabes / P. Pelot. — Presses-pocket, 1977. — (Pr. p. science-fiction ; 5003) Ill. de W. Siudmak ; Réimp. 1984. N. E. : — Encrage Destination Crépuscule, 1996.(Lettres-SF ; 3) Ill. D. Pelot. Préface de C. Ecken, Entretien avec Pelot, Etude de S. Delsemme.
     Frère et sœur et amants, Luc et Cath, bravent les interdits. Ils transforment en dévastation cauchemardesque un voyage sur l'autoroute vers Strasbourg. Une rage folle contre une vie piégée.
     Le roman à la fois le plus violent et le plus tendre de Pelot. Tendresse pour ses personnages paumés, en proie à la folie la plus dévastatrice. Violence exacerbée et destructrice, explosant en un hallucinant massacre le long d'une autoroute. A cent coudées de la littérature nombriliste, un cri rageur et désespéré contre les oppressions de toutes sortes.

     La Cité au bout de l'espace / P. Suragne. — Fleuve noir, 1977. — (Anticipation ; 797) ; Rééd. : — Fleuve noir, 1984. — (Les Lendemains retrouvés ; 156).
     Pour percer le secret de la planète bleue, le commandant Mal Ken entreprend une expédition fantastique mais risquée. Il veut dénoncer l'ethnocide et la colonisation perpétrés en ces lieux.
     Un clin d'œil (inconscient ?) aux créatures géantes ou monstrueuses, vues par l'enfant Pelot, chez son coiffeur quand il lisait Les Pionniers de l'espérance, dans le journal Vaillant. Le personnage de Mal Ken exige du lecteur une approche sans cesse remise en question.

     Transit / P. Pelot. — R. Laffont, 1977. — (Ailleurs et demain)
     Grand Prix du Festival international de Science-Fiction, 1978 ; Graoully d'or de Metz 1978. ; N. E. : — Presses-pocket, 1983. — (Pr. p. sc.-fict. ; 5152) Ill. W. Siudmak.
     Le cobaye chercheur Carry Galen, parti d'une base pyrénéenne « télergique », erre en amnésique sous le nom de Gaynes, dans l'univers parallèle de Gayhirna.
     En compagnie d'une jeune femme, Lone, il découvre une société anarchiste, tolérante et idéale « d'individus égaux et différents ». Or, une telle utopie réalisée ne peut être acceptée par la société technocratique et hiérarchisée du 23e siècle. La mémoire de Galen sera falsifiée.
     Où l'utopie, devenue utopique, devient la proie de l'anti-utopie ! Le patron des recherches refusera de communiquer aux puissances commanditaires l'existence d'un monde sans chef, sans premier, ni dernier. Un roman à l'architecture complexe, au suspense savamment distillé, qui permet à Pelot d'exprimer ses vues libertaires personnelles.

     Delirium Circus / P.Pelot. — J'ai lu, 1977. (J'ai lu S-F ; 773) Couv. ill. de T. Csernus. Grand Prix de la Science-Fiction française, 1978. Cité dans La Bibliothèque idéale, présentée par Bernard Pivot, Albin Michel, 1988 : « les 25 livres du rayon science-fiction ». ; N.E. : — J'ai lu, 1993. — (J'ai lu science — fiction ; 773) ; Couv. ill. de H. de Lartigue.
     La gigantesque roue à aubes spatiale est vouée à la création et à la consommation du Spectacle dont dépendent les structures sociales. L'acteur Citizen, pourtant au faîte de sa gloire, et la script Marylin cherchent (désespérément) ce qui se cache derrière le Dieu-Public dont les Frimeurs, Cascadeurs et comédiens sont les victimes sacrificielles.
     Ce qui pousse Citizen à découvrir ce que masque « ce cirque du délire », ce monde mensonger et illusoire, permet à Pelot d'écrire une fable moderne, « une parabole caricaturale » sur l'aliénation des masses et le milieu du spectacle dont l'arche stellaire, îlot de métal flottant dans le néant, est la construction allégorique la plus cruelle et la plus appropriée.

     Canyon Street / P. Pelot. — Denoël, 1978. — (Présence du futur ; 265) ; Ill. de S. Dumont. ; Rééd. : 1989.
     Pour l'amour de Jan des Etoiles, Javeline-la-Maudite fuit les horizons fermés de Canyon Street grâce à l'aide constante de Raznak le Fou. Mais le Territoire des Satisfaits qu'ils atteignent cache une vérité encore plus cruelle.
     Une quête navrante pour celle qui fuit les cohortes masquées, les abbés speakers des murailles aveugles, pour découvrir, au-delà du décor truqué, que le paradis attendu n'est qu'un leurre, prônant labeur et conformisme.

     Le Sommeil du chien / P. Pelot. — Kesselring, 1978. (Ici et maintenant). Couv. ill. de Silly & Veronik. (S-F/F,V) ; N.E. : — Presses-pocket, 1983. — (Presses pocket science-fiction ; 5166) Ill. W. Siudmak
     Le raconteur d'histoires Ron Dublin, dans son cratère, se croit bien protégé du « Dehors ».
     Tout change le jour où il doit tuer son chien télépathe Boo Gom, mordu par un renard enragé.
     Ce roman, zébré par la folie d'un homme traqué et la maladie, à la fois fantastique et parabolique sur la création littéraire, permet surtout au romancier de se poser la question de son existence. Pour qui ? Pourquoi écrit-on puisque l'auteur ne communique guère avec « les gens du Dehors ». Non seulement toute révolte est vouée à l'échec mais la seule fuite possible est à l'intérieur. La mort réelle et nécessaire d'un chien attaqué par un renard enragé, a inspiré la création de Boo Gom.

     La Rage dans le troupeau / P. Pelot. — Presses-pocket, 1979. — (Presses-pocket-S-F. ; 5060) Ill. de W. Siudmak.
     En 2030, on n'est pas près de savoir qui a volé trois litres de « picrotoxine », une arme convoitée. Mais la course-poursuite cache, en fait, une manipulation politique insensée.

     Virgules téléguidées / P. Suragne. — Fleuve noir, 1979. — (Anticipation ; 970)
     Bien malgré lui, le berger catalan Léridan est engagé dans un combat contre les pseudos extraterrestres. L'opération permet à l'armée d'expérimenter une drogue sur tout le territoire du Larzac.
     Serait-il daté, ce roman « antimilitariste » qui évoque les mobilisations imbéciles, subies par des victimes à qui l'on cache le but de leur mission ? Allons donc ! c'est un thème universel et de tous les temps !

     Blues pour Julie / P. Pelot. — Ponte Mirone, 1980. — (Espaces mondes) Ill. de Volny & Méfi. (SF/F,V) ; N.E. : — Presses-pocket, 1984. — (Presses pocket science-fiction ; 5182) ; Ill. de W. Siudmak.
     L'étrange visiteur Joël Dague pousse un romancier à écrire l'histoire d'une amie d'enfance, celle de Julie Ablet dont le destin fut si tragique et médiocre qu'il l'a conduite au suicide.
     Construction par flashes mémoriels et mosaïque fragile, ce roman éclaté est une double interrogation sur la création romanesque, tricherie possible qui permet de tirer son épingle du jeu, et sur le suicide d'une jeune femme flouée par l'existence et condamnée à cette seule porte de sortie.

     La Guerre olympique / P. Pelot. — Denoël, 1980. — (P. D. F. ; 297) Ill. S. Dumont. Réimp. 82. Rééd. 94. Couv. de M. Borderie.
     Dans les deux blocs ennemis, les guerres n'existent plus. Des champions dopés et surentraînés s'affrontent à mort sur tous les écrans observés par des peuples soumis à la grande messe cathodique. Le perdant déclenche aussitôt la mort de millions de déviants et délinquants par l'explosion de la bombe implantée dans leur cerveau.
     D'une grande violence, rendue par un style tranchant et féroce, ce roman à l'intrigue solide expose une façon bien inquiétante de mettre fin aux excès démographiques, de limiter les dépenses de guerre ou encore d'éradiquer définitivement révolte et marginalité.

     Parabellum tango / P. Pelot — J'ai lu, 1980. — (J'ai lu science — fiction ; 1048). Ill. de P. Caza. N.E. : Denoël, 2000. Coll. Présence du futur
     Les privilégiés du Domaine de l'Oeil ignorent que leurs animaux de compagnie sont des mouchards. Le chat de Woody Noman, en se déréglant, lui apprend que tout est mensonge.
     Noman croit avoir « réussi » parce qu'il a quitté la Hors-Vue misérable et anarchique des « bouffeurs de glaise » pour accéder au monde civilisé, sécuritaire, légal et douillet du « Domaine de l'Oeil ». Une fois de plus, un faux paradis cache un enfer fasciste où chacun est soumis à un code de loi personnalisé. Noman dont la mémoire sera modifiée s'adaptera à la vie « inconsciente » et acceptera son statut de privilégié. La création dickienne de l'animal de compagnie est fort astucieuse.

     Le Ciel bleu d'Irockee / P. Pelot. — Presses-pocket, 1980. — (Pr. p. science-fiction ; 5072) Ill. de W. Siudmak.
     En se révoltant sur la planète Yorgom, les Shisals ont subi un génocide prémédité. Les survivants, envoyés sur la planète Irockee, trouvent dans la nature une alliée inattendue.
     La conception panthéiste d'une nature complice des victimes du peuple shisal reprend avec le même bonheur la révolte de la planète au cours de La Septième saison. Dans les deux récits, l'amour naissant d'un couple issu des peuples antagonistes donne une note optimiste. Toutefois, la dénonciation du colonialisme et du génocide reste essentielle.

     Dérapages / P. Suragne. — Fleuve noir, 1980. — (Anticipation ; 999)
     Victime de projections dans un futur inquiétant, le pêcheur canadien Zeke Paillette se réfugie en fait dans le passé. C'était avant qu'il ait surpris sa femme Carole en compagnie de Saintemine !
     Les lignes temporelles, décalées de dix ans, ressortissent plutôt au fantastique.

     Kid Jésus / P. Pelot. — J'ai lu, 1980. — (J'ai lu S-F ; 1140) Ill. P. Caza.
     Avec leurs immenses bulldozers, les rescapés du chaos fouillent le sol en quête de vestiges. Julius Port, « Kid le maigrichon », trouve une cassette sur Jésus, devient porte-parole des « fouille-merde », contre les Volants qui les exploitent. Mais c'est un prophète manipulé, comme le sera son successeur Alano.
     Une marionnette aux mains de pouvoirs occultes dans un monde à l'identité perdue.

     Les Iles du vacarme / P. Pelot. — Presses-pocket, 1981. (Pr. p. science-fiction ; 5096) Ill. de W. Siudmak.
     Les changements de temps sont devenus possibles. La foule crédule implore « Divine Nature ». Dylan Dancer Moab et Lorane, la fille autistique qu'il aime, enfuis chez les Hors-Sectes, sont enfin « téléguidés » vers l'île de Jappen. Le piège se referme inexorablement.
     La révolte de Dylan semble aboutir à la plus haute des solitudes dans l'île où il est acculé pour toujours par la Secte des Botanistes, qui maîtrise autant les révoltes que les climats.

     Les Pieds dans la tête / P. Pelot. — Calmann-Lévy, 1982. (Dimensions SF).
     Le Sommeil Paradoxal Dévié permet d'implanter la télévision dans les cerveaux. Une victime comateuse, Kim Scciova, transforme son ami Diph Bilbee en émetteur de programmes.
     L'apogée caricaturale des médias de l'avenir, avec la T.V. en direct dans le crâne, où elle peut provoquer le coma ou la mort. En surplus, l'image touchante de Diph, paria dont la carrière est ratée, veillant durant cinq ans sur le corps inerte de son unique amour.

     Nos armes sont de miel / P. Pelot. — J'ai lu, 1982. — (J.L. S-F ; 1305)
     N.E. : — Ed. Naturellement, 2000. (Coll. Les Introuvables ; 001)
     Les rescapés du projet Harpon, hors du système solaire, ont la chance de découvrir un peuple pacifiste, libertaire et sans hiérarchie. Vont-ils savoir s'adapter à l'absence de pouvoir ?
     Comme Transit, ce roman permet à Pelot de revenir sur la société anarchiste, sans armes ni chefs, où « un homme peut vivre libre et heureux, en harmonie avec lui-même et avec les autres », même si des imperfections existent. Malheureusement, le récit, trop long, paraît encore alourdi par le Journal, redondant, de Tinny Faitts.

     Mourir au hasard / P. Pelot. — Denoël, 1982. — (P.D.F. ; 339).
     Les « diagnopronostics » suppriment désormais l'angoisse de la mort en révélant la date du terme. Or, Zien Doors, le « natural killer » chargé de tuer en douceur, perd les pédales au cours de ses missions. Faut-il le « neutraliser » ou continuer de l'utiliser ?
     A la fois un bon roman de S-F et un excellent thriller que J.J. Beineix avait apprécié.
     Le pronostic de mort est un leurre utilisé par les politiques capables d'inoculer la maladie au moment opportun.

     La Foudre au ralenti / P. Pelot. — J'ai lu, 1983. — (J'ai lu S.-F. ; 1567) Ill. B. Vallejo.
     Dans la ville à demi aquatique de Denver Colorado, un trafic de vidéocassettes illégales met les flics sur les dents. Au cœur de ce monde de clones, difficile de démêler qui est qui !
     Encore un clin d'œil dickien dans cet univers de roman noir soit sub-aquatique, soit terrestre, où le lecteur se perd dans le labyrinthe d'identités dédoublées, prétendument prolongées dans des corps fantômes, le « spooking » cachant une escroquerie au clone.

     Fou dans la tête de Nazi Jones, belladone et compagnie / P. Pelot — Fleuve noir, 1986. — (Anticipation ; 1463) Ill. P. Bowman.
     Quittant ses téléviseurs et magnétoscopes, Nazi Jones, le nabot dyspepsique, cesse d'élever ses sangsues quand la superbe Belladone passe à « l'action directe » avec son camion et l'enlève.
     Plus qu'au sort de deux personnages liés corps et âme à un troisième, on se passionne pour la course-poursuite vertigineuse vécue par un couple hors normes.

     La Nuit du Sagittaire / P. Pelot. — Presses Pocket, 1990. — (Pr. p. S-F. ; 5338) Ill. W. Siudmak. (V)
     Retiré dans sa maison, le romancier Daniel Payle, dénonciateur de la tricherie du système médiatique, sait-il qu'il est la prochaine cible du Jeu du Sagittaire retransmis en direct ?
     Hors du paysage audiovisuel élémentaire, point de salut ! A la critique déjà énoncée du pouvoir abusif des médias, falsificateurs du réel, s'ajoute une réaffirmation des convictions anarchistes et pacifistes de l'auteur qui confirme que toute révolte est vouée à l'échec.

     Messager des tempêtes lointaines / P. Pelot. — Denoël, 1996. — (Présence du futur ; 566) Ill. de Caza.
     Marine fait partie des Pénitents à la mémoire amputée par des gaz aberrants. Or, sur le chantier de Mos River Mount 3, poubelle nucléaire, après une violente explosion, se matérialise au cœur d'une vive lueur, le Sauveur espéré par ces marginaux interdits d'Histoire. Enfuie avec cet « Etranger », la jeune fille déchante : ce n'est qu'un clone électromagnétique en quête d'identité.
     Pour son retour à la S-F, Pelot pousse à son terme la matérialisation du Sauveur, piètre mais touchante incarnation amnésique et déglinguée de l'illusion messianique considérée comme un leurre. Autre thème récurrent : celui de l'Histoire interdite, falsifiée. Paradoxe ironique : le gouverneur, sensé incarner « la réalité admise », perd inexorablement les pédales.

Aller page 9
Cet article est référencé sur le site dans les sections suivantes :
Biographies, catégorie Bios
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 71573 livres, 82385 photos de couvertures, 66828 quatrièmes.
8476 critiques, 38470 intervenant·e·s, 1491 photographies, 3725 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.