Site clair (Changer
 
    Fonds documentaire     Connexion adhérent
 

A Star is Born

Lucie CHENU

Ozymandias, janvier 2004

          Mélanie Fazi écrit en musique, cela se sent quand on la lit, et elle raconte volontiers qu'elle associe une chanson à un texte, nourrissant ainsi son inspiration. Elle écoute du rock au sens large. Ses goûts en matière de films et de lectures sont tout aussi éclectiques : Lisa Tuttle, à qui elle dédie son recueil de nouvelles, Serpentine, Tonino Benacquista, Graham Joyce, Nancy Huston pour les auteurs qu'elle cite, mais aussi les Contes d'Andersen ou la mythologie grecque...

          Mélanie, tu es connue depuis quelques années comme une nouvelliste de talent — tu as obtenu en 2002 le Prix Merlin pour Matilda — mais tes admirateurs te trouvaient trop rares et désespéraient de lire un roman de toi. Or, voici que sortent, à quelques mois d'intervalle, ton premier roman, Trois pépins du fruit des morts, aux éditions Nestiveqnen, et un recueil de nouvelles inédites, Serpentine, aux éditions de l'Oxymore. As-tu décidé de passer la vitesse supérieure ?

          En fait, ces dates de parution rapprochées sont le fruit du hasard. Je rêvais depuis très longtemps de publier un recueil de nouvelles. Lorsque Léa Silhol m'a offert la possibilité de préparer Serpentine, mon roman était accepté chez Nestiveqnen depuis quelques mois. Trois pépins, à l'inverse, j'ai presque l'impression de l'avoir écrit un peu par hasard. Je me suis crue si longtemps incapable d'écrire un roman que c'est une impression bizarre de le tenir entre mes mains. En même temps, je suis soulagée qu'on arrête enfin de me demander « Quand est-ce que tu passes au roman ? » avec l'air de sous-entendre que la nouvelle, c'est bien pour débuter, mais qu'il faut ensuite passer à autre chose. J'ai une vraie passion pour les nouvelles, et je suis souvent énervée par l'idée répandue selon laquelle il y aurait une hiérarchie entre les formats.


          Cela a-t-il été très différent, difficile, d'écrire un roman ?

          J'ai un peu triché, vu que ce n'est pas mon « vrai » premier roman. J'avais fait une autre tentative un peu plus tôt, et je suis justement en train de retravailler ce roman-là, le tout premier. C'est vrai que je me sens toujours beaucoup plus à l'aise dans la nouvelle. En partie parce que j'en ai une plus grande expérience, et que je peux donc anticiper un peu plus facilement les effets produits
          Sinon, j'ai apprécié de pouvoir m'attarder un peu plus sur les ambiances, et laisser les personnages vivre leur vie. Et je suis aussi très surprise par les différents retours que j'ai eus pour l'instant, dans le sens où chaque personne donne l'impression d'avoir lu une histoire différente.


          C'est intéressant ! Comment vis-tu ces retours si différents en tant qu'auteur ?

          C'est déstabilisant, surtout au tout début, mais en même temps, vraiment gratifiant. Ça me donne l'impression d'avoir réussi à créer des personnages assez réels pour qu'ils vivent leur vie dans la tête d'autres personnes. Et rien que ça, c'est inestimable. Après, je suis souvent surprise par la manière dont les lecteurs s'attardent sur un thème plutôt qu'un autre. Parfois, ça colle exactement avec ce que j'avais en tête, et parfois, quelqu'un va mettre en avant des détails que je considérais comme parfaitement secondaires. Et ça me pousse à porter un regard nouveau sur ce que j'ai écrit. Passée la surprise initiale, j'aime beaucoup cette impression d'avoir créé un petit bout d'univers vivant, amené à évoluer, plutôt qu'un objet figé que tout le monde verra de la même façon.


          Comment s'est fait le choix des nouvelles composant ton recueil ?

          J'avais envie de donner une deuxième chance à des textes auxquels je tenais, mais qui étaient parus sur des supports plus confidentiels. Et j'avais en réserve plusieurs inédits. Un seul texte a été écrit spécialement pour l'occasion, Petit théâtre de rame.


          Tu es à la fois auteure et traductrice : est-ce que ces deux activités rentrent en concurrence l'une avec l'autre ?

          Les deux activités se nourrissent l'une de l'autre, et j'ai l'impression que chacune m'aide à progresser dans l'autre domaine. En traduisant, on décortique les rouages d'un texte, et on apprend à repérer les tics et clichés chez d'autres auteurs. Et par conséquent, à les éviter soi-même. Et j'ai l'impression que l'expérience de l'écriture m'aide à rentrer plus facilement dans l'ambiance d'un texte à traduire, à trouver plus spontanément comment restituer la voix d'un auteur.


          Trois pépins du fruit des morts raconte la fugue d'une fillette et l'angoisse de sa mère, avant et après l'absence. L'adolescence est-elle un thème qui te tient particulièrement à cœur ?

          L'adolescence et l'enfance, oui. Je ne sais pas pourquoi ce thème revient si souvent, je suppose que j'ai encore quelques comptes à régler avec ma propre enfance et ma propre adolescence. Je suis fascinée aussi par le décalage que permet le fait d'adopter le point de vue d'un enfant : comme regarder le monde à travers un filtre différent. J'ai des souvenirs très précis de mon enfance, qui remontent à très loin, et j'aime essayer de retrouver les sensations et les impressions de cette époque-là pour les confronter à ma vision actuelle du monde. Par exemple, c'est amusant de revoir un film qui nous a terrorisé enfant, et qui fait seulement sourire avec le recul. Pour Trois pépins du fruit des morts, je voulais essayer de retrouver la perte de repères qui accompagne, dans mon souvenir, le passage à la puberté. Le corps qui change, l'identité aussi, d'une manière inéluctable mais totalement incontrôlable.

Parution initiale dans Ozymandias n°1 (janvier 2004)
Cet article est référencé sur le site dans les sections suivantes :
Biographies, catégorie Bios
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70048 livres, 79625 photos de couvertures, 65193 quatrièmes.
8418 critiques, 37338 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3721 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.