Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Fonds documentaire Choisir un autre habillage   
    Base de données    
    Base d'articles    
    Identification    
    Fonds documentaire    
 

On se souviendra de Michael Coney

Jean-Claude VANTROYEN

Le Soir, novembre 2005

     Michaël Coney est mort samedi à Sydney (Colombie-Britannique), au Canada, où s'était établi cet écrivain britannique de science-fiction né en 1932. Il a succombé à un cancer du poumon dû à une asbestose.
     Coney était discret. On le connaît mal. Pourtant, quatorze de ses romans et une vingtaine de nouvelles ont été publiés en français. C'est que sa fiction rejette les grands éclats, pour imposer une ligne claire, simple, quotidienne des choses. Même ses plongées dans le plus lointain des avenirs, avec sa série Le chant de la Terre (cinq romans en Livre de poche), partent de l'homme et de sa vie paisible, banale. Si banale qu'on en oublierait le danger. Pour Coney, l'homme n'est, en fin de compte, qu'une petite chose de rien du tout face aux vertiges du temps et de l'espace. Mais cette petite chose vaut la peine qu'on s'occupe d'elle.
     On vous recommande la belle histoire d'amour sur fond de cataclysme qu'est Charisme (Pocket), l'humour cloné d'Immortels en conserve (Pocket), ainsi que Les brontosaures mécaniques, où les colons de la planète Arcadia sont subitement poussés au suicide comme des lemmings. Ou encore, cette série du Chant de la Terre. Surtout ses deux premiers volumes : La grande course de chars à voile et La locomotive à vapeur céleste, aussi beaux et déjantés que leurs titres, poétiques comme des légendes et vertigineux comme les aléapistes qui mènent les héros de ces romans sur les lignes de l'espace et du temps.
     Coney savait qu'il allait mourir. Il a dès lors fait un cadeau à ses fans, sur son site www.members.shaw.ca/mconey/ : il leur donne trois romans et cinq nouvelles à télécharger gratuitement. Parmi ces oeuvres, « I remember Pallaxi », qui est la suite de Rax, paru en 1975 (Albin Michel). Un cadeau peu banal.

Cet article est référencé sur le site dans les sections suivantes :
Biographies, catégorie Bios
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.