Site clair (Changer
 
  Base de données  
 
  Base d'articles  
    Fonds documentaire     Connexion adhérent
 

Kurt Vonnegut Jr

(USA ; 1922)

Jean-Pierre ANDREVON

Le Monde de la Science-fiction. M.A. éditions, 1987

          Kurt Vonnegut écrit des romans courts, divisés en chapitres encore plus courts, pour que les généraux puissent les lire sans peine. C'est du moins ce qu'il prétend, mais il fait preuve d'un antimilitarisme si absolu qu'il y a peu de chance pour que les militaires de tous grades comptent parmi ses lecteurs. Vonnegut parsème ses écrits d'aphorismes, du genre « quand on est mort, on est mort », ou bien de sentences comme « toutes les vérités que je vais vous dire sont des mensonges éhontés », le tout entremêlé de douloureux aveux (« Qui d'autre qu'une épouse voudrait coucher avec moi ? »). Plus simplement, Vonnegut pointille ses récits d'interjections qui vont de « cui-cui » à « alleluia », ainsi que de formules lapidaires style « et ainsi de suite », la plus célèbre étant « c'est la vie ». On peut trouver aussi dans cet inventaire à la Prévert des recettes de cuisine — entre chaque chapitre de Rudy Waltz (Le Seuil, Deadeye Dick, 1982) — ou des dessins de sa plume — qui entrelardent Le breakfast du champion (ainsi nommé parce que « c'est la marque déposée qui figure sur les produits céréaliers de la General Mills Inc ». Le Seuil, Breakfast of Champions, 1973), ainsi celui du « castor bouche ouverte », qui n'a aucun rapport avec Simone de Beauvoir et que la décence m'interdit de décrire...
          Mais où est la S-F, dans tout ça, serez-vous en droit de demander ? Vonnegut a bien commencé à en écrire (Le pianiste déchaîné, Presses Pocket — Player Piano, 1952), vision déjà satirique d'un futur automatisé assez stéréotypé), mais l'auteur a dû assez rapidement prendre conscience que la S-F "pure" n'était pas son truc, et qu'en outre « les critiques la confondent avec une pissotière ». Aussi prend-il ses distances dès Les sirènes de Titan (Présence du Futur — The Sirens of Titan, 1959), vaste space et time opera au premier degré, où l'on apprend que l'évolution de l'humanité ne tient qu'à une erreur de manipulation d'extraterrestres plus évolués, et où Vonnegut fait apparaître deux pièces primordiales de son univers, qui le suivront désormais de bouquin en bouquin : l'écrivain de Science-Fiction minable Kilgore Trout, dont l'oeuvre, 87 romans à jeter aux chiottes, ne se trouve que dans certains sex-shops, et la planète Tralfamadore dont les habitants invisibles et ubiquistes surveillent l'humanité.
          On retrouve Trout et Tralfamadore dans ce qui est sans nul doute le chef-d'oeuvre de l'auteur : Abattoir 5 (J'ai Lu — SlaughterhouseFive, 1969), dont George Roy Hill a tiré un excellent film : sous couvert de décrire l'errance temporelle de Bill Pilgrim (Pilgrim = Pèlerin) — encore un coup des Tralfamadoriens qui l'enferment dans un zoo galactique où il doit s'accoupler avec la plantureuse vedette Montana Patachon ! — Vonnegut en réalité revient obsessionnellement sur le bombardement de Dresde, en février 1945 (ville ouverte et ne comportant pas d'objectif militaire, Dresde fut néanmoins pilonné par l'aviation alliée au cours d'une nuit d'horreur qui fit plus de 100.000 victimes, autant qu'à Hiroshima) : autre livre sans doute écrit pour l'édification des généraux. Hiroshima, Vonnegut en parle &nbd'ailleurs dans Le berceau du chat (Le Seuil — Cats Cradle, 1963), où il pousse la démonstration jusqu'à la fin du monde, en 127 chapitres. Un seul écrivain français peut être comparé à Vonnegut, Cavanna. Une précision utile pour lui enlever quelques lecteurs, et lui en attirer beaucoup.

Cet article est référencé sur le site dans les sections suivantes :
Biographies, catégorie Bios

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies