Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Fonds documentaire Choisir un autre habillage   
    Base de données    
    Base d'articles    
    Identification    
    Fonds documentaire    
 

Knight, Damon

Jean-Pierre ANDREVON

Le Monde de la SF. M.A. Editions, juin 1987

          Pour l'amateur français, Damon Knight reste l'homme qui osa écrire, en conclusion d'un éreintement en règle de van Vogt : « il n'est pas un géant ; un pygmée, plutôt, qui a appris à tapoter sur une machine à écrire trop grande pour lui ». Cet outrage, traduit dans le n° 102 de Fiction (mai 1962) avait en réalité été écrit en 1945, à la parution du Monde du non-A, par un jeune et bouillant critique de The Magazine of Fantasy and Science-fiction — et repris en 1956 dans le recueil d'essais de l'auteur : In Search of Wonder ... Ce qui n'empêche pas Knight d'écrire en 1963-64, toujours dans F§SF, un roman plus van vogtien que nature, et qui est beaucoup plus un sérieux « à la manière de » qu'un pastiche : Beyond the barrier (Passée la barrière du temps, en A.& D. / Classiques).
          Qui est donc cet être contradictoire ? Comme Robert Bloch, Knight est entré tôt dans le sérail, et ne l'a jamais quitté : il publie un fanzine en 1940, intègre l'année suivante les Futurians (groupe d'auteurs de S-F débutants qui deviendront les grands des années 50), collabore à de multiples revues comme editor ou critique, organise en 1956 la première conférence d'Ecrivains de S-F de Mulford (qui dure encore), participe enfin, en 1964, à la fondation des Science-Fiction Writers of America, association d'écrivains professionnels qui décerne les Prix Nebula...Mais la carte de visite la plus prestigieuse de cet activiste frénétique fut la création et l'édition des anthologies Orbit (21 volumes entre 1966 et 1980), où Knight publia les plus originaux, les plus difficiles, les plus novateurs des auteurs US (et parfois internationaux), au nombre desquels Carol Emshwiller, Gene Wolfe, Lafferty, et naturellement son épouse : la grande Kate Wilhelm.
          Cela n'empêche pas Damon Knight d'être un exceptionnel conteur pétri de malice et d'humour noir — dans ses nouvelles, au nombre de 80 environ à ce jour, bien plus que dans ses romans, où parfois il patine. Que l'on se souvienne de Sans éclat (Not with a Bang, 1950, in Histoires de survivants, Livre de Poche) où, après la fin du monde, une fille trop puritaine ne sauvera pas l'unique survivant mâle parce que ce dernier est enfermé, mourant, dans un WC HOMME, ou du succulent Comment servir l'Homme (To Serve Man, 1950, in Histoires d'envahisseurs, Livre de Poche), maintes fois pillé (et adapté dans la série TV La quatrième dimension), qui met en scène des E-T en apparence philanthropes dont la Bible porte le titre précité. Hélas, les Terriens s'aperçoivent un peu plus tard qu'il s'agit d'un livre de cuisine... Des textes à ranger avec ceux du Sheckley des années 50, ce qui est tout dire...

 

          Lecture
          — Le livre d'Or d'Orbit ant. composée par Pierre K.Rey (Presse Pocket -1983).
          — Les métamorphoses de Gene Anderson (Galaxie bis — The Man in the Three, 1984).
          — Le livre d'Or de Damon Knight, ant. composée par Daniel Riche (Presse Pocket — 1987).
Cet article est référencé sur le site dans les sections suivantes :
Biographies, catégorie Bios
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.