Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Album
L'Affaire De Salvo bis
Série : Starblood    Album précédent tome 2 

Scénario : Simon ROCCA
Dessins : Serge FINO
Couleurs : Arnaud BOUTLE

Soleil , mars 2000
 
Cartonné
Format 315 x 225
48  pages  Couleurs
ISBN 2-87764-933-4
Voir une planche.
Couverture
 
Quatrième de couverture
     21ème siècle, une étoile lointaine, Holveck, planète minière, ensanglantée par de séries de crimes...
     Enquêtent :
     une jeune doctoresse légiste, à la lourde ascendance, son arrière grand-oncle étant le trop célèbre Albert de Salvo "l'étrangleur de Boston",
     un jeune flic, tout fou, John Sorrow, partagé entre son attirance par la légiste Jude de Salvo et ses soupçons sur sa culpabilité,
     un professeur légiste, vieux sage bougon, dont la science pourrait révéler plus d'indices sur les tueurs en série que les enquêtes de police...

     Mystère, suspense et courses de vitesse, entre les enquêteurs et le ou les tueurs, règnent tout au long de ces meurtres sur l'étoile ensanglantée.
 
Critiques
     Dans La légiste, nous regrettions un scénario un peu trop prévisible, mettant en scène une trop classique histoire de tueur en série. Le moteur original de l'intrigue était que l'un des personnages principaux – à savoir la légiste en charge de l'enquête –, se trouvait suspecté parce qu'un de ses ancêtres était lui-même un tueur en série.
     On pouvait s'attendre à ce que l'ouverture du Dossier De Salvo bis révèle de troublants parallèles unissant les deux affaires par delà le temps : il n'en est rien... Cette piste est abandonnée dès le début de l'album, et l'explication finale – que l'on ne peut bien sûr pas dévoiler – est la plus bateau que l'on puisse imaginer… Dommage !

     Nous regrettions aussi l'absence de technologies policières véritablement futuristes, transformant radicalement la manière d'aborder les enquêtes. Ici, au contraire, nous avons droit à une belle idée science-fictive : le développement d'un clone virtuel calculé par l'ordinateur à partir de l'ADN isolé sur les lieux du crime. Ce clone informatique, figuré par un hologramme, peut constituer le plus parfait des portraits-robots, à condition d'avoir le temps de laisser grandir le clone (et à condition que le criminel ne soit pas passé à la chirurgie esthétique évidemment).

     Le dessin est plus expressif et plus aéré que dans le premier album, mais l'ensemble demeure assez terne, avec en particulier des couleurs qui manquent de relief.

     On éprouve donc un peu la même déception qu'après la lecture du premier album. Les personnages ne sont pas déplaisants et la lecture est plutôt agréable, mais nous éprouvons un peu le sentiment d'assister à un feuilleton policier sympathique alors que nous souhaiterions du grand spectacle.

Pascal Patoz          
nooSFere          


Base mise à jour le 9 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017