Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Connexion adhérent
Album
Salvation
Série : Preacher    Album précédent tome 7  Album suivant

Scénario : Garth ENNIS
Dessins : Steve DILLON
Couleurs : Pamela RAMBO
Traduction : Jérémy MANESSE
Couverture : Glenn FABRY

Panini Comics , coll. Vertigo Cult, mars 2010
 
Cartonné
Format 265 x 175
272  pages  Couleurs
ISBN 978-2-8094-1233-8
 
Quatrième de couverture
     UN GROS COUP DE BLUES
 
     Le révérend Jesse Custer a fait le tour du monde pour trouver Dieu... et cette quête lui a coûté très cher. Après l'affrontement apocalyptique avec les forces du Graal, dans Monument Valley, Jesse est tombé d'un avion, vers une mort certaine, pour se réveiller un mois plus tard avec un œil en moins et aucun souvenir de la façon dont il a survécu. Mais ce n'est rien comparé au choc qui l'attend en retrouvant la civilisation : la femme qu'il aime est avec son meilleur ami.
     Après cette découverte, Jesse a besoin de temps pour réfléchir à sa mission... et la petite ville de Salvation au Texas semble être l'endroit parfait pour souffler un peu. Mais Salvation a ses propres problèmes, sous la forme d'un baron de la viande psychopathe nommé Odin Quincannon. Heureusement pour Jesse, le poste de shérif est à pourvoir... mais est-il prêt à connaître tous les noirs secrets de Salvation ?
 
     SALVATION est le septième volume de la saga PREACHER, l'un des comics les plus plébiscités des années 1990. Créée par le scénariste Garth Ennis et le dessinateur Steve Dillon, cette épopée moderne parle de vie, de mort et de rédemption mais aussi de sexe, d'alcool, de sang et d'armes à feu... sans parler des anges, des démons, de Dieu, des vampires et des cinglés en tout genre qui font de cette aventure l'une des plus viscérales jamais publiées. En bonus, cet album contient également les commentaires de Glenn Fabry, qui a peint l'intégralité des couvertures de la série.
 
     « Vous retrouverez la foi. Dans les comics. »
New York Daily News
 
Critiques
     Épisodes quarante et un à cinquante de Preacher, en attendant le soixante-sixième et dernier épisode. Le scénario se recentre sur Jesse Custer, et relate son séjour dans la petite bourgade de Salvation, Texas. Une nouvelle fois, Garth Ennis donne l'impression d'abandonner sa trame principale (la recherche de Dieu) pour se consacrer à une histoire indépendante sans rapport avec la quête de Jesse. L'intrigue renoue toutefois avec son passé grâce à l'apparition, certes un peu facile mais bienvenue, d'un personnage (et même deux) très proche du pasteur et que l'on pensait à jamais disparu.
 
     L'auteur revient donc à l'univers redneck ayant contribué à la signature si particulière de la série en nous ramenant au Texas, avec ses usages hérités du Far West et ses règlements de compte. Cette fois, Jesse doit faire face à un certain Odin Quincannon, puissant gérant d'un abattoir (en atteste la couverture, dans le plus pur style « Tiens, voilà du boudin »). Bien entendu, ce nouvel ennemi est aussi un sadique notoire, la présence d'un psychopathe dans chaque tome de Preacher étant devenu une sorte de tradition. En devenant le shérif du patelin, Jesse va prendre la tête d'une révolte et s'attirer les foudres du petit homme.
 
     Malgré son grand talent de narrateur (qui lui permet de rester plaisant à lire même quand il n'a rien à raconter), Ennis confirme mes soupçons en donnant l'impression d'avancer à l'aveuglette, sans vraiment savoir comment développer les éléments mis en place dans les premiers épisodes de Preacher (Dieu, les anges, les démons, les rednecks, un cow-boy, un vampire et j'en passe...). Bref, Preacher est parti dans tous les sens, et l'auteur ne semble plus savoir comment réunir ses billes. Il avance donc à coup de sketches où il peut exploiter son intérêt pour l'Amérique profonde, le western, les valeurs perdues d'une époque où les hommes connaissaient le sens du mot « honneur », etc. On suit cette histoire sans déplaisir, mais ses thèmes de prédilection commencent à sentir le réchauffé, et les habituels dialogues fleuris associés à l'inévitable scène-choc peinent à faire passer la pilule. Pour résumer : on tourne un peu en rond, Ennis finit par s'auto-parodier, et donne la sensation de meubler sa série pour combler les vides la séparant de la conclusion qu'il a sans doute déjà en tête : après avoir annoncé d'emblée que Preacher compterait soixante-six épisodes, et pas un de plus, le voilà contraint à effectuer un numéro d'équilibriste pour retomber sur ses pieds.
 
     Heureusement, il y a John Wayne, toujours là pour ramener Jesse Custer à ses responsabilités. Heureusement, au cours d'un épisode, l'auteur se souvient de l'histoire laissée en plan, et nous révèle enfin ce qu'il s'est passé après la chute d'avion de Jesse. La scène sonne un peu comme un deus ex machina, c'est le cas de le dire (vous verrez pourquoi), mais elle a le mérite de replacer l'intrigue sur ses rails. Et heureusement, Garth Ennis est toujours aussi touchant quand il véhicule ses valeurs humanistes via ses personnages. En espérant qu'il soit capable de concilier de manière cohérente tous les éléments déjà mis en place en l'espace des seize épisodes restants...

Florent M.          
10/03/2010          


.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2022