Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Connexion adhérent
Album
Batman Saga N°1
Série : Batman    Album précédent tome 1  Album suivant

Scénario : Tony DANIEL, Gail SIMONE, Scott SNYDER, Peter TOMASI
Dessins : Greg CAPULLO, Tony DANIEL, Peter GLEASON, Ardian SYAF
Traduction : Thomas DAVIER, Alex NIKOLAVITCH, Jérôme WICKY

Urban Comics , coll. DC Presse, juin 2012
 
Broché
Format 260 x 170
96  pages 
Voir une planche.
 
Communiqué éditeur
     Bruce Wayne est enfin de retour sous le masque de Batman ! Et les épreuves ne manquent pas pour notre héros, qu’il combatte l’influence de la Cour des Hiboux, qu’il se confronte au Joker, par TONY DANIEL, ou qu’il tente de renouer des liens avec son fils, Damian ! Barbara Gordon endosse quant à elle, à nouveau, le costume de Batgirl ! (contient les épisodes US Batman # 1, Detective Comics # 1, Batman & Robin # 1, Batgirl # 1).
 
Critiques
     Pour ma deux centième critique BD, je ne pouvais faire moins que de mettre à l'honneur un super-héros parmi les plus populaires au monde en la personne de Batman, au centre de ce premier numéro du label Saga lancé en kiosques par Urban Comics. Même principe que Green Lantern Saga : quatre épisodes, soit quatre « numéro un » sont présentés ici. Même décor, mêmes personnages, mais on redémarre en 2011 sans trop s'attarder sur le passé : pas besoin d'avoir suivi les quarante-deux crossovers précédents ou de consulter Wikipédia. Tout est simple, clair, limpide, sur le fond et sur la forme.
 
     Quatre épisodes au programme, donc : Batman N°1, Detective Comics N°1, Batman & Robin N°1 et Batgirl N°1. Et, comme pour Green Lantern, le premier épisode fait office d'aperçu d'un album publié dans le même temps (La Cour des Hiboux, en l'occurrence). Reprise des fondamentaux : toutes les têtes connues sont présentes, et Batman évolue dans ce climat urbain glauque ayant fait toute la réputation de la série depuis les années trente. On ne sera donc pas étonnés de découvrir une intrigue digne de Se7en, parfaitement adaptée à l'univers du Caped Crusader et illustrée, excusez du peu, par Greg Capullo.
 
     La suite n'est pas en reste avec un bon vieil affrontement entre Batman et le Joker dans Detective Comics, mais mis au goût du jour dans une version hardcore, pour ne pas dire gore. Encore une fois, retour à l'essence de Batman avec une enquête menée comme un jeu de piste dans un asile de fous à ciel ouvert, Gotham City, où le Joker joue avec son ennemi préféré comme un chat avec une souris. Attention : dans sa conclusion, Tony Daniel se prend pour Garth Ennis, et l'ouvrage se destine à un public averti (Urban Comics ayant une fâcheuse tendance à ne pas avertir le lecteur, comme nous l'avions déjà remarqué avec Hellblazer).
 
     Le troisième épisode, plus anecdotique selon moi, narre l'apprentissage du fils de Bruce Wayne (qu'il a eu avec la fille de Ra's al Ghul) dans son rôle de nouveau Robin. Là encore, une conclusion assez « hard », à croire qu'il s'agit de la signature de ces relaunchs...

     Le dernier épisode, Batgirl, est une nouvelle fois l'occasion d'admirer la qualité graphique des titres proposés. Un trait appliqué (Ardian Syaf mériterait d'être plus connu), parfaitement encré et colorisé, ce qui n'est pas toujours le cas dans les comics parus ces dernières années (remarque purement gratuite, je l'admets). Batgirl, à ne pas confondre avec Batwoman1, est Barbara Gordon : la fille du commissaire Gordon autrefois connue en tant qu'Oracle, devenue paraplégique suite à l'agression du Joker dans The Killing Joke2. Par une astuce scénaristique dont les comics ont le secret, Batgirl marche de nouveau et peut même se battre, sauter de toit en toit ou accomplir les plus improbables acrobaties. L'épisode se présente comme une sorte de parcours initiatique du super-héros (ou plutôt de la super-héroïne), à la façon de Year One, et s'avère plutôt bien mené. Batgirl est attachante, on se prend au jeu et son trauma dû au Joker est judicieusement exploité. Une série prometteuse, donc.
 
     Bref, rien à jeter, toutes les séries proposées donnent une furieuse envie de connaître la suite, ce qui est plutôt bon signe, vous l'admettrez.
 
 

 

Notes :

1. Nouvelle égérie homosexuelle de DC, mais c'est une autre histoire.
2. Et peut-être violée, selon l'interprétation faite de la scène volontairement ambiguë.

Florent M.          
25/05/2012          


.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2022