Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Connexion adhérent
Album
300
Série : 300    tome  

Scénario : Frank MILLER
Dessins : Frank MILLER
Couleurs : Lynn VARLEY

Rackham , octobre 1999
 
Cartonné
Format 250 x 320
86  pages  Couleurs
ISBN 2-87827-031-2
 
Critiques
     Bon, c'est vrai : tout ça n'a rien à voir avec la science-fiction. Ni non plus, en fait, avec le fantastique. En définitive, s'il fallait attribuer un genre à 300, le plus juste serait encore de parler d'épopée historique.
     Pourquoi, dans ces conditions, évoquer cette bédé dans les pages de Bifrost ? Tout simplement parce que, outre le fait qu'un nouveau Frank Miller c'est toujours un événement, 300 est pour moi la plus grosse claque graphique de l'année. Ni plus ni moins. Et puis une histoire qui nous parle de héros (des vrais, des durs, des incorruptibles), d'honneur, de trahison, de batailles, de mort, de dieux, d'oracles, de légendes, en un mot de mythes, si ça ce n'est pas du domaine de l'imaginaire, de notre imaginaire, alors je remballe mon stylo illico et je vais faire des critiques dans Nous deux !
     Nous sommes en 480 avant l'avènement du Chevelu qui Marche sur l'Eau. La Grèce est le phare de l'univers et Sparte sa flamme brûlante et orgueilleuse. Toutefois une menace redoutable pèse sur ce monde de liberté et de raison. Son nom : Xersès de Perse, fils du roi Darios, vainqueur de l'Egypte et à la tête d'une armée « si puissante que la terre tremble sous ses pas ». Refusant tout compromis, allant à l'encontre des traditions religieuses (se coupant de fait des forces vives de sa cité), Leonidas, roi de Sparte, accompagné de sa seule garde personnelle (les « 300 » du titre), va faire front et tenter de bloquer l'avancée de Xersès aux Thermopyles avec, comme secret espoir, que son exemple (son sacrifice ?) rallie l'ensemble des factions grecques...
     Le déroulement narratif de cette bédé est d'une maîtrise exemplaire. Les canevas de la tragédie grecque sont réunies : l'histoire se déroule avec force et fracas jusqu'à son dénouement inexorable. Ça fonctionne à merveille. Mais, outre le très remarquable respect des contraintes historiques quant aux costumes et à l'environnement géopolitique de l'époque (autant que puisse en juger votre serviteur, dont les maigres connaissances en la matière se résument à quelques Unités de Valeurs passées il y a fort longtemps), le plus époustouflant demeure, bien entendu, le brio graphique d'un Miller meilleur que jamais et qui franchit ici un nouveau palier (ceux qui ne connaissent Miller que pour Sin City risquent d'être sacrément surpris ! ). On soulignera à ce sujet l'excellente initiative de Rackham de restituer ces planches dans un format à l'italienne, contrairement à Dark Horse qui, dans l'édition américaine, avait considérablement amputé le boulot de Miller et Varley.
     Quoi d'autre ? Jetez-vous sur 300, c'est tout simplement incontournable. Et tant qu'à faire, profitez-en pour, si ce n'est déjà fait, acheter aussi le Batman Dark Knight du même Miller, récemment réédité en intégrale par Delcourt. Y a pas à tortiller du cul : c'est du tout bon !

Org          
Bifrost n°16          
01/12/1999          


.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2023