Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Connexion adhérent
Album
Les Enfants du Sang
Série : Preacher    Album précédent tome 5  Album suivant

Scénario : Garth ENNIS
Dessins : Steve DILLON
Couleurs : Matt HOLLINGSWORTH, Pamela RAMBO, James SINCLAIR
Traduction : Jérémy MANESSE
Couverture : Glenn FABRY
Peintures : Glenn FABRY

Panini Comics , coll. Vertigo Cult, avril 2009
 
Cartonné
Format 265 x 175
240  pages  Couleurs
ISBN 978-2-8094-0676-4
 
Quatrième de couverture
     LA NUIT LEUR APPARTIENT
 
     Après avoir détruit la base secrète de la toute-puissante organisation du Graal, le révérend Jesse Curter a libéré des donjons Cassidy, son vampire de pote. Il s'apprête maintenant à retrouver sa petite amie Tulip O'Hare, tireuse d'élite, avant de reprendre sa traque d'un Dieu en fuite pour lui réclamer des réponses... Cela, bien sûr, si Tulip lui pardonne de l'avoir abandonnée pour mener sa petite mission de sauvetage.
     Mais pour obtenir ces réponses, Jesse va devoir percer l'esprit de Genesis, le rejeton d'un ange et d'un démon qui a fusionné avec son âme. Et cela implique une sacrée introspection spirituelle... du genre qui ne peut être menée que grâce à une magie noire bien réelle. Heureusement, Cassidy connaît un prêtre vaudou à la Nouvelle-Orléans, capable de débloquer les souvenirs de Genesis. Mais hélas, Cassidy connaît aussi un groupe d'apprentis vampires assoiffés de sang qui en veulent à sa tête... et qui n'ont pas l'intention d'épargner quiconque leur barrera la route.
 
     LES ENFANTS DU SANG est le cinquième volume de la saga PREACHER, l'un des comics les plus plébiscités des années 1990. Créée par le scénariste Garth Ennis et le dessinateur Steve Dillon, cette épopée moderne parle de vie, de mort et de rédemption mais aussi de sexe, d'alcool, de sang et d'armes à feu... sans parler des anges, des démons, de Dieu, des vampires et des cinglés en tout genre qui font de cette aventure l'une des plus viscérales jamais publiées.
     En bonus, cet album contient également les commentaires de Glenn Fabry, qui a peint l'intégralité des couvertures de la série.
 
     « Un passionnant et violent road-movie, mais aussi une comédie noire... C'est Tueurs Nés, avec un cœur et le sens de l'humour. »
Détails
 
     « De très loin le meilleur exemple du genre que j'ai jamais vue. »
The Guardian
 
Critiques
     Faisant suite au très décevant Histoire Ancienne (composé d'épisodes hors-série qui ne s'inscrivaient pas dans la continuité de la saga), ce cinquième tome de Preacher s'ouvre sur les épisodes spéciaux « Blood & Whisky » déjà parus en 1999 dans l'album spécial consacré à Cassidy (éd. Le Téméraire : voir critique précédente pour comprendre les méandres éditoriales de la série en France). Cette fois publiés par Panini dans l'ordre original, ces épisodes dédiés à Cassidy sont l'occasion d'en apprendre un peu plus sur le vampire irlandais (et, accessoirement, de tourner en dérision les clichés de la culture gothique et les vampires d'Anne Rice). Mais rassurez-vous : la suite, qui regroupe les épisodes vingt-sept à trente-trois (sur soixante-six) de Preacher, est cent pour cent inédite. En outre, elle présente l'intérêt de démarrer sur de nouvelles bases consécutives à l'atomisation (au sens propre : Ennis ne fait pas dans la dentelle) de la plupart des ennemis de Jesse Custer, qui a pour conséquence un nouveau départ accessible à tous.
 
     Après s'être débarrassé de l'organisation secrète du Graal et avoir libéré son ami Cassidy (cf. Fiers Américains), le pasteur texan poursuit donc sa route en compagnie de sa petite amie Tulip et de son pote Cassidy, qu'il vient de sauver au péril de sa vie (mais en laissant de côté Tulip, ce qui l'a mise en rogne). Tout ce beau monde se retrouve enfin, plus uni que jamais grâce aux épreuves traversées. La première partie de l'album délaisse ainsi les intrigues religieuses et l'action coutumières de Preacher pour se concentrer sur les relations (parfois houleuses) entretenues par les personnages. Le résultat pourrait être décevant, mais Garth Ennis est doué d'un tel talent dans la peinture de ses acteurs et l'écriture de dialogues crus et réalistes que l'on ne s'ennuie pas un seul instant. Mieux : cet aparté nous permet de « souffler » un peu, à un moment où la série risquait de tomber dans le piège de la plupart des comics à rallonge, en embrouillant le lecteur dans un imbroglio de moins en moins compréhensible. Ennis nous rappelle que Preacher est une aventure à dimension humaine, centrée sur ses personnages, et cette mise au point arrive au bon moment.
     Ce retour aux élémentaires de cette série bourrée d'humour noir ne s'arrête toutefois pas à la forme, car Ennis a la bonne idée de faire revenir en scène des personnages liés au passé de Cassidy (une bande de jeunes gothiques de la Nouvelle-Orléans) et de Jesse Custer (« Tronche-de-Fion » le bien nommé, que l'on avait un peu oublié depuis le premier album mais qui poursuit sa quête de vengeance). Les Enfants du Sang ne reprendra les rails de l'intrigue liée à Génésis — progéniture d'un ange et d'un démon décidée à défier Dieu en possédant le corps de Jesse Custer — que dans une dernière partie située en Nouvelle-Orléans, où un rituel vaudou permettra au prêcheur de trouver une nouvelle voie pour suivre sa quête (et à l'intrigue de reprendre son cours).
 
     Alors certes, cet album ne présente pas d'enjeu majeur mais, contrairement au précédent, Ennis réussit à retrouver ce ton à mi-chemin entre le premier et le second degré qui nous fait croire à  ce conte déjanté, sans le prendre véritablement au sérieux. En clair : on suit les histoires de cœur, de cul et les engueulades de notre trio avec délice, on retrouve avec plaisir de vieilles connaissances, on rit et on pleure avec eux, sans vraiment se prendre la tête avec une intrigue pour un temps laissée en suspens.
 

Notes :

1. Téléchargement légal du premier album en vo sur le site de l'éditeur.

Florent M.          
23/05/2009          


.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2022