Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Connexion adhérent
Album
La Suite Apocalyptique
Série : Umbrella Academy    tome 1  Album suivant

Scénario : Gerard WAY
Dessins : Gabriel BÁ
Couleurs : Dave STEWART
Traduction : Jérôme WICKY

Delcourt , coll. Contrebande, mars 2009
 
Cartonné
Format 265 x 175
Couleurs
ISBN 978-2-7560-1717-4
Voir une planche.
 
Quatrième de couverture
     À la suite d'un événement extraordinaire, quarante-trois enfants naissent spontanément de femmes qui ne montraient jusqu'alors aucun signe de grossesse. Sir Reginald Hargreeves, inventeur multimillionnaire, adopte et élève sept de ces enfants exceptionnels dans l'espoir de sauver le monde. Les enfants grandissent, leurs exploits au sein de l'Umbrella Academy se succèdent, les crises familiales également... jusqu'à la dissolution du groupe. De nombreuses années passent avant que les membres de cette famille dysfonctionnelle se retrouvent autour de la tombe de leur père adoptif et se déchirent à nouveau. Mais ces retrouvailles coïncident étrangement avec l'apparition d'une nouvelle menace sur la Terre !
 
     Conçu et écrit par Gerard Way, leader du groupe musical My Chemical Romance, Umbrella Academy est illustré par Gabriel Bà (Casanova) et colorisé par Dave Stewart (Hellboy).
     La série a remporté l'Eisner Award et le Harvey Award de la meilleure nouvelle série en 2008.
 
Critiques
     Umbrella Academy est un comic-book surprenant, déroutant et jouissif, qui vous évoquera sûrement quelques œuvres de référence mais sans pour autant ressembler à quoi que ce soit de connu. Nous assistons ici à la naissance simultanée de quarante-trois enfants aux capacités étonnantes (comme dans Rising Stars), pour la plupart recueillis par un homme décidé à composer une équipe de super-héros (référence aux X-Men). À la mort de leur père d'adoption, les enfants se retrouvent vingt ans plus tard à l'occasion de son enterrement. C'est alors que l'un d'entre eux, disparu depuis ces vingt  dernières années après une fugue dans le futur (il est capable de voyager dans le temps), revient leur annoncer l'imminence de la fin du monde : le groupe de super-héros dispose de trois jours pour l'empêcher (cf. Watchmen).
 
     Tout cela nous est dévoilé en une poignée de pages, l'occasion pour l'auteur de démontrer un talent rare dans la maîtrise de la narration et de l'ellipse par l'enchaînement de cases aux images explicites en parvenant à nous exposer son décor, ses personnages, ses thèmes et ses enjeux à une vitesse étonnante. Dans le même temps, en jouant avec une déconcertante facilité sur le premier et le second degré (naïveté du fond dans le plus pur style comic-book old school associée à un schéma narratif moderne), la BD parvient à se démarquer de ses références écrasantes en inondant le lecteur de scènes surprenantes et originales sans lui donner le temps de souffler tout en imposant un style propre, pour ensuite relier tous ces éléments d'une façon cohérente : le coup des enfants mutants éduqués dans une école de « jeunes surdoués » et des super-héros sur le retour, on nous l'a déjà fait, pensez-vous sûrement ; seulement, le scénariste a l'intelligence de mettre en évidence ses inspirations dès les premières pages pour mieux les détourner ensuite, et raconter son histoire.
 
     En découvrant cette folle accumulation d'idées géniales et cette narration éclatée (illustrées par un dessin au trait assez proche du style de Mignola), on ne peut s'empêcher de se demander si cette audace n'est pas autorisée par l'innocence du novice (en l'occurrence : Gerard Way, un chanteur de rock étranger au milieu des comics), qui ose à peu près tout sans jamais se soucier de respecter les conventions du genre. Dans Umbrella Academy, les héros sont des hommes-singes qui vivent sur la Lune, des tueurs arrogants armés de couteaux ou des enfants à l'esprit d'adulte pour être restés trop longtemps dans les ruines du futur. Les chapitres sont clos par des statistiques sur les blessés des fêtes foraines, ou par des devinettes. Le lecteur, en état de surprise constante, doit rester vigilant pour suivre l'histoire du groupe et saisir les relations liant ou opposant  ses membres, en basculant parfois de leur enfance à leur vie d'adulte au détour d'un épisode.
 
     Vous l'aurez compris, Umbrella Academy m'a bluffé. En vérité, je n'ai pas été aussi étonné par une approche aussi originale d'un groupe de super-héros depuis la reprise des X-Men par Grant Morrison ou de X-Force par Peter Milligan. UA fait partie de ces œuvres qui méritent plusieurs lectures, et dont la fin ne peut que nous amener à nous poser la question : « Mais comment diable vont-ils pouvoir imaginer la suite ? ». Au rayon des reproches, on notera juste que l'histoire va un peu vite en besogne en expédiant les rebondissements vers une fin du monde précipitée, et que le fil de l'histoire n'est pas toujours évident à suivre de par sa richesse (on frôle parfois l'indigestion). Mais vous pouvez être sûr que le prochain album approfondira et éclaircira cet univers au potentiel extrêmement riche, en partant dans des directions toujours plus folles.

Florent M.          
29/03/2009          


.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2022