Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Yue Laou le Faiseur de lunes

Robert William CHAMBERS

Titre original : The Maker of Moons, 1896
Fantastique  - Traduction de Louis-Martin DUPONT & Achille LAURENT
Traduction révisée par Jean-Daniel BRÈQUE & Norbert GAULARD
Illustrations intérieures de Lancelot SPEED
Le VISAGE VERT n° (6), dépôt légal : septembre 2009
106 pages, catégorie / prix : 11,00 €, ISBN : 978-2-918061-08-3

Autres éditions
Sous le titre Le Faiseur de lunes   Olivier RAYNAUD, 1981
Couverture

    Quatrième de couverture    
     « Alors tout autour de nous dans les roseaux secs se fit un bruissement comme si des animaux eussent rampé, et une odeur fétide et âcre emplit l'air : je la connaissais, cette odeur. Je vis les animaux aux corps de crabe, aux pattes d'araignées, pulluler autour de nous et traîner leurs corps jaunes, mous et poilus, dans les herbes écartées. Il en passa des centaines, empoisonnant l'air, culbutant, se tortillant, rampant, levant leurs hideuses têtes sans bouche. Les oiseaux, à moitié endormis et surpris par l'obscurité, voletaient devant eux, en proie à une terreur panique. Les lapins surgissaient de leurs terriers ; les belettes se glissaient pareilles à des fantômes en fuite. Tout ce qui restait d'êtres vivants dans la forêt se levait et fuyait devant cette invasion hideuse. J'entendis le cri d'un lièvre terrifié, le reniflement d'un chevreuil en déroute, et le galop pesant d'un ours. Pendant ce temps, j'étouffais, à demi suffoqué par cette odeur empoisonné e ! »

     De l'Américain Robert William Chambers (1865-1933), la postérité n'a retenu que l'étonnant recueil Le Roi en jaune (1895), trait d'union entre Edgar Poe et Lovecraft. Dilettante du fantastique et du macabre, Chambers a su parfois renouer avec l'inspiration de ses débuts, comme en témoigne la longue nouvelle que nous proposons dans une traduction révisée. Avec l'érudition qu'on lui connaît bien, Michel Meurger commente la grande richesse symbolique et culturelle du Faiseur de lunes, dans son étude « Le Chaînon manquant entre l'oursin, l'araignée et le diable. L'altérité plurielle chez Robert William Chambers ».


    Sommaire    
 
    Critiques    
     Il y a à l'origine Le Visage Vert, roman de Gustav Meyrink. Il y eut ensuite aussi Le Visage Vert, revue classieuse dirigée par Xavier Legrand-Ferronnière et consacrée au fantastique classique, que ce soit via l'exhumation de petites merveilles fin-de-siècle ou via des essais érudits de Michel Meurger (entre autres). Il y aura désormais les éditions Le Visage Vert, qui ont été créées par le même Legrand-Ferronnière, afin de poursuivre le travail amorcé dans la revue. Au menu : des romans ou nouvelles, classiques (Robert W. Chambers, Paul Busson) ou moderne (Salzman, Riviale), des essais (Hanns Heinz Ewers sur Edgar Allan Poe), le tout bien souvent accompagné de paratexte très intéressant. La maquette est sobre mais de bon goût, et les livres sont joliment illustrés, par exemple de reproductions d'époque pour les récits anciens.
     Robert W. Chambers est un auteur classique de la littérature fantastique écossaise. Son œuvre la plus connue est Le Roi en jaune (1895) que beaucoup connaissent, mais que de moins en moins de gens ont lu (il fut récemment réédité par les éditions Malpertuis, précipitez-vous dessus !). Le Roi a d'ailleurs complètement éclipsé le reste de l'œuvre de Chambers, ce qui est bien dommage si l'on en croit la lecture de Yue Laou le rêveur de lunes.
     Au Canada, trois hommes se rendent à la chasse. En chemin, l'un d'eux révèle à ses compagnons qu'il est officieusement chargé d'enquêter sur des inconnus ayant réussi à créer de l'or de synthèse. Arrivés sur place, le narrateur sera davantage confronté à des rencontres étonnantes ou effrayantes au sein des bois, qu'aux apprentis sorciers. À moins bien sûr que tout ne soit lié ?
     Cette nouvelle envoûtante, dont Chambers se garde bien de livrer toutes les clés, prolongeant ainsi le plaisir du lecteur, doit beaucoup au rêve. Les apparitions d'Ysonde se font toujours auprès d'un marais tranquille, où le temps semble s'arrêter. Roy vivrait bien cette chimère, mais il est régulièrement ramené à la réalité par l'émergence de créatures ignobles, chaînon manquant entre l'oursin, l'araignée et le diable, comme le dit Chambers. C'est sur cet équilibre délicat, rêve le plus merveilleux confronté au matérialisme le plus abject, que fonctionne ce texte. Le lecteur est ainsi ballotté entre l'angoisse - — qui trouve sa concrétisation dans le très mystérieux Yue Laou — — et la quiétude des bois canadiens. Et les visions de la lointaine province chinoise d'où vient la menace sont tout aussi exaltantes...
     Autre intérêt de cet ouvrage, la longue postface de Michel Meurger, dont on ne présente plus l'érudition, et qui replace la nouvelle dans son contexte culturel de l'époque, notamment en ce qui concerne l'évolution et l'aspect mythologique.
     Tout ceci concourt à faire de ce volume du Visage Vert une bien belle réussite, qui n'étonnera personne, compte tenu de la qualité habituelle de la production de Xavier Legrand-Ferronnière, et surtout pas les lecteurs habituels de la revue Le Visage Vert, qui trouve ici son prolongement naturel.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 14/11/2009
nooSFere


 
Base mise à jour le 18 juin 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.