Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Vie sexuelle des super-Héros

Marco MANCASSOLA

Titre original : La vita erotica dei superuomini, 2008
Traduction de Vincent RAYNAUD

GALLIMARD (Paris, France), coll. Du monde entier
Dépôt légal : janvier 2011
Première édition
Roman, 552 pages, catégorie / prix : 24,90 €
ISBN : 978-2-07-012879-2
Genre : Science-Fiction

Couverture d'après photo (c) Caters News Agency / Sipa.



Quatrième de couverture
     À New York, au début du vingt et unième siècle, les super-héros sont fatigués : Superman, Batman et les autres ont raccroché les gants, ils sont devenus des hommes et des femmes d'affaires à succès, des vedettes des médias et du spectacle, et ont tous renoncé à leurs super-pouvoirs. Dès lors, qui peut bien vouloir les éliminer un par un ? Car après Robin, l'assistant et ancien amant de Batman, un mystérieux groupe de tueurs menace d'autres cibles. Mister Fantastic et Mystique reçoivent eux aussi d'étranges messages d'adieu, et il semble bien que ce soit dans leur vie privée et leurs comportements sexuels qu'on veuille les frapper. Le détective Dennis De Villa mène l'enquête, tandis que son frère Bruce, journaliste, couvre les événements. Mais ne faut-il chercher ailleurs, quelque part dans leur enfance commune, ce qui les relie à ces super-héros si fragiles ?
     Vaste fresque post-11 Septembre, le roman de Marco Mancassola est le récit mélancolique et crépusculaire de la fin d'un monde, celui des super-héros, et d'une civilisation, incarnée pendant des décennies par les États-Unis. Une civilisation qui est aussi la nôtre.

     Marco Mancassola a trente-sept ans et vit actuellement à Londres. Romancier et scénariste, il est également l’auteur des Limbes (Trois récits visionnaires), paru en 2010 dans la collection « Du Monde Entier ».
Critiques
     On avait découvert Marco Mancassola avec Les Limbes (Trois récits visionnaires), recueil intéressant d'histoires de fantômes à l'atmosphère étonnante. Le voici de retour avec un livre au titre que l'on jugera au choix prometteur ou racoleur : La vie sexuelle des super-héros. Les tenants de la seconde alternative auront en partie raison : en effet, le roman tient la promesse du titre, nous donnant à rencontrer des super-héros (Mr. Fantastic, Batman, et quelques autres) dans leur vie quotidienne, et notamment leurs habitudes sexuelles. Mancassola prend un malin plaisir à jouer des clichés supposés de ces êtres aux pouvoirs étonnants ; on n'aura ainsi pas de mal à comprendre quelle peut être la particularité sexuelle choisie par Mancassola pour caractériser l'homme élastique, quant à Batman, l'auteur joue davantage sur ses relations prétendument homosexuelles avec son assistant Robin. Bref, les super-héros nous sont présentés sous leur aspect le plus glauque, une provocation qui risque de faire grincer les dents des amateurs de comics. Mais aussi d'apporter une touche ludique au lecteur : à lui de découvrir quel va être l'angle d'attaque choisi par Mancassola pour chaque super-héros.
     Mais il ne faudrait pas s'en tenir à ce seul aspect, qui est là pour attirer le lecteur, mais ne constitue pas le propos de l'écrivain. Le super-héros est pour lui un symbole des États-Unis, intimement lié au développement de cette nation et de la plus emblématique de ses villes, New York, au cours du XXème siècle. Un siècle qui a brutalement pris fin un certain 11 septembre. Dès lors, le réel sujet de ce livre apparaît clairement : c'est bien l'histoire d'une fracture qui nous est contée ici, une rupture brutale entre un passé idyllique par bien des aspects (et qu'incarne à merveille l'Âge d'Or des super-héros) et un avenir inquiétant, cristallisé autour de la menace terroriste. Cette menace est ici symbolisée par la mort en série des super-héros, que quelqu'un s'acharne à traquer pour une raison obscure. Une atmosphère de fin du monde, ou du moins de fin des certitudes, imprègne donc ces pages, et est très bien rendue par l'auteur par le biais d'un rythme très lent propice à développer les pensées intérieures de ses protagonistes ; Mr. Fantastic a ainsi perdu tout attrait à la vie, et quand il rencontre une jeune femme dont il tombe éperdument amoureux, ce n'est pas tant pour elle-même que parce qu'elle le sauve de sa routine désespérante. Las, l'amourette fera long feu, lorsqu'il comprend qu'en fait il en est venu à connaître cette femme du fait de sa gloire passée, et la prise de conscience de ce qu'il est devenu n'en est encore que plus dévastatrice.
     Roman d'une amertume sans fond, La vie sexuelle des super-héros pâtit de son moyen de progression de l'intrigue : la résolution de l'intrigue policière sur l'identité et les motivations du commanditaire des meurtres de super-héros. Après un développement dont la consistance est un peu lâche, l'explication finale manque cruellement d'enjeux, et ce d'autant plus compte-tenu du propos global du roman. C'est une relative déception, car, bien agencée, cette enquête aurait permis d'apporter au livre ce liant qui lui fait défaut.
     Malgré cette réserve, La vie sexuelle des super-héros se révèle donc finalement une description implacable de l'évolution d'une civilisation, un roman intéressant qui confirme le talent de Marco Mancassola à instaurer une atmosphère. On suivra assurément les prochains livres de l'auteur.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 9/10/2011 nooSFere


     En règle générale, littérature et super-héros ne font pas bon ménage. Hormis une poignée de réussites comme la nouvelle « Ubermensch ! » de Kim Newman, les tentatives sont peu nombreuses et rarement concluantes. Dernier à s'y être cassé les dents, Austin Grossman, dans son roman Un jour je serai invincible, se montrait incapable de choisir entre relecture moderne à la Watchmen et hommage naïf à l'âge d'or du genre.

     Publié dans la prestigieuse « NRF » des éditions Gallimard, La Vie sexuelle des super-héros de l'Italien Marco Mancassola nous est vendu comme une « vaste fresque post 11 septembre » (de nos jours, la moitié des romans qui paraissent sont de vastes fresques post 11 septembre. Il serait temps qu'un éditeur courageux ose enfin publier le premier livre de recettes de cuisine ou de conseils en bricolage post 11 septembre) et comme « le récit de la fin d'un monde, celui des super-héros, et d'une civilisation ». C'est dire si on n'est pas là pour rigoler avec des andouilles bariolées portant leur slip par-dessus leur justaucorps.

     La particularité de ce roman est de mettre en scène de véritables super-héros, dont même les non lecteurs de comics auront sans doute déjà entendu parler : Batman, Superman, Mr. Fantastic, Mystique ou Namor. L'idée est a priori séduisante. En réalité, les personnages de Mancassola ne partagent guère que le nom et quelques vagues superpouvoirs avec ceux dont ils sont censés s'inspirer. Dans le cas de Batman, on est même tenté de mettre l'erreur de casting sur le compte d'une coquille, tant le portrait qui nous en est fait rappellerait plutôt Jason Bateman, le héros d'American Psycho.

     Le roman se déroule vingt ans après que les super-héros sont passés de mode et que tout ce petit monde s'est diversement reconverti : Mr. Fantastic est consultant pour la NASA, Mystique et Namor animent un show à la télévision, Superman tente de passer le flambeau à la nouvelle génération. Tous sont de vieilles gloires et ont troqué leurs aventures épiques contre de ternes existences. Et sexuellement les choses ne vont guère mieux. L'ancien leader des Quatre Fantastiques s'est entiché d'une jeune femme de trente ans sa cadette, Batman, après la mort de son amant Robin, enchaine les conquêtes d'un soir, Mystique se cantonne aux plaisirs solitaires. Allant du pathétique au sordide, leurs peines de cœur laissent sourdre une profonde lassitude qui va très vite contaminer l'ensemble du roman et provoquer chez le lecteur bâillements et soupirs.

     Quel objectif espérait atteindre Mancassola avec ce livre ? Briser quelques tabous ? Voilà plus de quarante ans que les super-héros se marient et font des enfants, vingt ans qu'ils révèlent en public leur homosexualité. Et pour ce qui est des pratiques moins avouables — le supposé clou du spectacle ici est un fist-fucking pratiqué tout en délicatesse sur Batman — , on se tournera plus volontiers vers l'œuvre du scénariste Garth Ennis qui, de The Pro à The Boys, n'aime rien tant que de leur faire subir les derniers outrages.

     L'auteur ne semblant pas porter le moindre intérêt à l'univers des comics, on se demande pourquoi avoir choisi de mettre en scène de tels personnages, plutôt que quelques stars déchues des médias ou du show-biz. D'ailleurs, la seule partie du roman qui fonctionne est celle délaissant les super-héros pour s'intéresser à l'histoire d'une mère de famille ordinaire sacrifiant sa vie à ses enfants. Dans cette partie, Mancassola parvient enfin à sortir le lecteur de sa torpeur et à éveiller quelques émotions.

     D'une pauvreté d'imagination affligeante, pas spécialement bien écrit, La Vie sexuelle des super-héros se lit au mieux avec un ennui poli, du genre dont il est nécessaire de s'armer pour aller prendre le café chez mémé un dimanche après-midi de novembre.

Philippe BOULIER
Première parution : 1/4/2011 dans Bifrost 62
Mise en ligne le : 3/2/2013

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77945 livres, 89439 photos de couvertures, 73891 quatrièmes.
8687 critiques, 42386 intervenant·e·s, 1613 photographies, 3751 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.