Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Ténèbres 2011

ANTHOLOGIE

Textes réunis par Benoît DOMIS



Illustration de Dominic HARMAN

DREAMPRESS.COM , coll. Ténèbres (revue) n° (4)
Dépôt légal : juin 2011
218 pages, catégorie / prix : 15 €
ISBN : 978-2-84958-009-7   
Genre : Fantastique



    Quatrième de couverture    
Pas de texte sur la quatrième de couverture.

    Sommaire    
1 - Tom PICCIRILLI, Alchimie (Alchemy), pages 5 à 25, trad. Michelle CHARRIER
2 - Guillaume SUZANNE, Ni début ni fin, pages 27 à 37
3 - Glynn BARRASS, La Larve (The Worm), pages 39 à 56, trad. Audrey FAVRE
4 - Ray CLULEY, Le Chasseur de trésors (Beachcombing), pages 57 à 66, trad. Elsa GANEM
5 - Claude BOLDUC, L'Enclos, pages 67 à 75
6 - Shane Jiraiya CUMMINGS, Autopsie (The Cutting Room), pages 77 à 88, trad. Nadège GAYON-DEBONNET
7 - Steve LOCKLEY, Monsieur Bobo (Imaginary Friends), pages 89 à 96, trad. Annaïg HOUESNARD
8 - Fanny HERQUEL, Sous les ombrelles des méduses, pages 97 à 112
9 - Jeremy C. SHIPP, Le Camp (Camp), pages 113 à 124, trad. Jean-Daniel BRÈQUE
10 - Yves-Daniel CROUZET, L'Ombre sur le palier, pages 125 à 146
11 - Daniel PEARLMAN, La Position foetale (The Foetal Position), pages 147 à 174, trad. Clotilde LANDAIS
12 - Michael PENNCAVAGE, Les Convertis (The Converts), pages 175 à 182, trad. Antoine MONVOISIN
13 - Brenta BLEVINS, Un mauvais moment à passer (Beyond), pages 183 à 193, trad. Jacqueline CALLIER
14 - John SHIRLEY, Des visages dans les murs (Faces in Walls), pages 195 à 217, trad. Corinne BOUTRY
 
    Critiques    
     La revue Ténèbres, qui dura de 1998 à 2001, a retrouvé une seconde jeunesse depuis 2007, au sein des éditions Dreampress. Elle s'est entre-temps transformée en anthologie annuelle, dirigée désormais par le seul Benoît Domis (Daniel Conrad s'en occupait avec lui auparavant).
     À la vue de cet opus 2011, tout d'abord, une chose surprend : aucun éditorial, aucune préface, rien que les textes présentés tels quels (avec un très court chapeau pour nous présenter les auteurs, pour la plupart des inconnus). C'est particulièrement regrettable, on aurait aimé un peu de paratexte, comme par exemple un point sur l'état de la nouvelle fantastique aujourd'hui. Il faut dire que le fantastique anglo-saxon moderne, dans sa forme courte, est un peu devenu le parent pauvre de l'imaginaire : aucune revue ne lui donne sa chance, les anthologies se font rares, bref, il a connu des jours meilleurs. Alors, une anthologie comme Ténèbres qui perdure, c'est très bien, mais il est dommage que Domis n'utilise pas ce créneau pour nous gratifier du texte informatif qui serait nécessaire.
     Les nouvelles présentées ici sont au nombre de quatorze, quatre d'entre elles étant signées d'auteurs francophones. La débutante Fanny Herquel s'en sort très bien, avec une nouvelle d'inspiration lovecraftienne au joli titre, « Sous les ombrelles des méduses » ; le thème du petit garçon confrontée à un Grand Ancien renouvelle admirablement le genre, et l'auteur tire de cette opposition une émotion indéniable, simple mais intacte. Dans un autre style, Guillaume Suzanne nous raconte avec un humour communicatif dans « Ni début ni fin » une histoire de voiture qui roule éternellement car elle régénère du carburant sans discontinuer. On passera plus rapidement sur les textes d'Yves-Daniel Crouzet, qui confronte fantastique classique (la présence d'une ombre inquiétante) à un lieu emblématique de nos sociétés modernes : la cage d'escalier d'un immeuble, et Claude Bolduc, qui s'attaque à l'une des figures les plus répandues du fantastique actuel, en la décrivant de l'intérieur.
     Toute bonne anthologie de fantastique se doit d'avoir un texte inaugural qui frappe fort : celui de Tom Piccirilli, « Alchimie » contentera les amateurs de glauquitude, avec son mélange de jeunesse désœuvrée et de nécrophilie. À déconseiller aux âmes sensibles, tout comme la nouvelle de Glynn Barrass, « La larve », où une femme doit s'occuper de son mari, revenu atrocement mutilé de la guerre en Afdhanistan ; la relation d'amour-haine et de domination qui se noue entre les deux est quasiment insoutenable. Dans « Le chasseur de trésors », de Ray Cluley, un jeune garçon doué du pouvoir de retracer l'histoire d'un objet en le touchant est confronté à une disparition ; il ne comprend pas ce qu'il se passe, contrairement au lecteur. L'auteur tire de cette dichotomie une bien belle efficacité narrative, d'autant plus que l'inéluctabilité des faits suggérés ici fait très mal. Dans « Monsieur Bobo », un homme se rend compte que son ami imaginaire d'enfance l'avait déjà été pour son père ; malheureusement, cette très bonne idée est gâchée par le traitement qu'en tire Steve Lockley, trop prévisible.« La position fœtale », de Daniel Pearlman, ne vaut pas tant pour son motif fantastique, une possession somme toute assez classique, que pour la description de ses relations mère-fils monstrueuses de haine. Dans « Un mauvais moment à passer », Brenta Blevins choisit également le point de vue de l'enfant pour décrire les relations de sa mère avec ses amants successifs ; l'intérêt vient ici du dévoilement progressif de la nature nocive de ces relations. Au rayon des textes plus anecdotiques, le récit d'une autopsie qui tourne mal par Shane Jiraiya Cummings, une histoire de conversion par Michael Penncavage, un camp de formation d'adolescents d'un genre, comment dire, un peu particulier pour Jeremy C. Shipp, et le retour du vétéran John Shirley qui vaut essentiellement par son début, où un homme est cloué sur un lit d'hôpital.
     Au final, on notera que Ténèbres 2011 est une livraison plutôt convaincante, composée pour l'essentiel de textes solides, avec quelques vraies bonnes surprises (Herquel, Cluley, Barrass). Pour une anthologie dont la très grosse majorité des auteurs sont totalement inconnus en France, c'est une excellente nouvelle qui prouve la vitalité du fantastique contemporain. On regrettera donc que Ténèbres soit le seul support qui nous le présente, qui plus est sur un rythme seulement annuel.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 21/8/2011 nooSFere


 

Dans la nooSFere : 62397 livres, 58355 photos de couvertures, 56875 quatrièmes.
7958 critiques, 34216 intervenant·e·s, 1309 photographies, 3653 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.