Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

La Cité sans nom

Vladimir ODOÏEVSKI

Imaginaire  - Traduction révisée par Patrice LAJOYE & Viktoriya LAJOYE
Illustration de MANDY
BLACK COAT PRESS, coll. Baskerville n° 8, dépôt légal : juin 2012
282 pages, catégorie / prix : 20 €, ISBN : 978-1-61227-109-5
Couverture

    Quatrième de couverture    
     « Voici venir un autre monde, un monde nouveau. Regarde. Le cristal s'entr'ouvre, et, dans son sein, je vois un nouveau soleil. Là, s'accomplit un grand mystère. »

     Entre mysticisme et science-fiction, moralisme et exotisme, l'œuvre du prince Vladimir Odoievski n'a jamais su se fixer. Visionnaire, il invoque une sylphide lors d'une expérience d'alchimie ; rencontre un architecte du XVIIIe siècle lors d'un périple en Italie ; invente l'internet et les blogs, ainsi qu'un système mondial de climatisation, en se projetant en 4338 ; décrit par le menu l'actuelle crise financière, qui aurait déjà ravagé le pays de Benthamie ; et imagine ce qu'il arriverait si une comète s'écrasait sur la Terre.

     Vladimir Odoievski (1803-1869) est un des maîtres de la littérature russe. Il est pourtant peu connu, et donc peu traduit, tandis que son œuvre est d'une importance majeure par l'influence qu'elle a eue sur le fantastique et la littérature de son pays.

     La Cité sans nom regroupe l'intégralité des nouvelles d'Odoievski traduites au XIXe siècle, accompagnées de quelques textes inédits dont, pour la première fois en français, L'An 4338, écrit en 1835, qui restera inachevé et ne sera publié que longtemps après sa mort.


    Sommaire    
1 - Patrice LAJOYE, Le Prince Vladimir Odoievski. Un génie touche-à-out, pages 5 à 19, Préface
2 - Le Fantôme (??????????), pages 21 à 34, trad. Pierre DOULAIRE
3 - Opere del cavaliere Gian-Batista Piranesi (Opere del cavaliere Gian-Batista Piranesi), pages 35 à 45, trad. Pierre DOULAIRE
4 - L'Hôte de bois ou le conte de la poupée revenue à elle et de M. Kivakel (?????????? ?????, ??? ?????? ?? ?????????? ????? ? ????????? ????????), pages 46 à 52, trad. Patrice LAJOYE & Viktoriya LAJOYE
5 - Le Dernier quatuor de Beethoven (????????? ??????? ?????????), pages 53 à 64, trad. Pierre DOULAIRE rév. Patrice LAJOYE
6 - Pourquoi le conseiller de collège Ivan Bogdanovitch Otnochene ne fit pas ses visites officielles à ses supérieurs le jour de Pâques, pages 65 à 71, trad. Pierre DOULAIRE rév. Patrice LAJOYE
7 - L'Improvisateur (????????????), pages 72 à 84, trad. Pierre DOULAIRE rév. Patrice LAJOYE
8 - La Sylphide. Notes d'un homme raisonnable (????????), pages 85 à 107, trad. Pierre DOULAIRE rév. Patrice LAJOYE
9 - Deux jours dans la vie du globe terrestre (??? ??? ? ????? ??????? ????), pages 109 à 115, trad. Patrice LAJOYE & Viktoriya LAJOYE
10 - L'An 4338. Lettres de Pétersbourg (4338-i god, Peterburgskie pis’ma), pages 116 à 161, trad. Patrice LAJOYE & Viktoriya LAJOYE
11 - La Cité sans nom (????? ??? ?????), pages 162 à 183, trad. Patrice LAJOYE & Viktoriya LAJOYE
12 - Le Menuisier (??????), pages 185 à 192, trad. G. LEROY rév. Patrice LAJOYE
13 - L'Habitant du mont Athos (?????? ???????? ????), pages 193 à 195, trad. G. LEROY
14 - Le Témoin (?????????), pages 196 à 209, trad. Pierre DOULAIRE rév. Patrice LAJOYE
15 - La Cruche cassée. Conte de la Jamaïque (???????? ?????? (???????? ??????)), pages 211 à 215, trad. G. LEROY
16 - Conte indien sur quatre sourds (????????? ?????? ? ??????? ??????), pages 216 à 221, trad. G. LEROY
17 - Les Mangeurs de haschich, pages 222 à 233, trad. Pierre DOULAIRE
18 - La Ville-tabatière (??????? ? ?????????), pages 235 à 244, trad. HELLÉ
19 - Le Ver (????????), pages 245 à 252, trad. G. LEROY
20 - Moroz Ivanovitch (????? ????????), pages 253 à 263, trad. G. LEROY
21 - Patrice LAJOYE, Sources des textes, pages 265 à 268, Bibliographie
 
    Critiques    
 
     Patrice Lajoye continue sa promotion de la littérature fantastique et de science-fiction de langue russe en nous proposant cette fois-ci, au sein de la collection « Baskerville », un recueil consacré au prince Vladimir Odoievski, qui cumula les fonctions au sein de l'Empire. Touche-à-tout, peu de domaines lui ont échappé : il se passionna pour les sciences, dures et moins dures, pour Bach et Beethoven, et bien évidemment pour la littérature, en fondant une revue. Il écrivait aussi beaucoup, fictions comme essais, et dans tous les genres. Patrice Lajoye a voulu nous donner un aperçu assez exhaustif de l'œuvre de l'écrivain russe, aussi a-t-il choisi de retenir l'intégralité des nouvelles de l'auteur traduites en français au XIXe siècle, quand bien même certains textes ne relèvent absolument pas des littératures de genre — ou ne sont pas au niveau des textes majeurs — en les complétant de quelques textes inédits. On passera donc ici rapidement sur les contes moraux, récits d'édification pour la jeunesse qui feront sourire tout lecteur du XXIe siècle par leur aspect désuet, ainsi que sur les contes exotiques, même si l'histoire de la rencontre entre quatre sourds est assez hilarante. Simplement soulignera-t-on combien la forme du conte semble prisée par Odoievski, canevas narratif qu'il utilise aussi dans ses nouvelles fantastiques dont on va parler ici.
     Si les traductions des textes fantastiques ont quelque peu vieilli, ce cachet rétro leur sied plutôt bien, et on aura de fait plaisir à déguster les premiers récits. Cela commence fort classiquement par une histoire de fantôme, dont l'intérêt réside dans une chute à tiroirs assez originale ; dans « Opere del cavaliere Gian-Batista Piranesi », nous faisons la rencontre d'un architecte tyrannisé par ses ouvrages ; un envoûtement d'un genre bien particulier. Odoievski sait également se montrer cruel, comme dans « L'Hôte de bois », ou dans cet autre texte consacré à la quête de l'accord ultime par un Beethoven vieillissant. Il est intéressant de noter que ces deux derniers textes sont inspirés de citations de Goethe et Hoffmann, inspirations évidentes du jeune Odoievski, même si ce dernier tentera par la suite de nier l'influence de l'auteur de L'Elixir du Diable. Le conseiller de collège Ivan Bogdanovitch Otnochene, quant à lui, aime tant jouer aux cartes qu'il devrait se méfier... un conte auquel l'engouement actuel pour le poker confère un vrai vernis de modernité. Cipriano est un poète à l'inspiration fulgurante, mais qui éprouve les pires difficultés à coucher par écrit ses envolées ; fait-il bien de passer un pacte avec un médecin nommé Ségélius ? Enfin, Mikhaïl Platonovitch se retire à la campagne ; il est enchanté lorsqu'il fait la connaissance des jeunes filles de la maison d'à côté...
     Il ressort de ces nouvelles, malgré l'aspect désuet de la traduction et en dépit d'une forme assez classique — jusque dans l'échange épistolaire de « La Sylphide » — , une certaine modernité. Convoquant différents personnages ou thématiques emblématiques du fantastique du XIXe siècle (le fantôme, le pacte avec le diable, l'envoûtement...), Odoievski y injecte à chaque fois sa petite touche d'originalité (et souvent, de cruauté) pour dépasser le classicisme de son matériau. A la lecture de ces contes, très variés, on n'a aucune peine à croire, comme le dit l'anthologiste, que l'auteur ait eu une influence durable sur le fantastique de son pays.
     Reste que le morceau de choix de ce recueil demeure sa partie centrale, intitulée « Utopies et anti-utopies », qui propose deux textes courts et l'ébauche d'un roman. Si la première nouvelle, le récit de ce qui pourrait advenir si une comète venait à s'écraser sur la Terre, s'avère assez anecdotique, il n'en est rien des deux textes suivants. Dont L'An 4338, roman inachevé (l'auteur s'est illustré sur la forme courte pour l'essentiel, ne finissant qu'un roman, Les Nuits russes) qui, sur une quarantaine de pages, se permet d'être prémonitoire à propos de bien des sujets (aérostats privés ; système de climatisation globale permettant de vaincre le froid russe ; réseau de télégraphie par lequel les riches communiquent sur leur vie dans ses moindres détails, préfigurant le réseau Internet, voire même les blogs...). On aurait aimé qu'Odoievski finisse ce roman, laissé à l'état de notes ; le livre aurait alors sans mal trouvé sa place auprès de ces nombreux romans anciens qui se plaisaient à imaginer l'avenir de la société... Enfin, le troisième texte a aussi valeur prophétique : dans « La Cité sans nom », nouvelle savoureuse et sarcastique, un homme narre grandeur et décadence d'une société ayant érigé le profit en valeur nationale... En ces temps de crise du partage, voilà qui n'est pas sans éveiller un semblant d'écho...
     Au final, Patrice Lajoye, qui traduit avec sa femme Viktoriya les textes inédits, réussit son pari : nous présenter un auteur d'importance dont peu pouvaient se targuer jusque-là de le connaître réellement, tant son rapport avec l'édition française fut épisodique. Auteur protéiforme, Vladimir Odoievski aborde ainsi avec un égal bonheur le fantastique et la science-fiction, et ceux qui en redemandent pourront toujours se mettre sous la dent quelques contes moraux ou exotiques, dont certains se révèlent savoureux. Un excellent ouvrage.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 1/10/2012
dans Bifrost 68
Mise en ligne le : 9/4/2016


 
Base mise à jour le 19 février 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.