Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Heptagone

Georges PANCHARD

Cycle : Forteresse  vol. 2


Robert LAFFONT, coll. Ailleurs et demain n° (232)
Dépôt légal : avril 2012
480 pages, catégorie / prix : 22 €
ISBN : 978-2-221-13108-4
Genre : Science Fiction 


Couverture

    Quatrième de couverture    
     Sept personnages, comme les sept côtés d'un heptagone. Sept destins dont les trajectoires dessinent les contours d'un avenir sombre et violent : le nôtre.
     Haruki Miyagawa, enfant rêveur de prolétaires japonais, qui ne peut faire le deuil du grand Japon des samouraïs et des shoguns, deviendra super-ninja, tueur quasiment invincible, au terme d'une terrifiante initiation.
     Adrian Clayborne, ancien responsable de la sécurité d'une mégacorporation, cherche à se construire un avenir neuf, mais le passé semble le poursuivre.
     Gianna Caprara, policière italienne, traverse le terrible affontement des religions et des civilisations qui déchire l'Europe.
     Sherylin Leighton, qui a vécu la montée du totalitarisme intégriste dans l'Union des États Bibliques Américains (UABS), fuira en Grande-Bretagne. Mais le régime biblique est-il le vrai motif de son exil ?
     Jack Barstow, après avoir vécu la guerre civile contre les conquérants islamistes, embrassera la carrière de dissipateur, plus discrète et moins dangereuse. Vraiment ?
     John Fuller dirige les services de sécurité de l'UABS. Craint de tous les opposants au régime théocratique, l'homme, pourtant, n'est peut-être pas que le bras armé d'un régime démentiel.
     Quant à Lyndon Mitchell, modeste citoyen américain, il sera, comme tant d'autres, emporté par l'ouragan de l'Histoire.

     La structure hachée de ce thriller, un 1984 du XXIe siècle, lui confère une efficacité redoutable. Il introduit au précédent roman de l'auteur, Forteresse, mais peut se lire indépendamment.

 
    Critiques    
 
     Heptagone se situe dans le droit fil de Forteresse (paru en 2005 ; cf. critique de Pascal Godbillon dans le Bifrost 38), dont il reprend — tout en le développant — l'arrière-plan géopolitique ainsi que les principaux personnages et thématiques, les deux ouvrages ayant manifestement été conçus pour se compléter. On pourrait discuter de la forme. Roman ? Fix-up ? En l'état, l'ouvrage se présente comme une suite de sept novellas qui se répondent de loin en loin sans jamais toutefois se recouper. Chaque novella adopte le point de vue d'un personnage et décrit à petites touches l'état du monde à l'horizon 2040. En forme « olympiquement » dépressive, Panchard dresse le tableau d'une société malade de la religion et du capitalisme, qui est peut-être déjà la nôtre : les Nord-américains vivent sous la dictature de l'obésité et de l'Union des Etats Bibliques Américains (UABS), l'Europe se remet comme elle peut d'une guerre contre les islamistes, le Vatican a adopté l'élection du Pape par tous les catholiques détenteurs de la carte de membre, tandis que les multinationales s'entredéchirent pour le pouvoir en employant des moyens d'une brutalité inouïe. On pénètre dans ce maelström d'images cauchemardesques (enfin, pas toutes : les nouvelles modalités du scrutin papal m'ont plutôt fait sourire) par la tête de Miyagawa, devenu tueur ninja implacable après une transformation doctrinale et physique radicale. Suivront Clayborne, ancien chef de la sécurité de la Haviland Corporation ; Caprara, la flic italienne, dont on suit le passé de combattante lors de la guerre contre les barbus ; Sherylin Leighton, exilée fuyant la théocratie américaine ; Barstow, le dissipateur ; Fuller, bras droit du président de l'UABS ; et Mitchell, artiste peintre en sujets religieux.
     Tous éprouveront, à des degrés divers, le malaise profond, irréversible, qui agite les entrailles d'une société globale confrontée à la faillite de ses idéaux, systèmes et valeurs, ayant renoncé à tout projet collectif et semblant tourner le dos à l'idée même de progrès.
     Fable anticipative angoissante, un brin hypertrophiée, Heptagone n'en reste pas moins un ouvrage enlevé dont les qualités reposent — au-delà de la reconstitution minutieuse d'un devenir possible, bien que partiel, de notre civilisation — à la fois sur une technique narrative sans faille, faite d'aller-retour incessants entre les époques, et sur un style très vif et très visuel aux formules qui font souvent mouche : « Il n'y a pas de méchants et de gentils. Et nous sommes les gentils. » (p. 155). Les récits sont de longueurs et d'intérêt certes variables, ne délivrant pas tous la même qualité ou quantité d'informations sur le monde mis en place par l'auteur, mais le soin apporté, tant dans la progression des intrigues que dans la construction des personnages, génère un indéniable plaisir de lecture.

Sam LERMITE
Première parution : 1/10/2012 dans Bifrost 68
Mise en ligne le : 3/4/2016


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies