Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Nous allons tous très bien, merci

Daryl GREGORY

Titre original : We Are All Completely Fine, 2014
Traduction de Laurent PHILIBERT-CAILLAT
Illustration de Aurélien POLICE
BÉLIAL' n° (93), dépôt légal : août 2015
200 pages, catégorie / prix : 16 €, ISBN : 978-2-84344-136-3

Couverture

    Quatrième de couverture    
Il y a d’abord Harrison, qui, adolescent, a échappé à une telle horreur qu’on en a fait un héros de romans. Et puis Stan, sauvé des griffes d’une abomination familiale l’ayant pour partie dévoré vif. Barbara, bien sûr, qui a croisé le chemin du plus infâme des tueurs en série et semble convaincue que ce dernier a gravé sur ses os les motifs d’un secret indicible. La jeune et belle Greta, aussi, qui a fui les mystères d’une révélation eschatologique et pense conserver sur son corps scarifié la clé desdits mystères. Et puis il y a Martin, Martin qui jamais n’enlève ses énormes lunettes noires... Tous participent à un groupe de parole animé par le Dr Jan Sayer. Tous feront face à l’abomination, affronteront le monstre qui sommeille en eux... et découvriront que le monstre en question n’est pas toujours celui qu’on croit...

Nous allons tous très bien, merci, roman finaliste des plus grands prix littéraires du domaine — Nebula, Locus, Theodore Sturgeon et World Fantasy — , lauréat du prestigieux Shirley Jackson Award, est actuellement en cours d’adaptation par Wes Craven en série télévisée. Il s’agit du second livre de Daryl Gregory publié en France après L’éducation de Stony Mayhall.

« Ce roman pluriel — méchamment drôle, horrible
et néanmoins curieusement inspirant — s’avère
une réussite pleine de ténèbres, un récit en équilibre
entre le dégénéré et le sublime...« 
Publishers Weekly


    Prix obtenus    
World Fantasy, novella / Court roman, 2015
Shirley Jackson, novella / Court roman, 2014
 
    Critiques    
     Nous allons tous très bien, merci est le roman de l’Après : comme le dit l’auteur dans le très intéressant entretien qui clôt l’ouvrage, le projet consiste à aller voir ce qui se passe après qu’on ait refermé un Stephen King, après le générique de fin d’un film d’horreur des années 70. Quand les protagonistes survivants essayent de reprendre une vie normale.
     Cinq victimes traumatisées, qui semblent rescapées d’un roman d’épouvante ou d’un slasher-movie, sont donc réunies dans un groupe de parole par une psychothérapeute. Séance après séance, la confiance s’installe, les langues se délient... Et puis l’horreur revient progressivement, parce que, comme le savent les amateurs du genre, le Mal ne peut jamais être totalement vaincu.
     L’originalité de Nous allons tous très bien, merci réside dans le fait de traiter les héros habituels des histoires fantastiques comme des personnages normaux, des victimes de stress post-traumatique qui ont besoin d’aide. Par cet effet de réel, Daryl Gregory apporte un surcroît de crédibilité au genre, il permet au lecteur de s’identifier aux divers personnages puisqu’on lui montre que ceux-ci réagissent comme tout un chacun avec les mêmes faiblesses.

     On pourrait craindre un roman un peu statique et très verbeux. Au contraire, une tension très forte s’installe dès les premières pages et ne retombe jamais. Elle tient au contraste entre la description du rituel des séances de psychothérapie dans un décor minimaliste et l’histoire que raconte chaque personnage, narration difficile, à demi-mots, entrecoupée de silences et de mensonges. Dans les non-dits, les euphémismes, l’horreur des expériences vécues par les protagonistes transparaît avec d’autant plus de force qu’il y a peu de détails repoussants, d’effets gore ou d’outrances. Daryl Gregory sait que ce que l’auteur décrit n’est jamais aussi terrifiant que ce que le lecteur imagine se cacher dans les recoins sombres du récit.
     Le style est sobre, tempéré d’un humour un peu cynique, de quelques références à la culture geek et d’une véritable chaleur humaine. La construction est rigoureuse, le rythme efficace et on sent chez l’auteur une grande maîtrise du cliffhanger et de l’art de jouer avec les attentes du lecteur et les codes du genre pour ne dévoiler que le strict nécessaire des éléments fantastiques.

     Ce court roman, aussi intelligent que captivant, se lit d’une traite sans jamais perdre de son intérêt. À la fois un très bon moment de lecture et une réflexion pertinente sur le fantastique et l’horreur.



Jean-François SEIGNOL
Première parution : 10/11/2015
nooSFere


 
Base mise à jour le 6 mai 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.