Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Cabale

Clive BARKER

Titre original : Cabal, 1988
Traduction de Jean-Daniel BRÈQUE

J'AI LU (Paris, France), coll. Épouvante n° 3051
Dépôt légal : juin 1991
Roman, 320 pages, catégorie / prix : 4
ISBN : 2-277-23051-0
Genre : Fantastique



Quatrième de couverture
     CABALE

     Clive Barker
     Grand maître de l'étrange, il est dessinateur, cinéaste et auteur de best-sellers (Le livre de sang, Le jeu de la damnation, également publié chez J'ai lu). De son roman Cabale il a tiré un film, Cabal, qui a obtenu le Prix spécial du Film fantastique d'Avoriaz 1991.

     Indices monstrueux d'une vie secrète... Douze personnes massacrées, mutilées ! Images d'une folie à l'oeuvre. Peut être la sienne ? Terrifié, Boone contemple la liasse de photos que Decker, son psychiatre, lui a lancée.
     Mais Decker n'a-t-il pas lui aussi, parfois, le visage de la démence ? Un autre tapi dans sa moelle et dans son esprit ? Entre les deux hommes la frontière est étroite. L'un donne la mort, sous les traits de ce vieux Tête-de-Boutons, masque de lin et bouche d'acier. L'autre la défie.
     Pour conjurer ce cauchemar, une femme, Lori. Qui n'hésite pas, Eurydice passionnée, à affronter les ténèbres de Midian. Surgie de nulle part, Midian ! Ville fantôme, nécropole souterraine, refuge des Enfants de la Nuit. Mais l'enfer ne fait que commencer...
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition ALBIN MICHEL, (2011)

     Cabale présente l’avantage de nous exposer la vision initiale qu’avait en tête Clive Barker en adaptant Nightbreed – film tiré de son propre roman et réalisé par l’auteur lui-même – vision difficile à mettre en scène intégralement faute de moyens et, surtout, sous le contrôle de producteurs peu conciliants.

     Dès les premières pages, Barker installe une atmosphère malsaine en nous invitant dans le bureau d’un psychiatre essayant de persuader son patient, Boone, qu’il est à l’origine d’une série de crimes atroces. Le rythme est rapide, l’intrigue avance vite et, bientôt, nous suivons la fuite en avant de cet homme complètement perdu. Puis l’auteur exploite l’un de ses thèmes de prédilection en lançant son personnage principal (le patient) à la recherche d’un paradis perdu, un refuge communautaire où les « monstres » – car il se perçoit comme tel – se regroupent pour vivre en paix.

     Ce début, dans le plus pur style Barker, se trouve toutefois un peu « plombé » par un choix de narration axé sur l’ex-compagne de Boone, déterminée à retrouver son amant disparu. On veut en savoir davantage sur Midian, ce lieu mythique dont on ne sait pas très bien s’il s’agit d’un paradis ou d’un enfer (voire les deux, selon le point de vue), ou encore sur le sort réservé à Boone, et nous devons subir l’investigation et les introspections sentimentales (et très bavardes) de la jeune femme. Cette relation amoureuse met en évidence un défaut majeur de l’auteur : une tendance à développer des rapports affectifs un brin « soap », assortis de dialogues sirupeux. Heureusement, son univers dantesque vient contraster tout cela et le procédé permet de faire monter progressivement la pression car, chez Barker, l’horreur se mérite.

     Finalement, Cabale le roman ressemble beaucoup à Nightbreed, le film, en oubliant les nécessaires adaptations concernant les effets spéciaux, les descriptions surréalistes étant bien trop coûteuses à mettre en images (paradoxalement, le livre est d’ailleurs plus avare en monstres que le film). En outre, il ressort de cette histoire une sorte de « concept judéo-chrétien inversé » : un homme rongé par la culpabilité, après avoir cherché la rédemption, finit par accepter sa nature animale, sa « bête intérieure » en rejoignant un monde païen où les normes morales sont inexistantes (ou plutôt « différentes »). En ce sens, on pourrait comparer Midian au paradis perdu d’Adam et Eve, avant la découverte du fruit de la connaissance leur ayant fait découvrir la honte et la culpabilité ; mais la cité des monstres pourrait tout aussi bien être apparentée – comparaison davantage en accord avec l’œuvre de Barker – à l’Enfer chrétien.

     Avec son intrigue simple (mais intense) davantage portée sur une romance mièvre que sur la description des monstres de Midian, leur mode de vie ou leur culture, Cabale se révèle assez frustrant, mais on y trouve cette ambiance malsaine si dérangeante propre à Clive Barker, pas forcément lorsqu’il se consacre aux monstres de Midian mais davantage quand il nous ramène au tueur en série parcourant l’intrigue. De toute évidence, l’auteur tenait à démontrer que les véritables monstres d’une société ne sont pas forcément ceux que l’on croit, ce en quoi il s’avère convaincant.

Florent M. (lui écrire)
Première parution : 14/9/2011
nooSFere

Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo...)
Cabal , 1990, Clive Barker
Clive Barker's Nightbreed - The Action Game , 1990, Impact Software (Jeu Vidéo)
Clive Barker's Nightbreed - The Interactive Movie , 1990, Impact Software (Jeu Vidéo)

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 79103 livres, 91829 photos de couvertures, 75087 quatrièmes.
9022 critiques, 42999 intervenant·e·s, 1660 photographies, 3772 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2023. Tous droits réservés.