Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Chasse-marée

Alain GROUSSET


Illustration de MANCHU

LIVRE DE POCHE Jeunesse (Paris, France), coll. Jeunesse n° 463
Dépôt légal : novembre 2003
Roman, 150 pages, catégorie / prix : H9
ISBN : 2-01-322192-4
Genre : Science-Fiction


Quatrième de couverture
     L'océan qui couvre à moitié la planète Marys ne cesse de se déplacer. Sur leurs immenses radeaux, les Chasse-Marée dérivent avec lui... Parmi eux, Laël, quinze ans, mène une vie insouciante. Jusqu'au jour où un Ancien lui révèle qu'elle est une enfant trouvée ! Soudain rejetée par les siens, Laël décide de quitter son village. Elle se cache dans une barge consacrée au Dieu du fer, mais dont tout le monde ignore la destination...
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition LIVRE DE POCHE Jeunesse, Jeunesse (1993)

[Chronique commune aux Soleils de Bali de Danielle Martinigol et aux Chasse-Marée d'Alain Grousset]

     Le Livre de Poche Jeunesse gâte les amateurs de science-fiction : voici venir, coup sur coup, deux romans français de la meilleure eau ! Les auteurs ne nous sont pas inconnus : ils ont signé de nombreuses nouvelles (ensemble, le plus souvent) dans tous les supports SF disponibles et, dans le domaine de la jeunesse, sont chacun auteur d'un précédent roman dans la même collection : L'or bleu pour ce qui concerne Danielle Martinigol, La citadelle du vertige pour ce qui est d'Alain Grousset.

     Premier paru des deux, et donc premier lu, le Martinigol : [...] 1

     Et quid du Alain Grousset, Les Chasse-marée ?

     L'univers mis en scène est d'une ambitieuse originalité, et possède la rigueur qui fait la bonne SF. Imaginez une petite planète recouverte pour moitié, du pôle Nord au pôle Sud, par un immense océan peu profond. La lune proche gravite autour de la planète (Marys) et en fait le tour en vingt-quatre heures. Mais le globe tourne sur lui-même un peu plus lentement, en vingt-cinq heures. Ainsi, « l'océan, qui est attiré par la lune comme par un aimant, se déplace sans cesse et fait le tour de la planète dans le sens des aiguilles d'une montre. (...) Il faut un peu plus d'un an à l'océan pour effectuer une rotation complète. » (p.95) Ce monde mi-marin mi-désertique, Grousset l'a peuplé d'une série de peuples aux destinés parfaitement inter-dépendantes : les Chasse-marée, qui se laissent porter par l'océan, vivant sur des villages-radeaux. Les citadins de l'unique ville, Eiffel, qui élève sa formidable structure d'acier au pôle magnétique le plus puissant de la planète. Les Chasse-marée pêchent les fer-nautiles au fond des eaux, et les entassent dans des barges prévues à cet effet. Les barges sont pleines d'artefacts indispensables à la vie des Chasse-marée, de même que ceux d'Eiffel ont absolument besoin du métal fourni par les coquilles de fer-nautiles. Sur Eiffel, les habitants sont répartis en diverses fonctions — dont celle des Hommes de Bronze, qui vivent sur les superstructures de la cité et entretiennent celle-ci contre les atteintes du sel. Les Roulants font, sur terre, la navette entre Eiffel et les places d'amarrage des barges. Enfin, le Peuple des Algues vit uniquement sur terre, marchant derrière l'océan, ou devant lui, et troquant avec les Roulants les biens nécessaires à la survie des deux communautés.

     Les Chasse-marée est l'histoire d'une jeune fille, Laël, qui a été élevée par une tribu de Chasse-marée. Mais lorsque sa mère vient à mourir, elle découvre brutalement qu'elle n'est qu'une enfant adoptée, découverte étant bébé dans une barge. Rejetée par l'intolérance de ceux qu'elle croyait être les siens, Laël se cache à bord d'une barge et par elle est conduite à Eiffel. Là, elle découvrira d'abord le mensonge qu'est le culte du Dieu de Fer, elle retrouvera son père, un haut dignitaire de la cité, puis verra se dérouler devant elle l'écheveau d'une vaste conspiration et d'une menace planétaire. Elle repartira alors, grâce aux Hommes de Bronze, puis aux Roulants et au Peuple des Algues. La boucle est bouclée : Laël a fait le tour de l'étonnante écologie humaine de Marys, et par elle seront peut-être évités de nombreuses morts et l'avènement d'une nouvelle tyrannie.

     Les soleils de Bali fait plus de 300 pages, Les Chasse-marée est beaucoup plus bref, moins de 200 pages. La lecture en est donc rapide, et la progression de l'aventure, quoi que parfaitement menée, ne ménage pas assez de repos pour le lecteur adulte. Ce n'est évidemment pas un reproche, vu le public visé, mais on se prend cependant à rêver de ce que Grousset aurait pu choisir de faire avec un pareil monde s'il avait voulu travailler pour un lectorat adulte. Car somme toute il y a là parfaitement matière à un excellent roman de SF, sur la base solide d'une planète astucieusement construite (cette thématique, classique, de l'adaptation des humains à un environnement hostile, est à rapprocher des deux le Bussy au FNA).

     D'un point de vue « prosélytisme de la SF », on ne peut que se réjouir de la parution de tels romans. Et si, comme moi, vous avez goût à la littérature pour jeunes, ne boudez pas votre plaisir. Dommage, tout de même, que tant de talent soit réservé au domaine des enfants, quand la SF pour adultes en France est devenue si catastrophiquement pauvre !

Notes :

1. Cette partie de la chronique portant sur Les Soleils de Bali n'a pas été reproduite ici. On la retrouvera sur la fiche du livre. [note de nooSFere]

André-François RUAUD (lui écrire) (site web)
Première parution : 1/6/1993
Yellow Submarine 102
Mise en ligne le : 22/9/2004

Prix obtenus
Grand Prix de l'Imaginaire, Roman pour la jeunesse, 1994


retour en haut de page

Dans la nooSFere : 72585 livres, 86338 photos de couvertures, 67911 quatrièmes.
8501 critiques, 39076 intervenant·e·s, 1500 photographies, 3731 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.