Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Que notre règne arrive

James Graham BALLARD

Titre original : Kingdom Come, 2006
Première parution : Fourth Estate, 2006
Traduction de Michelle CHARRIER
Illustration de Ulf SJOSTEDT

DENOËL (Paris, France), coll. & d'ailleurs
Dépôt légal : avril 2007
Première édition
Roman, 416 pages, catégorie / prix : 22 €
ISBN : 978-2-207-25892-7
Genre : Hors Genre



Quatrième de couverture
     Richard Pearson, publiciste au chômage, cherche à démêler les circonstances étranges du meurtre de son père, mortellement blessé lors d'une rixe à Brooklands, une ville de la banlieue de Londres.
     Parti enquêter sur place, Pearson se retrouve plongé dans la vie quotidienne de cette morne cité en bordure d'autoroute dont le centre commercial, Métro-Centre, lieu du crime, semble être devenu la seule raison de vivre. Hanté par cette étrange disparition, Pearson tâtonne, à la recherche d'un indice. Mais très vite, les pistes se brouillent ; Richard est témoin de manifestations de haine et de nationalisme inquiétantes, le consumérisme ambiant vire à l'obsession et la déliquescence sociale se fait partout sentir..
     Plus encore qu'un assassin, c'est une vérité qu'il découvrira au bout du chemin : celle qui dort, enfouie, au fin fond de nos sociétés postmodernes...
     Fascisation des esprits, consumérisme morbide : après Millenium People, Ballard poursuit avec Que notre règne arrive son exploration du cauchemar climatisé.

     J.G. Ballard est né à Shanghai en 1930. Après la guerre, il rejoint la Grande-Bretagne où il poursuivra des études de médecine avant de s'orienter définitivement vers l'écriture. Il a publié plus d'une trentaine de romans à succès comme Crash ! ou Millenium People, et est aujourd'hui incontestablement considéré comme l'un des plus grands romanciers contemporains de langue anglaise.
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition GALLIMARD, Folio (2010)

     Voici le dernier ouvrage de fiction publié par Ballard. Après Millenium People, qui dépeignait les révoltes sans but ni lendemain de la petite bourgeoisie, que tentaient d'éveiller des terroristes amateurs, Ballard nous entraîne dans les banlieues anglaises. Le personnage principal est un publiciste qui vient de la Marina de Chelsea, où il habite, enterrer son père assassiné en banlieue. Il se propose de retrouver le meurtrier. Rapidement, son intérêt se focalise sur le comportement des banlieusards, qui s'ennuient à mort et vivent englués dans les filets d'un immense centre commercial. Celui-ci sponsorise en soirée d'innombrables matches de tout ordre, et dont les supporters ivres se défoulent à la sortie du stade sur les étrangers. Ces étrangers tiennent des boutiques le long des voies rapides qui conduisent au Centre. Ils ne participent donc pas à l'orgie de consommation qu'entretient le Centre par la voix et l'image de l'idole qu'est devenue l'animateur David Cruise. Ils sont donc doublement étrangers car ils ne participent pas à ces nouveaux ersatz de spiritualité. Afin de se reconnaître, les supporters portent tous des chemises blanches avec une croix rouge — de Saint Georges.

     Dans le cadre de son enquête, Richard Pearson se rapproche de l'animateur et devient son scénariste pour des spots publicitaires qui incitent encore plus à la violence, ont un grand succès, lui donnent un statut de chef, et entraînent, sinon justifient, de nouvelles manifestations racistes. Jusqu'au jour où, après un attentat contre l'idole, le Centre se coupe du monde extérieur, gardant des milliers de consommateurs en otage, que la police, enfin présente, délivrera longtemps après. Le roman aura imaginé comment se crée un mouvement fasciste, dont le chef n'incarne rien de précis, mais est appelé par le vide du sens social proposé. La passivité de la police, les dénégations du gouvernement, laissent penser qu'il s'agit pour eux d'un « laboratoire social » grandeur nature. C'est pourquoi ils laissent se développer jusqu'au bout cette « expérience » dont les consommateurs — consentants, à leur insu — sont les victimes. Le Centre Commercial, idolâtré, a remplacé les cathédrales : il invente un espace avec le consumérisme comme horizon spirituel.

     Cette dimension religieuse ironique est même accentuée par le titre français qui détourne le « votre » règne du Notre père de façon sarcastique, en un « notre » règne, celui des idoles. Il en va de même dans le choix du nom de l'assassin malgré lui, « Christie », qui, comme le Christ, tente de ressusciter les valeurs anciennes par un acte sacrilège — abattre les ours en peluche grandeur nature — , mais abat involontairement le père de Richard.

     Ballard, en situant ses personnages et son héros (?) à la fois dans la réalité sociale actuelle et dans la visée d'un léger décalage anticipatoire, nous offre un avant-goût d'un futur de S-F contre l'advenue duquel toute résistance est vaine et même contreproductive. Un ouvrage à l'ironie ravageuse.

Roger BOZZETTO
Première parution : 1/7/2010
dans Bifrost 59
Mise en ligne le : 3/1/2013

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 79103 livres, 91829 photos de couvertures, 75087 quatrièmes.
9022 critiques, 42999 intervenant·e·s, 1660 photographies, 3772 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2023. Tous droits réservés.