Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Serpentine

Mélanie FAZI


Illustration de Bastien L.

GALLIMARD (Paris, France), coll. Folio SF n° 365
Date de parution : 4 mars 2010
Dépôt légal : février 2010, Achevé d'imprimer : 18 février 2010
Réédition
Recueil de nouvelles, 320 pages, catégorie / prix : F8
ISBN : 978-2-07-039892-8
Format : 10,8 x 17,8 cm
Genre : Fantastique



Quatrième de couverture
Une boutique de tatouage où l'on emploie des encres un peu spéciales. Une aire d'autoroute qui devient un refuge à la nuit tombée. Une ligne de métro où l'on fait d'étranges rencontres. Un restaurant grec dont la patronne se nomme Circé. Une maison italienne où deux enfants croisent un esprit familier...
Tels sont les décors du quotidien où prennent racine ces dix histoires. Dix étapes, et autant de façades rassurantes au premier abord... mais qui s'ouvrent bientôt sur des zones troubles. Car les lieux les plus familiers dissimulent souvent des failles, écho de ces fêlures que l'on porte en soi.
Il suffit de si peu, parfois, pour que tout bascule...
 
Serpentine est le premier recueil de nouvelles de Mélanie Fazi et la place d'emblée parmi les grandes voix du fantastique contemporain. Il a reçu le Grand Prix de l'Imaginaire en 2005.
 
Née en 1976, Mélanie Fazi est l'auteur de deux romans et de deux recueils de nouvelles, acclamés par les critiques et le public. Plusieurs de ses textes ont même été traduits et publiés dans les revues anglo-saxonnes. Elle est également traductrice. Son œuvre a été récompensée par de nombreux prix.
Sommaire
Afficher les différentes éditions des textes
1 - Michel PAGEL, Préface, pages 9 à 15, préface
2 - Serpentine, pages 19 à 44, nouvelle
3 - Élégie, pages 45 à 57, nouvelle
4 - Nous reprendre à la route, pages 59 à 86, nouvelle
5 - Rêves de cendre, pages 87 à 107, nouvelle
6 - Matilda, pages 109 à 143, nouvelle
7 - Mémoire des herbes aromatiques, pages 145 à 166, nouvelle
8 - Petit théâtre de rame, pages 167 à 204, nouvelle
9 - Le Faiseur de pluie, pages 205 à 241, nouvelle
10 - Le Passeur, pages 243 à 264, nouvelle
11 - Ghost Town Blues, pages 265 à 305, nouvelle
12 - Remerciements, pages 307 à 308, notes
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition OXYMORE, Épreuves (2004)

     Quatre mois à peine après la sortie de son premier roman : Trois pépins du fruit des morts aux éditions Nestiveqnen, voici que parait aux éditions de l'Oxymore le premier recueil de nouvelles de Mélanie Fazi : Serpentine. Un recueil intimiste, dont les nouvelles, pour la plupart écrites à la première personne, mettent en scène des êtres égarés, angoissés, qui pourraient être nous, dans des endroits bizarres ou anodins, où l'on se rend sans vraiment les connaître. Dix textes dont six inédits à découvrir absolument.
     Une boutique de tatouage (Serpentine), une station-service (Nous reprendre à la route), le métro (Petit théâtre de rame), voici quelques-uns de ces endroits où l'auteur nous emmène et nous fait vivre des situations banales qui se transforment, tendent par le biais d'un surnaturel insidieux, vers une explosion de peur ou d'émotion.
     Mais Mélanie Fazi sait aussi faire rire et rêver à des ailleurs lointains, c'est ce qu'il se passe avec Mémoire des herbes aromatiques, moderne comédie mettant en scène d'anciens dieux grecs, ou Elegie, monologue tragique d'une mère dans les affres de la disparition de ses enfants.
     Rêves de cendre et Matilda (prix Merlin 2003) jouent sur toute la gamme du mal-être de l'adolescence, là encore dans un quotidien bien connu du lecteur, comme Le faiseur de pluie qui met en scène deux enfants, alors que Le passeur et Ghost Town Blues vivent dans l'irrationnel, dans l'exotisme.
     Ainsi Mélanie Fazi nous trimbale de sensations familières en sentiments d'étrangeté, au cours de ce livre qui est un véritable bonheur de lecture. Elle s'affirme à nouveau comme l'un des auteurs les plus talentueux dans le panorama du fantastique francophone.

Lucie CHENU
Première parution : 17/4/2004
nooSFere


Edition OXYMORE, Épreuves (2005)

     [Le début de cette chronique, consacré exclusivement au roman Arlis des Forains, n'est pas reproduit ici.]

     Serpentine, donc, regroupe dix nouvelles. Comme l'ouvrage est publié par Léa Silhol, préfacé par Michel Pagel et dédicacé à Lisa Tuttle, on voit en un clin d'œil à quel public il s'adresse : à ceux qui s'intéressent aux vampires, au fantastique contemporain, à la culture goth et underground. Et ce n'est pas la première nouvelle, « Serpentine », maestria de tatouages, de meurtres et d'oubli, qui me contredira.

     « Du bout des doigts, il effleure la surface de mon torse, toile vivante sur laquelle il va œuvrer. Pourquoi se contenter de papier quand on peut disposer d'un corps humain en guise de support vierge ? C'est un talent redoutable que le sien : imprimer un peu de soi sur la peau d'autrui et y laisser sa marque indélébile. Nikolai m'a confié qu'il s'arrange pour caser dans chaque dessin une forme évoquant un N : sa signature. » Page 22.

     Comparées à Arlis des Forains, les nouvelles de Serpentine sont hautement plus maîtrisées, d'une belle densité et d'une formidable sensibilité. Outre le déjà cité « Serpentine », j'ai particulièrement apprécié le gothic-rock « Matilda » et « Rêves de Cendres ». Deux textes m'ont semblé sortir du lot : « Mémoires des herbes aromatiques », une jolie fantasy urbaine où interviennent Ulysse, Circé et Médée, et « Ghost Town Blues » qui clôt le recueil, un western fantastique manquant peut-être un peu de fluides corporels, mais qui m'a néanmoins rappelé l'étonnant Cinq cartes à abattre de Henry Hathaway (film tiré du roman éponyme de Ray Gaulden).

     Forte d'une pertinence psychologique qui ne se révèle visiblement que sur la forme courte, Mélanie Fazi n'a pas volé son Grand Prix de l'imaginaire 2005, catégorie nouvelle... Alors, il ne vous reste plus qu'à acheter son recueil, histoire de récompenser ce nouveau talent, cette ambition sensible dont on attend désormais beaucoup. Quant au mot de la fin, je le laisse à la narratrice de « Rêves de Cendres » : « Il m'a traitée de goth et je lui ai ri au nez. »

CID VICIOUS
Première parution : 1/1/2005
dans Bifrost 37
Mise en ligne le : 29/1/2006

Prix obtenus
Grand Prix de l'Imaginaire, Nouvelle / Short story, 2005

Matilda : Merlin nouvelle / Short story, 2002

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 76657 livres, 87789 photos de couvertures, 72508 quatrièmes.
8552 critiques, 41745 intervenant·e·s, 1594 photographies, 3744 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.