Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Rêves de Gloire

Roland C. WAGNER

Imaginaire  - Illustration de YAYASHIN
GALLIMARD, coll. Folio SF n° 512, dépôt légal : mars 2015
800 pages, catégorie / prix : F13, ISBN : 978-2-07-046155-4
Couverture   verso

    Quatrième de couverture    
     Lancé à la recherche d'un vinyle rare pressé à quelques exemplaires seulement en 1969, un collectionneur de disques nous fait découvrir, au travers de nombreux témoignages — pas tous dignes de confiance ! — , une Alger différente : une Alger restée française suite au décès du général de Gaulle en 1960, une Alger où l'histoire du rock et l'Histoire tout court ont pris une voie parallèle à la nôtre. Le tout sous le regard bienveillant d'un certain monsieur Albert.
     Rêves de Gloire est un roman polyphonique magistral que Roland C. Wagner a porté en lui pendant plus de vingt ans. Ce chef-d'œuvre, au sens premier du terme, a été justement récompensé par de nombreux prix : Grand Prix de l'Imaginaire 2012, prix Rosny aîné 2012, prix européen Utopiales 2on, prix du Lundi 2011 et prix ActuSF de l'uchronie 2011.

     Né en 1960 à Bab-el-Oued, Roland C. Wagner découvre la science-fiction dès l'enfance et publie sa première nouvelle dans un fanzine, à l'âge de quinze ans. Une centaine d'autres suivront, ainsi qu'une cinquantaine de romans. Il a reçu la quasi-totalité des prix francophones dédiés au genre. Fan de rock psychédélique, il a été le chanteur et parolier du groupe Brain Damage. Il est décédé le 5 août 2012, dans un accident de voiture.


    Prix obtenus    
Grand Prix de l'Imaginaire, roman français, 2012
Rosny aîné, roman, 2012
Lundi, roman, 2011
Prix Utopiales européen, roman, 2011
ActuSF de l'Uchronie, littérature, 2011
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    
Edition L'ATALANTE, La Dentelle du Cygne (2011)


 
     Le voilà donc, le fameux livre dont Roland C. Wagner parle depuis plus de cinq ans et dont il avait l’idée en tête depuis plus de deux décennies. Cinq années pendant lesquelles l’auteur n’a pas sorti d’autres romans (le dernier, Mine de rien, est sorti en 2006), se consacrant plutôt aux traductions de Stephen Baxter ou de Norman Spinrad, parlant juste de sa prochaine création de temps à autre sur quelques forums de discussions. Le voilà enfin, sous une couverture plutôt sobre de Gilles Francescano, couverture quelque peu gâchée par la présence d’un vinyle dans le titre.

     Mais de quoi s’agit-il ? D’une uchronie centrée sur la guerre d’Algérie et ses conséquences. Dans cette réalité, le général de Gaulle a été abattu dans un attentat en 1960, conduisant les « événements d’Algérie » à prendre une tout autre tournure. Les combats se prolongent jusqu’en 1965, l’armée de libération algérienne, à bout de force, négocie l’indépendance en laissant à la France trois enclaves : Alger et ses environs, Oran et Bougie en Kabylie. Dans l’Algérois de la fin des années 60 s’installent alors les vautriens, mouvement de jeunes inspirés par Timothy Leary et découvrant la gloire, nom local du LSD. Ils participent aux manifestations qui conduisent ce petit territoire à l’autonomie pendant que la France tombe aux mains d’un régime fascisant. Dans cette nouvelle nation un collectionneur de disques se lance à la recherche d’un vinyle particulièrement rare, quête qui le mène à explorer le passé récent de son pays.

     Avec Rêves de gloire, Roland C. Wagner pousse les règles de l’uchronie à leurs limites. Alors que beaucoup se contentent d’un point de divergence clair entrainant une intrigue classique, ici, l’uchronie transpire de chaque paragraphe. Organisé en multiples récits courts avec plusieurs narrateurs à différentes périodes, nous assistons à la construction d’une toile impressionniste : chaque page ajoute un trait à cette fresque nous contant trente ans de la vie de l’Algérois. Si l’entremêlement de ces récits (un peu à la manière d’Outrage et rébellion, de Catherine Dufour, avec lequel Rêves de gloire partage aussi les thématiques sexe, drogue et rock’n’roll) sans indication de narrateur ou d’époque peut dérouter au début de la lecture, on repère rapidement les personnages récurrents et cette gymnastique narrative devient un jeu entre le lecteur et le livre, évitant toute monotonie. Uchronie politique, mais aussi culturelle : par le biais du narrateur principal (qui, s’il n’est pas nommé, semble être tout simplement l’alter ego de Roland C Wagner dans ce monde) et de sa passion pour la musique, les disques et leurs histoires, l’écrivain crée une nouvelle contre-culture (ou plutôt subculture au sens anglo-saxon), alternative francophone crédible au rock et au mouvement hippie, remplie de nombreux clins d’œil, comme le Woodstock français situé à Biarritz ou le guitariste Dieudonné Laviolette dont la trajectoire ressemble fortement à celle de Jimi Hendrix.

     Le lecteur s’amusera aussi en découvrant au fil du récit d’autres points de divergence tels que la réussite de la révolution hongroise de 1956 provocant l’implosion du bloc de l’Est ou la survie de JFK à l’attentat de Dallas, bâtissant petit à petit une chronologie de cette époque alternative. Tout cela pour arriver à un monde à l’opposé du notre, où la France est tombé sous un talon de fer, où l’Algérois est devenu le refuge de la liberté, aussi bien politique que morale, lieu d’un brassage inédit, sans tutelle anglo-saxonne (on remarquera au passage le travail sur la langue exempte de tout terme anglophone), créant ainsi une nouvelle histoire de France et d’Algérie, où l’optimisme a traversé la méditerranée.

     Œuvre à part dans la production de son auteur, livre monumental et unique, aussi bien par le travail accompli (la crédibilité de la nouvelle trame historique est sans faille) que par son épaisseur (Roland C. Wagner ne tire jamais à la ligne et ses autres romans ont plutôt une pagination moitié moindre) Rêves de Gloire se dévore et revisite avec un optimisme typiquement wagnérien cette période terrible de l’histoire franco-algérienne d’une manière que seule permet la science-fiction.


René-Marc DOLHEN
Première parution : 8/6/2011
nooSFere


Edition L'ATALANTE, La Dentelle du Cygne (2011)


     Quand Roland C. Wagner décide de donner corps à ce qui est sans doute le plus ancien et le plus longuement mûri de ses projets, il n'y va pas avec le dos de la cuiller : fort de ses sept cents pages, Rêves de Gloire s'impose enfin sur les tables des librairies. La taille, pourtant, est bien la moins impressionnante des qualités de cette uchronie magistrale, la première à se pencher sur la guerre d'Algérie — et sur la France de ces cinquante dernières années.

     De nos jours, à Alger, un collectionneur de disques découvre sur un site de vente aux enchères l'existence d'une pièce rare, l'unique 45 tours des improbables Glorieux Fellaghas. La quête de ce graal et les mystères qui l'entourent vont le pousser à s'intéresser de près aux évènements qui, de l'aube des années soixante à la fin des soixante-dix, ont régi les relations de la France, de l'Algérie et... de l'Algérois.

     Quelques lignes en exergue du premier chapitre seront la seule concession à la manière uchronique « classique », celle, didactique, qui refait l'Histoire en la dévidant depuis un point de divergence unique. Car pour être symbolique, la fusillade qui coûte la vie au Général de Gaulle en octobre 1960 n'est ni le premier, ni le seul événement fondateur du roman. L'Algérie nouvelle qui se dessine au fil des pages doit ainsi tout autant à la mort du Général qu'à l'attentat raté contre Kennedy. Ou à la présence sur les plages de Biarritz, à l'été 64, d'un Timothy Leary aux poches pleines de fioles de Gloire. Ou encore à l'insurrection de Budapest en 56. Ou encore...

     En multipliant les points de divergence, Wagner donne des bases solides à une réalité alternative particulièrement cohérente et réaliste, et plutôt que de la raconter, laisse la parole à ceux, innombrables, qui la font — et la vivent. Autour de quelques personnages récurrents et de l'intrigue « contemporaine », une multitude d'anonymes émergent ainsi du tourbillon des évènements, prêtant leurs voix au chœur le temps d'un souvenir, pour donner vie et cohérence à ce rêve d'Histoire entre contre-culture et barbouzeries. Dans ce concert ininterrompu de voix entrelacées, l'auteur n'oublie jamais que la langue même se doit d'être uchronique ; et cette structure polyphonique parfaitement maîtrisée s'avère être le véhicule idéal pour plonger sans douter au cœur de l'Histoire en marche et des dynamiques sociales, offrant un point de vue privilégié sur le processus uchronique lui-même.

     Jamais Roland C. Wagner n'avait aussi bien marié ses passions et ses convictions. Soigneusement réinventés, le rock « psychodélique », les expérimentations sociales et les explorations psychotropes des sixties sont les piliers d'un roman vivant, ensoleillé et jubilatoire, qui confronte sans idéalisme des valeurs qu'on voudrait universelles à un regard incisif sur les sociétés contemporaines.

     Fruit d'un savant équilibre entre pragmatisme et utopie, entre musique et politique, Rêves de Gloire, enthousiasmant de bout en bout, pose avec passion et humanité un regard neuf, sans tabous, sur un passé toujours sensible, sur les chemins qui s'ouvrent à nous et sur les pièges qui nous guettent.

     Et l'uchronie gagne là l'une de ses plus belles pièces.

Olivier LEGENDRE
Première parution : 1/7/2011
dans Bifrost 63
Mise en ligne le : 10/2/2013


 
Base mise à jour le 24 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.