Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Yama Loka Terminus - dernières nouvelles de Yirminadingrad

Léo HENRY & Jacques MUCCHIELLI

Première parution : Altiplano, 2008

Cycle : Yirminadingrad vol. 1 


Illustration de Stéphane PERGER

DYSTOPIA (association) (Evry, France), coll. Workshop
Dépôt légal : octobre 2016
Roman, 336 pages, catégorie / prix : 20 €
ISBN : 979-10-91146-24-1
Format : 15,0 x 20,0 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
Pas de texte sur la quatrième de couverture.

    Sommaire    
1 - Cheval cauchemar, pages 5 à 12, Nouvelle
2 - Attentat de personne, pages 13 à 28, Nouvelle
3 - Diabolo manque, pages 29 à 46, Nouvelle
4 - ...toutes les flammes sont égales..., pages 47 à 62, Nouvelle
5 - Power Kowboy, pages 63 à 74, Nouvelle
6 - Dans le noir, pages 75 à 90, Nouvelle
7 - Histoire du captif et du prisonnier, pages 91 à 102, Nouvelle
8 - Tarmac-Penthouse/dernier rapport de télésurveillance, pages 103 à 120, Nouvelle
9 - Demain l'usine, pages 121 à 136, Nouvelle
10 - Ces photos de moi que l'on n'a jamais prises, pages 137 à 152, Nouvelle
11 - Evgeny, l'histoire de l'art et moi, pages 153 à 162, Nouvelle
12 - 10101 (rhapsodie), pages 163 à 180, Nouvelle
13 - Au-delà il n'y a que le ciel, pages 181 à 194, Nouvelle
14 - Sache ce que je te réserve, pages 195 à 210, Nouvelle
15 - Clair de lune, chienne de ville, pages 211 à 226, Nouvelle
16 - La Pluie, extérieur jour, pages 227 à 238, Nouvelle
17 - Légende dorée de Saint Christophe, pages 239 à 252, Nouvelle
18 - Escale d'urgence (matériaux pour un adultère), pages 253 à 268, Nouvelle
19 - Journal de mon retour à la cité natale, pages 269 à 290, Nouvelle
20 - Et s'échapper des côtes rompues, et se répandre en nuées immenses, pages 291 à 310, Nouvelle
21 - Espace, un orphelin, pages 311 à 321, Nouvelle
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition L'ALTIPLANO, (2008)


     Yirminadingrad, petit port de la mer noire, a visiblement mal vécu la transition au capitalisme après la chute de l'URSS. Car il n'y a guère d'espoir dans cette ville : l'industrie périclite, les chiens redeviennent sauvages, la violence est omniprésente... A une guerre avec un pays voisin s'ajoutent même des attentats suicides.

     La vingtaine de textes de ce recueil, décrit autant de personnages de cette ville : ouvriers, enfants, flics nous racontent leurs douleurs, souffrances, perversions et malheurs.

     On remarquera en particulier Demain l'usine, où, pour maintenir artificiellement les emplois, deux ateliers s'acharnent l'un à démonter la production de l'autre, rien ne sortant de la fabrique depuis 15 ans. L'absurde atteint son paroxysme le jour où la direction décide d'augmenter les cadences, ce qui déclenche ainsi une terrible grève puis des émeutes où les ouvriers inutiles, déjà désespérés depuis longtemps par ce simulacre de travail, retrouveront un semblant de dignité.
     A l'opposé de ce texte militant, Sache que je te réserve est une référence évidente au Crash de Ballard : un pilote d'avion se livre à des ébats sexuels dans un simulateur de vol où il reproduit des crashs aériens.
     Dans une veine expérimentale proche, Tarmac penthouse nous livre trois récits parallèles, imprimés sur trois colonnes, décrivant un trajet en voiture entre un aéroport et une maison. Est-ce la même histoire ou trois parcours différents ? Difficile de le savoir avec certitude.
     Les 18 autres textes du recueil oscillent entre le réalisme prolétarien et une écriture expérimentale rappelant la speculative fiction. On pourra juste regretter que ces expérimentations rendent abscons un ou deux textes, notamment 10101 (rhapsodie) (les auteurs évitent d'ailleurs d'écrire le chiffre 21 tel quel tout au long du recueil).

     On pourrait rapprocher Yama loka terminus de la science-fiction politique française des années 70, mais ce serait une erreur : ce livre profondément noir ne promet pas de lendemains qui chantent ni d'utopie verte. Au contraire, cette vision désabusée d'un futur possible à une Europe de l'Est vieillissante nie tout espoir de se raccrocher à la modernité.

     Mais même si le futur n'y est pas vraiment joyeux, allez visiter Yirminadingrad : on y trouve un ensemble d'histoires très fortes, peuplées de personnages formidables dans leurs folies et leur désespérance, soutenues par une écriture belle et efficace.

René-Marc DOLHEN
Première parution : 30/9/2008
nooSFere




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68910 livres, 76155 photos de couvertures, 63952 quatrièmes.
8350 critiques, 36503 intervenant·e·s, 1475 photographies, 3709 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.