Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Maisons d'Iszm

Jack VANCE

Titre original : The Houses of Iszm, 1954/1964
Première parution : Startling Stories, printemps 1954. En volume : Ace Books, 1964

Traduction de Paul CHWAT
Illustration de Pierre FAUCHEUX

ALBIN MICHEL (Paris, France), coll. SF (2ème série) n° 14
Dépôt légal : 1er trimestre 1973
Première édition
Roman, 256 pages
ISBN : néant
Format : 11,0 x 18,0 cm  
Genre : Science-Fiction


Autres éditions
   in Le Dernier château et autres crimes, BÉLIAL', 2013
   in Nouvelles - tome 1 : 1945-1954, 2019
   in Le Dernier château et autres crimes, GALLIMARD, 2016
   POCKET, 1985, 1989

    Quatrième de couverture    
     Les habitants de la planète Iszm ont des maisons vivantes. Ce sont des arbres qu'ils ont su transformer par la science génétique pour en faire des habitations idéales, au bien-être et au confort insurpassables. Les Iszmiens gardent jalousement le secret de la culture des maisons-arbres dont l'exportation dans tous les autres mondes de la Galaxie, qui se les disputent, constitue pour eux un monopole prodigieusement lucratif. Aussi, depuis des dizaines d'années, se livre autour des maisons d'Iszm, la plus formidable bataille d'espionnage industriel qu'on ait jamais vue. Les Terriens ne sont pas les derniers à y participer. Et tous coups sont permis...

     Jack Vance, qui dit avoir « bourlingué sur des navires marchands tout autour du monde », est l'un des auteurs les plus brillants de la science-fiction américaine actuelle. Il est déjà bien connu en France, pour la qualité et la poésie d'une imagination aussi originale que personnelle.
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition POCKET, Science-Fiction / Fantasy (1986)


          Voici un agréable roman de la taille d'un Fleuve Noir, mais plus riche et plus inventif.
          Aile Farr, botaniste terrien, se rend sur la planète Iszm, lieu où poussent des maisons végétales d'un genre unique dans l'univers. Il se heurte dès son arrivée à la suspicion étouffante des Iszmiens qui n'ont qu'une hantise : le vol par un étranger d'une graine de maison femelle.
          Un botaniste, c'est deux fois plus suspect !
          Et Farr qui n'était pas vraiment venu pour ça va réussir ce coup-là, ou presque, sans le savoir. Il n'apprendra la vérité qu'une fois de retour sur la Terre où il manquera de mourir mais où, en revanche, il gagnera largement de quoi vivre !
          Ce livre possède plusieurs atouts : l'originalité (les maisons végétales cultivées et élevées par les Iszmiens avec lesquelles ces derniers vivent en symbiose parfaite), la simplicité (rien de trop, juste ce qu'il faut) et le métier (dans la mise en place et l'entretien de l'énigme).
          Certes, il ne fait pas partie des grandes œuvres de Vance, parce que trop bref et seulement exploité en surface. Sans doute l'auteur célébrissime aurait-il pu approfondir sa peinture de la culture iszmienne. Dans ce cas, le risque de briser le rythme de l'histoire aurait peut-être existé. Insurmontable pour Vance ? Probablement pas. D'ailleurs, ce risque en valait sans doute la chandelle... Tant pis pour nous !
          Néanmoins, Les Maisons d'Iszm se situe dans une bonne moyenne. A rapprocher de Un Monde d'Azur, mais avec un degré de réussite en dessous.
          Une dernière chose : ce roman a trente ans d'âge ; on ne les lui donnerait pas !

Éric SANVOISIN
Première parution : 1/3/1986
dans Fiction 372
Mise en ligne le : 7/12/2003




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70419 livres, 80395 photos de couvertures, 65574 quatrièmes.
8455 critiques, 37636 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3722 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.