Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Maison de chair

Graham MASTERTON

Titre original : Charnel House, 1978
Première parution : Pinnacle, 1978
Traduction de Marie HOOGHE
Illustration de Tibor CSERNUS

LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES / ÉDITIONS DU MASQUE (Paris, France), coll. Le Masque Fantastique - 2ème série n° 29
Dépôt légal : 3ème trimestre 1980
Première édition
Roman, 256 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-7024-1141-X
Genre : Fantastique



Quatrième de couverture
Ils pensaient évidemment qu'il était fou... Mais Seymor Wallis affirmait que sa maison respirait et qu'il entendait un coeur battre entre ses murs. Sans trop y croire. En doutant de l'existence des fantômes et des démons. Jusqu'à ce que leur convicton et leur raison soient ébranlées. L'horreur avait surgi des ténèbres.
Et ils surent qu'ils devaient mourir. Les uns après les autres.
Critiques
 
     Graham Masterton fait partie de cette cohorte d'écrivains américains qui se sont jetés à corps perdu dans le thriller fantastique. Certains sont devenus de grands bonshommes qui ont fini par transformer assez radicalement la conception du roman d'horreur (je pense plus précisément à Stephen King) ; d'autres, plus modestement, se contentent de raconter des histoires passionnantes, avec cette efficacité dans la conduite du récit qui n'appartient qu'aux Anglo-Saxons (mais si ! mais si !) et que les autres essaient en vain de leur chaparder... Graham Masterton n'est pas Stephen King, mais les livres qu'il écrit tiennent ce qu'ils promettent : leur dose de frissons et d'émotions fortes, avec en prime une bonne pincée d'humour noir.
     Après Le faiseur d'épouvantes et Le djinn, tous deux parus dans la même collection, voici La maison de chair. Cette Maison de chair hantée par Coyote, le Grand Monstre, l'Entité cruelle et destructrice surgie par magie et sortilège du terrible pandémonium des Peaux-Rouges d'Amérique du Nord, cette demeure qui respire, mord et déverse sur le monde sa peste d'outre-monde, est un pendant américain de Malpertuis.
     Les exorcistes blancs ou indiens qui se mesurent à elle doivent compter avec les pires abominations, les peurs les plus hideuses, et c'est bien volontiers que nous les suivons dans leur lutte contre la Grande Bête Lubrique.
     Il y a dans ce livre un souffle parfois panthéiste et un suspense qui ne marque jamais le pas. On pourrait lui trouver des défauts, des invraisemblances, mais comme on ne s'y ennuie jamais, je ne vois pas pourquoi on irait chercher trop de puces dans le pelage de Coyote !
     Par Gitchi-Manitoo, j'ai parlé avec une langue droite !

Daniel WALTHER
Première parution : 1/1/1981 dans Fiction 315
Mise en ligne le : 15/3/2009

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 79110 livres, 91850 photos de couvertures, 75097 quatrièmes.
9023 critiques, 43014 intervenant·e·s, 1660 photographies, 3772 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2023. Tous droits réservés.