Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Requiem pour demain

Daniel WALTHER

Science Fiction  - MARABOUT - GÉRARD, coll. Bibliothèque Marabout - Science fiction n° 571, 1976
288 pages, catégorie / prix : 3, ISBN : néant
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Voyages sans fin, polices infernales, solitude meurtrière, érotisme fou : Daniel Walther vit les obsessions de demain. Avec le tranchant de mots singuliers qui n'appartiennent qu'à lui, il sonde l'avenir comme on se suicide.
     Le monde est pollué. La femme n'est plus qu'un sexe. Les envahisseurs sont partout. L'espace est une oubliette et l'homme libre n'est plus qu'une escarbille dans l'oeil du Temps...


    Sommaire    
1 - Antienne au commandeur, pages 7 à 16
2 - Solstice, pages 19 à 33
3 - Tristes derniers jardins du monde, pages 37 à 64
4 - Maskakrass, pages 67 à 72
5 - Les Fourches patibulaires, pages 75 à 92
6 - Maintenant que Friedberg est mort, pages 95 à 110
7 - Deux lunes endeuillées pour veiller la planète mourante, pages 113 à 118
8 - Fragments de la biographie de Vladimir Kostenstko ou un cas désespéré, pages 121 à 141
9 - Klimax, pages 145 à 164
10 - Mon cher amour, je suis si loin de toi !, pages 169 à 181
11 - Deus vel machina ?, pages 185 à 204
12 - Nocturne en bleu, pages 209 à 220
13 - Neiges et Gel d'Amour sur le Château du Couchant, pages 223 à 284
 
    Critiques    
 
     Si l'on passe l'agacement ressenti à l'usage systématique d'une ponctuation bizarroïde, les / et les --- — (ainsi que sur cet épouvantable pluriel de banal : banaux), on ne peut qu'être séduit ou, au moins, admiratif, devant les fulgurances brûlantes du langage walthérien, qui jongle entre Baudelaire et Lautréamont, quand il ne lorgne pas du côté de Boris Vian : « des armes qui allaient me clouer l'obscur soleil de la mort au cœur, avec douze punaises de fort calibre. » Mais les beautés du style ne font pas tout, et il n'est pas sûr que ces treize nouvelles réunies en recueil (une seule n'est pas inédite) gagnent à être lues en continuité, tant Walther se répète, obsédé qu'il est, non pas tant par la solitude, comme il le prétend, mais par des sentiments plus complexes comme la culpabilité, l'impuissance, et une certaine forme de masochisme — qui nécessiteraient une psychanalyse serrée de l'auteur et de son texte pour mieux les décrypter. On peut préférer en tout cas, aux space-operas flamboyants, les évocations plus froides d'un futur en proie au fascisme (Solstice et Tristes derniers jardins du monde surtout), et aussi son texte terminal (Neiges et gel d'amour...), superbe rêverie éclatée. Ici, Walther, dédaigneux de la thématique et de la dramaturgie, se montre moins que jamais un conteur — il est un évocateur, fascinant dans ses envolées psychédéliques.
 

Jean-Pierre ANDREVON (lui écrire)
Première parution : 1/5/1976
dans Fiction 269
Mise en ligne le : 1/1/2014


 
Base mise à jour le 24 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.